A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

67 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 août 2019

A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

Du bois pour les Chinois, de l'or pour la mafia

Le bois de vène n’a pas de veine en Casamance. Les Chinois l’adorent, les autorités gambiennes et sénégalaises le savent, pratiquent la langue de bois et comptent leurs billes, qui ne sont certainement pas toutes de bois.

A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au printemps 2016, TV5 Monde évoquait dans son Journal Afrique le problème de la déforestation de la Casamance, la plus belle et plus pauvre région du Sénégal. Le problème était posé en termes clairs : la Gambie fournit à la Chine 30 % de ses importations mondiales de bois rouge ou « bois de vène ». Un bois estampillé « gambien » alors que ce pays n’a pratiquement plus de forêt depuis longtemps. Ce bois provient en effet de la Casamance voisine, où son exploitation est « strictement » interdite par la loi sénégalaise depuis plus de vingt ans.

Casamance © A.H.G. Randon

Trois ans plus tard, le quotidien sénégalais l’Obs titre à la une de son édition du weekend (27 et 28 avril 2019) : « Au cœur de la mafia du bois ». Les mécanismes de la corruption sont détaillés sur deux pages à l’intérieur du journal… et les autorités se contentent d'invoquer un manque de ressources humaines pour mettre fin au pillage juteux qui détruit cette belle forêt.

Baobabs en Casamance © A.H.G. Randon

Pour ma part, je trouve l’argument un peu cavalier car il est pratiquement impossible de faire plus de 15 à 20 km sur les routes de Casamance sans tomber sur un barrage de l’armée ou de la gendarmerie. Mais leur mission « de protection » se limite au contrôle des papiers et à une inspection sommaire du contenu du véhicule. Un camion chargé de bois au sud de Ziguinchor ne peut ainsi en aucun cas rejoindre la Gambie sans être passé par moult contrôles. Mais il y parvient quand même dans la plupart des cas. Interrogé, le directeur des Eaux, Forêts, Chasse et conservation des sols déclare avec fierté que plus de 800 procès-verbaux sont dressés chaque année et prétend que la prison de Kolda est pleine à cause des délinquants forestier. Mais le président de la République ayant promis de recruter 50 000 agents dans le cadre du PSE (Plan Sénégal Émergent), nous voici rassurés…

En attendant, on reboise (un peu) aux frais du contribuable et on déboise (beaucoup) au profit des multinationales, des trafiquants et peut-être aussi de quelques PSE (Potes Sénégalais Émergés).

Noix de cajou, Casamance © A.H.G. Randon

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise