Agnès Druel
Abonné·e de Mediapart

53 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 févr. 2016

Agnès Druel
Abonné·e de Mediapart

Le retour de Mohamed

Mohamed fait partie des élèves de l'association pour laquelle je donne des cours de français . Le 18 novembre, il a été blessé par le RAID pendant l'assaut à Saint-Denis, et cette affaire est restée méconnue du grand public. Hier, Mohamed est revenu en cours, et j'ai trouvé sa démarche très digne. Je souhaite que son histoire soit partagée et qu'enfin il soit reconnu en tant que victime.

Agnès Druel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier, Mohamed est revenu en classe. Cela faisait plusieurs mois qu’il ne venait plus en cours de français le lundi soir.  En travaillant auprès de sans-papiers, tu finis par comprendre que de longues absences aux cours sont justifiées par des horaires de travail qui ne sont pas compatibles avec les heures de classes, des problèmes personnels ou parfois de longues hospitalisations. Des vies un peu bancales et précaires.

Pour Mohamed, c’est différent. Le 18 novembre 2015, il s’est fait tirer dessus par le RAID pendant l’assaut de l’immeuble dans lequel se retranchait trois fanatiques. Pourtant, Mohamed n’a rien à voir avec ces derniers. Il est venu en France dans l’espoir de trouver un emploi, d’améliorer son quotidien, non pour combattre «  l’idéologie occidentale ». C’est vrai, est-ce qu’un présumé terroriste irait rejoindre une association d’alphabétisation à Saint-Denis afin de faciliter son intégration dans la société française alors que son ambition première est de se faire exploser ?

Ce matin-là, pourtant Mohamed a essayé de plaider  son innocence auprès des forces de l’ordre, mais il s’est tout de même fait tirer dessus. Et depuis,  il a perdu l’usage de son bras gauche. Peut-être parce qu’on l’a fait attendre 6 heures avant de le faire évacuer pour qu’il ait enfin accès aux soins. Mais il a aussi reçu une OQTF (obligation de quitter le territoire français). Parce que Mohamed est sans-papiers. Et tout cela, dans le plus grand des silences.

Il y a eu 3 articles consacrés à Mohamed. Enfin 2 articles dans lesquels il est cité, et un qui lui est partiellement consacré. Un premier article paru sur BFM, juste après l’assaut, qui dévoile l’identité des sans-papiers arrêtés dans l’immeuble de Saint-Denis le 18 Novembre, et qui a contribué à mes interrogations quant à l’absence de Mohamed pendant les cours du soir, et le second article, paru récemment sur le site Mediapart consacré à l'assaut du 18 Novembre  lui accordant quelques lignes. Le dernier enfin, qui a confirmé mes doutes, car il est bien difficile de trouver des informations auprès des journalistes et surtout face à un sujet aussi sensible que le terrorisme, paru dans le Journal de Saint-Denis, dans lequel on peut voir la photo de Mohamed, et lire son histoire.

Il n’y a pas eu de médiatisation tout simplement. On a rangé ce dossier quelque peu dérangeant, voir insignifiant pour certains dans le fond d’un tiroir et on l’a oublié. Qui est-ce qui pourrait s’inquiéter de cet homme ? Il n’y a pas eu de hashtag #JesuisMohamed après l’assaut, il n’y a pas eu d’appels relayés dans les médias pour que l’on vienne en aide à Mohamed. Si tu es sans-papiers aujourd’hui en France, tu pourras te faire tirer dessus impunément par le RAID, recevoir une OQTF, te retrouver à la rue et tout cela dans la plus grande indifférence. Parce qu’en France, nous sommes les premiers à nous indigner du sort réservé aux Noirs américains quant aux décisions injustes et aux comportements ouvertement racistes auxquels ils doivent faire face lors des contrôles policiers, mais le traitement de Mohamed, sans-papiers Egyptien, n’a pas réussi à déclencher l’ire des médias, des politiques et des citoyens français. Il faut absolument cacher, étouffer ce dossier pour continuer à nous battre pour les idéaux qui font de la France cette grande nation : Liberté, Egalité et Fraternité.

Mais hier, Mohamed est revenu en cours.  Et il a surement du faire preuve d’un immense courage et d’une grande persévérance pour revenir, apprendre la langue d’un pays qui lui a enlevé toute dignité le 18 Novembre, et se montrer volontaire pendant le cours. Et lorsque Mohamed a ouvert la porte de la classe,  une partie de ma foi en l’humanité  s'est renforcée, parce qu’il aurait pu abandonner l’apprentissage du français en raison de son OQTF, rejeter tout ce qui vient de la France et développer une forte rancœur face à la politique menée à son encontre.

Au contraire, Mohamed est bien plus intelligent. Avec les faibles moyens qui lui sont accordés, il a décidé de se battre, décidé de faire valoir ses droits, de montrer à tous ses détracteurs que son opiniâtreté est plus forte que la haine et que l’indifférence à son égard. Mohamed lutte aussi à sa façon contre les préjugés, contre la haine des migrants. En revenant aux cours, il combat les discours racistes et xénophobes sur les fantasmes français à l’encontre des étrangers venant en France simplement pour toucher les aides et ainsi pouvoir profiter d’une vie pleine d’oisiveté.

Mohamed est un exemple. Car il a tout perdu et même dans le plus grand dénuement, dans la plus grande détresse il continue d’afficher sa volonté d’apprendre et de s’intégrer dans une société qui pourtant le rejette. Et j’ai envie que son histoire soit connue, qu’enfin il y ait de l’apaisement, de l’entraide et de la compassion, car nous en manquons cruellement. Et que son statut de victime de terrorisme lui soit enfin accordé.

Depuis, une cagnotte solidaire a été mise en place pour aider Mohamed, vous pouvez trouver le lien ci-dessous.

http://www.leetchi.com/c/solidarite-de-mohamed-6278904#utm_source=mail_service_fr&utm_medium=participation_fundraiser_ok_fr&utm_campaign=mail_service_participation

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid