Un simple contrôle de police

Certains d’entre nous parlerons d’un simple contrôle d’identité. Je préfère utiliser le mot humiliation. Une dizaine d’enfants, entre 12 et 15 ans maximum alignés contre la grille d’un immeuble, fouillés par la police.

Certains d’entre nous parlerons d’un simple contrôle d’identité. Je préfère utiliser le mot humiliation. Une dizaine d’enfants, entre 12 et 15 ans maximum alignés contre la grille d’un immeuble, fouillés par la police.

Il y a quelques jours, un triste anniversaire. Celui de la mort de Zyed et Bouna. 2 gamins innocents, nés du mauvais côté du périph, morts pour rien.

Nos gouvernements n’apprennent rien de leurs erreurs. Nos gouvernements font toujours le choix du tout répressif  et utilisent de façon hypocrite les « révoltes », « l’embrasement des banlieues » pour justifier leur politique sécuritaire et discriminatoire.

Mais aujourd’hui, il n’y avait pas de révoltes, pas d’embrasement. Seulement une dizaine de copains en vacances. Ils n’ont pas plus de 15 ans. A côté des grilles, il y a un square où l’on peut faire du sport, jouer au basket ou au foot.

La police arrive. Il y a une histoire de vélib apparemment. Ils sont alignés contre la grille, les mains accrochées aux barreaux. Ce n’est surement pas le premier contrôle pour certains. Ces scènes-là arrivent souvent à Saint-Denis. Des enfants contre les grilles pour montrer qui fait la loi, pour créer dès le plus jeune âge de la méfiance, de la haine, de la colère. 

La police les laisse partir. Mais le mal est fait. Ils vont en discuter entre eux, garder une profonde amertume, qui finira sans doute par se transformer en haine. Un autre contrôle, une autre altercation viendra nourrir cette défiance. La politique de l'humiliation, toujours.

contrôle © Agnès Druel contrôle © Agnès Druel

Pas assez blancs, pas nés du bon côté, toujours suspects.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.