Ahmed Dahmani
Economiste, enseignant-universitaire à la retraite
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 oct. 2020

Liberté d'expression en Algérie, de la duplicité de Kamel Daoud

Kamel Daoud soutient la liberté d'expression pour Charlie Hebdo mais justifie son absence en Algérie et la condamnation de Khaled Drareni à deux de prison ferme

Ahmed Dahmani
Economiste, enseignant-universitaire à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Liberté d’expression en Algérie

De la duplicité de Kamel Daoud

Incarnation de la liberté d’expression, s’il en fut, Kamel Daoud était l’invité ce 1er octobre 2020 de  Boomerang une émission de grande écoute sur France Inter[1].

Il participait à une journée consacrée aux cinquante ans de Charlie Hebdo. Il y rappela, à juste titre, son soutien à sa rédaction massacrée par le terrorisme islamiste en 2015. Il y affirmera, concernant les caricatures de Mohammed, "Bien sûr qu’il fallait republier ces caricatures. Dessiner n’est pas un crime, c’est un plaisir, un droit, une joie ; tuer est un crime, il faut être clair là-dessus."

Mais s’agissant de la liberté d’expression en Algérie, le ton, curieusement, fut tout autre.

Ne nous attardons pas sur son appréciation du Hirak qu’il a déjà  condamné à l’échec[2] en début d’année. Et libre à lui d’apporter sa caution au pouvoir autoritaire qui sévit en Algérie depuis l'indépendance en 1962[3]. Et il a de la compagnie dans cette complaisante soumission.

Intéressons nous plutôt au thème de l’émission du jour, la liberté d’expression.

A l’évocation par l’animateur de l’émission de la condamnation du journaliste Khaled Drareni à deux ans de prison ferme « pour incitation à attroupement non armé et atteinte à l'intégrité du territoire », notre « champion de la liberté d’expression » osa une réponse qui gêna son hôte qui marqua un silence perceptible à l’antenne. En clair, il n’apporta pas son soutien à Khaled Drareni victime de l’injustice d’une justice aux ordres du pouvoir autoritaire[4]. Il en a le droit absolu !

Mais avait-il besoin de justifier cette condamnation d’un journaliste à de la prison : « Ecoutez… Je me suis abstenu de me prononcer sur cette affaire pour des raisons très simples. Il y a tellement de radicalité.. il y a tellement d’aveuglement, de naïveté.. Il y a tellement aussi d’excès qu’on arrive plus à faire entendre le sens de la mesure. » Ah bon ! Khaled Drareni, ce « naïf » qui ne connait pas « le sens de la mesure » serait donc victime de sa « radicalité » et de son « aveuglement ».

Quel renversement des rôles et des positions. Khaled Drareni qui croupit en prison pour avoir voulu exercer librement son métier, comme le réclame Kamel Daoud pour lui-même et les journalistes de Charlie Hebdo, serait donc responsable de ce qui lui arrive, du sort injuste qu’il subit. Pourquoi cette conception de la liberté d’expression valable dans l’absolu en Occident mais pas dans notre pays.

Le pouvoir  autoritaire objet de nombre de condamnations nationales et internationales[5] dans cette affaire trouve là un soutien inattendu ( ?). Et pathétique parcours pour un « champion de la liberté d’expression » !

Paris le 2 octobre 2020

[1] https://www.franceinter.fr/.../boomerang-01-octobre-2020

[2] Kamel Daoud, « Où en est le rêve algérien ? », Le Point du 12/01/2020

[3] « En Algérie nous sommes dans une situation très complexe. D’un côté il y a un régime qui a un projet pour la société. Qu’il soit légitime ou pas, ça c’est un autre débat. Il s’adresse à des familles, à des pères de familles qui ont peur du chaos. Et c'est ce qui fait qu'il a obtenu une sorte de sursis, de crédit de la part de la vaste population rurale algérienne. », émission sus-citée

[4] Le jour même de la diffusion de l’émission, Khaled Drareni « devenu un symbole de la liberté de la presse dans ce pays d’Afrique du Nord » reçoit le prix spécial du jury des Assises internationales du journalisme 2020, rapporté par http://casbah-tribune.com/assises-du-journalisme-2020-prix-special-du-jury-decerne-a-khaled-drareni/

 [5] https://blogs.mediapart.fr/ahmed-dahmani/blog/220920/pour-la-solidarite-avec-le-peuple-algerien-et-la-liberation-des-detenus-du-hirak

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay