A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 oct. 2021

Fermetures de mosquées : Haro sur les fidèles ?

La préfecture de la Sarthe vient d’annoncer l’ouverture d’une procédure en vue de fermer la mosquée d’Allones, où l’imam légitimerait le recours au jihad armé. Si les faits sont avérés, l’auteur de ces propos doit bien entendu être poursuivi, au besoin incarcéré, et ne doit plus être autorisé à exercer ses fonctions. Mais qui punit-on vraiment en fermant la mosquée ?

A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chaque jour de la semaine, les musulmans qui le souhaitent (et le peuvent) se rendent cinq fois par jour à la mosquée pour y prier durant quelques minutes. La présence d’un imam, bien que fréquente, n’est pas obligatoire, n’importe quel fidèle étant habilité à diriger la prière, pour peu qu’il connaisse par cœur la Fatiha et quelques brèves sourates de fin de Coran. Tout comme monsieur le curé ne délivre son sermon que le dimanche à la grand-messe, l’imam ne prêche que le vendredi à la prière de midi.

S’il arrive qu’un imam « sorte des clous » et tienne durant son prêche ou même en dehors des propos incompatibles avec les lois de la République (incitation à la haine, appel au meurtre, légitimation de la violence etc.), il est normal et même urgent de se saisir de cet individu et de le confronter à la justice de notre pays. Nous le faisons aussi, depuis peu, avec les ecclésiastiques coupables d’abus de mineurs.

La question qui se pose n’est donc pas de savoir s’il faut lutter contre l’islamisme radical, car c’est une évidence, mais quelle forme il convient de donner à cette lutte. Fermer la mosquée est-il utile alors que l’imam n’y prêche plus ? Les seules victimes de la fermeture sont les fidèles qui se retrouvent privés de lieu de culte. Un lieu de culte qui pourrait très bien continuer de fonctionner en tant que tel sans imam, ou avec un autre imam. Clamer sans cesse sur les ondes qu’il faut bien faire la différence entre les « bons » musulmans (dont les fidèles qui vont prier chaque jour à la mosquée comme certains vont chaque jour aux vêpres) et les « islamistes radicaux » pour ensuite mettre en quelque sorte tout le monde dans le même panier en fermant la mosquée ne me semble ni logique ni souhaitable. Cela risque en effet d’être contreproductif, les « bons » musulmans ayant à juste titre l’impression d’être punis parce qu’ils sont musulmans, dans un amalgame que la bien-pensance de tous bords jure sans cesse condamner. On voudrait semer la zizanie entre les citoyens qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Je n’ai jamais entendu dire qu’il fallait fermer une église sous prétexte que le curé aurait été condamné pour abus de mineurs. Que penseraient nos bonnes et fidèles grenouilles de bénitier si les portes du confessionnal leur étaient soudain fermées  ?

Ne serait-il pas plus judicieux de concentrer les efforts de la justice sur les véritables suspects et d’éviter des réponses administratives (parfois aux relents électoralistes) dont les intentions peuvent sembler douteuses aux yeux des personnes visées ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille