A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

67 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 sept. 2022

A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

Un cochon dans la conduite ?

Deux gazoducs ont été construits pour acheminer du gaz russe en Europe. L’un n’a encore jamais fonctionné mais est prêt, l’autre est à l’arrêt. Le prix du gaz explose, les gazoducs aussi. Quelqu’un a donc gratté une allumette.

A.H.G. Randon
Traducteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mais qui a bien pu faire un tel coup ? Ce qui me semble particulièrement risible, c’est que tous les journalistes, spécialistes et commentateurs qui s’expriment au quotidien sur nos chaînes de désinformation en continu affirment toujours « ne pas voir quel intérêt les Américains pourraient bien avoir à saboter des gazoducs russes ».

Chacun se perd dans des hypothèses plus complexes les unes que les autres afin d’accréditer la thèse du sabotage russe. Ils feraient cela pour nous montrer de quoi ils sont capables. Un bateau étant trop voyant, ils auraient selon certains envoyé un cochon se faire exploser dans la conduite. J’ai tout de même un peu de difficultés à imaginer que l’on puisse fanfaronner en détruisant ses propres investissements (le nouveau gazoduc aurait coûté 10 milliards de dollars à la Russie, je n’ai pas d’info sur l’autre). Cette autodestruction signifie aussi que la Russie anticiperait une fin définitive des livraisons à l’Europe, se privant également sur le long terme non seulement de revenus mais aussi de tout argument en cas de négociations et/ou de levée de sanctions.

Les États-Unis cherchent depuis des années à nous convaincre de ne pas acheter de gaz aux Russes. Ils préfèreraient bien entendu que l’on achète leur gaz de schiste extrêmement polluant, que ce soit à l’extraction ou à la commercialisation : il faut en effet liquéfier le gaz, le charger sur des méthaniers très polluants (comme tous les gros navires), puis le gazéifier en Europe. L’affaire ne peut être rentable que si les prix sont élevés.

Je ne sais pas qui a fait le coup, mais envisager la possibilité que ce soit un fournisseur de gaz concurrent qui tentait déjà bien avant l’agression russe en Ukraine d’empêcher le chantier du second gazoduc d’aboutir ne me semble pas relever d’un esprit particulièrement complotiste. Ce qui est certain, c’est que le risque de voir le gaz russe venir concurrencer le gaz américain en Europe est désormais écarté pour un bon bout de temps.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa