La petite île de Gorée

Attention : un esclave peut en cacher un autre. D’autres portes du « voyage sans retour » (la porte s’ouvrant sur la mer dans la maison des esclaves, devant laquelle se faire photographier est un « must ») s’ouvrent partout sur l’île de Gorée. Ce sont des portes sans espoir de voyage.

Sur la petite île de Gorée, sama xarit, les touristes, l’air grave, chaque jour font la queue pour visiter la maison des esclaves. Le cœur « meurtri » le temps de la visite, ils repartent ensuite vers d’autres attractions, vers d’autres émotions, sans voir Aminata qui, comme chaque jour, avait dans les couleurs de sa belle boutique placé tous les espoirs d’un cœur meurtri par la faim de ses fils…

Boutique à Gorée, Sénégal © A.H.G. Randon Boutique à Gorée, Sénégal © A.H.G. Randon

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.