L’Algérie en mouvement vers sa liberté

Cela fait neuf mois déjà (mi-février 2019) que les Algérien·ne·s manifestent sur tout le territoire national et dans l’émigration, notamment en France, pour crier haut et fort leur rejet d’un pouvoir autoritaire et corrompu et l’établissement d’un Etat de droit garant des libertés individuelles et collectives et promoteur de l’égalité citoyenne et la justice sociale.

L’Algérie en mouvement vers sa liberté

Cela fait neuf mois déjà (mi-février 2019) que les Algérien.ne.s manifestent sur tout le territoire national et dans l’émigration, notamment en France, pour crier haut et fort leur rejet d’un pouvoir autoritaire et corrompu et l’établissement d’un Etat de droit garant des libertés individuelles et collectives et promoteur de l’égalité citoyenne et la justice sociale.

Avec son atout décisif, le pacifisme, ce mouvement populaire, massif et inédit dans l’histoire de l’Algérie indépendante, a imposé le peuple comme un acteur majeur du champ politique. Il a permis de renouer avec l’histoire longtemps tronquée et instrumentalisée par le pouvoir. Les portraits de figures historiques anciennes que plus récentes sont brandis fièrement par les manifestants. Ce mouvement s’inscrit aussi dans le mouvement de révolte qui s’est propagée ces derniers mois partout sur la planète. Il repose la question des relations de l’Algérie avec son environnement maghrébin et méditerranéen. L’importante communauté algérienne en France, qui s’est mobilisé avec le Hirak, s’interroge aussi sur le rôle qu’elle peut jouer dans la reconstruction de l’Algérie dans un cadre démocratique. Enfin, ce mouvement porté notamment par les jeunes fait preuve d’une inventivité et d’une créativité insoupçonnées : chants, danses, slogans, affiches, banderoles, masques, vidéos, etc.


En partenariat avec l'association algérienne en France ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie), le Festival Strasbourg-Méditerranée (www.strasmed.com ) organise une table-ronde sur le Hirak en Algérie : "Bilan et perspectives du mouvement", avec Sofia Djama, cinéaste, Karima Dirèche, historienne, Tewfik Allal, coordinateur de ACDA, Ahmed Dahmani, économiste, membre ACDA. Animation : Salah Oudahar, directeur artistique du Festival.

Chant et musique : Kahina Afzim , Issam Azzi

Lieu : STRASBOURG , à la Cité de la musique et de la danse de Strasbourg (1, place Dauphine),

Date : Samedi 23 novembre à 17 heures.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.