Ahmed Chenikii
Professeur d'université, journaliste et écrivain
Abonné·e de Mediapart

161 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2022

Ahmed Chenikii
Professeur d'université, journaliste et écrivain
Abonné·e de Mediapart

Le Brésil, une élection sur fond de rumeurs de coup d'Etat

Des élections au Brésil sur fond de rumeurs d'un coup de force de Jair Bolsonaro en cas de victoire de Lula. Les sondages donnent Lula vainqueur avec 47% des voix contre 31% pour son adversaire. Les 156 millions de Brésiliens choisiront leur président parmi les 11 candidats sont en lice.

Ahmed Chenikii
Professeur d'université, journaliste et écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Souvent, quand on parle du Brésil, on évoque essentiellement le football, la samba, les feuilletons de TV Globo, les favela, Pelé, l’Amazonie, mais également Lula, cet ouvrier parti de rien, pour devenir un syndicaliste de renom, responsable de parti, le Parti des Travailleurs, puis Président de la République. Pour beaucoup, sa condamnation était injuste, comme celle de Dilma Rousseff.

Arrêté, objet d’intolérables dépassements judiciaires, ayant passé 580 jours en prison, puis libéré pour vice de procédure grâce à la résistance de ses soutiens et à une relative indépendance de la justice brésilienne, Lula va, cette fois-ci, -tous les sondages le donnent gagnant, certains instituts de sondage le voient dépasser les 50% au premier tour-, gérer une situation extrêmement désespérée au cas où il s’installerait à la présidence. Jair Bolsonaro a désarticulé l’économie brésilienne, la pauvreté a augmenté de 30% par rapport à l’année dernière, plus de 14% de la population vit dans une extrême pauvreté, un peu moins de 40% des Brésiliens se nourrissent mal. Sa gestion du coronavirus a été désastreuses, des centaines de milliers de morts. Ce qui devrait rendre les choses extrêmement difficiles pour Lula. Même les structures de l’Etat n’ont pas été épargnées par la volonté de Bolsonaro de décrédibiliser l’Etat pour l’éventualité d’un coup de force en cas de victoire de Lula.

La hantise d’un coup d’Etat traverse tous les esprits. C’est une possibilité. Bolsonaro prépare déjà sa défaite tout en soutenant l’idée qu’il ne partirait pas. Ses attaques continues contre les institutions de l’Etat, le processus électoral et le tribunal suprême fédéral, notamment le vote électronique sont peut-être la manifestation d’une possible non reconnaissance du résultat des urnes. Ce qui le pousserait à mobiliser ses partisans, d’ailleurs très disciplinés, pour fomenter une insurrection qui lui permettrait de rester au pouvoir. Il pourrait mobiliser des forces de police, proches de ses orientations et les camionneurs, comme ce qui s’était passé contre Salvador Allende en 1973. L’armée le suivrait-elle dans son aventure ou se cantonnerait-elle dans une sorte de silence suspect ? Rien pour le moment n’exclut ni ne confirme sa possibilité. Le rôle des Etats Unis sera primordial. Ainsi, Joe Biden pourrait, s’il en a le désir, de le dissuader.

Pour beaucoup, la victoire de Lula, dans ce contexte délétère, serait certaine, mais les choses sont très délicates dans une période de graves difficultés économique et sociales. Le retour de la pauvreté alors qu’il avait réussi à la faire reculer quand il était au pouvoir et les nombreux problèmes financiers seraient des éléments dissonants dans un contexte international très difficile. Pour le moment, le programme économique de Lula ne semble pas clair, d’autant que souvent, il prend des mesures quelque peu éloignées des recommandations du parti dont apparemment il paraît au-dessus de considérations partisanes.

Personne ne sait concrètement comment les choses risqueraient d'évoluer dans un sous-continent habitué aux coups de forces et au déni du jeu démocratique. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey