Agnès Druel
Abonné·e de Mediapart

50 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 avr. 2022

Oui, Monsieur Macron, ce vote vous oblige pour les années à venir

Monsieur Macron a affirmé hier dans son discours que ce vote l'oblige pour les années à venir. Face à la banalisation de la haine et de l'extrême-droite, je parle ici de la part de responsabilité qui incombera à notre président pour endiguer les idées mortifères de l'extrême-droite durant son quinquennat.

Agnès Druel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier, ma journée a commencé ainsi: la découverte des estimations de vote des Dom-Tom. Je me dépêche alors d’aller voter, comme si cela pouvait avoir une quelconque incidence sur ce que je viens de lire, l’espoir d’inverser la tendance et gommer l’effroi dans lequel je me trouve. S’ensuivent quelques heures de craintes, elle peut gagner, malgré toutes les tentatives de raisonnements face aux partisans du “ni-ni”. Je sais comme il a été bien compliqué de faire appel au barrage républicain pendant cet entre-deux-tours, et que les débats passionnés de ces derniers jours ont occasionné de nombreuses ruptures au sein de la société française.

Ah oui, elle, c’est la candidate de l’extrême-droite, l’extrémiste comme l’appelle les journalistes belges, quand certains de nos journalistes ici, sans vouloir m’aventurer dans un quelconque populisme bas de gamme, l'ont présenté sous un angle sympathique,  rendant alors possible l’éventualité de porter son projet fasciste au pouvoir. C’est ce qui me terrifiait depuis le 10 avril, et qui ne m’a pas lâché donc, jusqu’à la fuite des premières estimations des résultats de la part de nos voisins belges.

Monsieur Macron, je dois vous dire que ce soulagement fut bref. Il s'est stoppé net dès lors que mon regard s’est posé sur votre équipe gouvernementale en train de danser sur le champ de mars, se réjouissant, toute honte bue, de votre victoire et de votre réélection suite à un quinquennat sans cohabitation. Je me demande si ces images sont bien réelles. L'humilité aurait été pourtant de rigueur face au caractère tragique de ce moment historique.

En effet, 13 millions de voix pour l’extrême-droite, ce n’est pas rien, c’est une défaite morale et politique, dont vous avez été l’un des artisans. Je dois vous dire, Monsieur Macron, qu’entre les élections présidentielles de 2017 et 2022, 3 de mes votes ont été donnés principalement pour contrer l’extrême-droite. J’ai renié une partie de mes convictions au premier tour du 10 avril 2022, en votant gauche utile, tant l’extrême-droite me fait peur. Je vous ai ensuite donné ma voix au second tour de 2017, et maintenant celui de 2022, dans l’unique but de faire barrage. Un vrai castor. 

J’habite à Saint-Denis, et nous avons voté pour vous à près de 80% (79,09%) au second tour, et après vérification, je suis presque certaine que nous nous trouvons dans le peloton de tête des villes qui vous ont accordé le plus de voix. Mais pourtant, ne vous méprenez pas avec ce haut score, il ne s’agit aucunement d’un vote d’adhésion, mais d’un vote de survie face à la menace fasciste qui ne cesse de grossir en France. Ici, dans ma ville, l’extrême-droite n’est pas un fantasme, un programme à essayer pour contester un ordre établi, car le racisme et la xénophobie sont vécus au quotidien par une bonne partie de la population, comme ce monsieur croisé dans la rue la veille du second tour, qui le regard plein d’inquiétude, m’a demandé si j’allais bien voter pour vous et non pour la fasciste. Voilà où nous en sommes rendus et c’est un échec terrible. 

Est-ce que cela vous en aviez conscience en venant nous rendre visite la semaine dernière à Saint-Denis, que les gueux conspués que nous sommes, les oubliés d’une politique en faveur des puissants, les soi-disant islamo-gauchistes, les wokes, les amish, allions faire barrage, dans un effort collectif, au fascisme, malgré toutes les attaques répétées de votre camp politique à notre encontre, nous militants de gauche, que d'admirables tribunes seraient écrites pour rappeler le danger de l’extrême-droite, quand alors la peine ne serait même pas prise de votre côté pour le nommer,. J’espère, même si je vous n’accorde aucune confiance, que vous saurez vous souvenir que le 93 a pris ses responsabilités face au fascisme.

13 millions de voix pour le RN, et vous dansez, rigolez, célébrez une victoire qui est le résultat de tout, sauf d’un vote d’adhésion. 

Face à ce danger, à cette parole raciste banalisée,  je m’apprête une nouvelle fois, aux législatives et en fonction des arbitrages entre les différents partis de gauche, à voter utile, avec le sentiment de trahir encore ma famille politique de coeur, car il y a une urgence anachronique à combattre et à laquelle je ne peux me soustraire: l’extrême-droite. Et pour cela, je suis terriblement en colère. 

Oui, Monsieur Macron, je vous l’accorde: ce vote vous oblige pour les années à venir. Premièrement, à faire appel à plus d’humilité en ne confondant pas la peur de voir un programme fasciste advenir en France, et un vote d’adhésion. Oui, ce vote vous oblige à regarder en face la montée terrifiante de l’extrême-droite et de placer toute votre énergie pour combattre les idées mortifères du RN, car ici, il n’y a pas beaucoup de doutes à avoir : il s’agit bien d’un vote d’adhésion à des idées rances. Et enfin, Monsieur Macron, ce vote vous oblige à rendre la démocratie accessible à l’ensemble des citoyens français, et à réformer un système malade, dans lequel une majorité de français ne se reconnaît plus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine