Agnès Druel
Abonné·e de Mediapart

50 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 oct. 2017

Un simple contrôle de police

Certains d’entre nous parlerons d’un simple contrôle d’identité. Je préfère utiliser le mot humiliation. Une dizaine d’enfants, entre 12 et 15 ans maximum alignés contre la grille d’un immeuble, fouillés par la police.

Agnès Druel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Certains d’entre nous parlerons d’un simple contrôle d’identité. Je préfère utiliser le mot humiliation. Une dizaine d’enfants, entre 12 et 15 ans maximum alignés contre la grille d’un immeuble, fouillés par la police.

Il y a quelques jours, un triste anniversaire. Celui de la mort de Zyed et Bouna. 2 gamins innocents, nés du mauvais côté du périph, morts pour rien.

Nos gouvernements n’apprennent rien de leurs erreurs. Nos gouvernements font toujours le choix du tout répressif  et utilisent de façon hypocrite les « révoltes », « l’embrasement des banlieues » pour justifier leur politique sécuritaire et discriminatoire.

Mais aujourd’hui, il n’y avait pas de révoltes, pas d’embrasement. Seulement une dizaine de copains en vacances. Ils n’ont pas plus de 15 ans. A côté des grilles, il y a un square où l’on peut faire du sport, jouer au basket ou au foot.

La police arrive. Il y a une histoire de vélib apparemment. Ils sont alignés contre la grille, les mains accrochées aux barreaux. Ce n’est surement pas le premier contrôle pour certains. Ces scènes-là arrivent souvent à Saint-Denis. Des enfants contre les grilles pour montrer qui fait la loi, pour créer dès le plus jeune âge de la méfiance, de la haine, de la colère. 

La police les laisse partir. Mais le mal est fait. Ils vont en discuter entre eux, garder une profonde amertume, qui finira sans doute par se transformer en haine. Un autre contrôle, une autre altercation viendra nourrir cette défiance. La politique de l'humiliation, toujours.

contrôle © Agnès Druel

Pas assez blancs, pas nés du bon côté, toujours suspects.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet