Aide et Action
Action Education, association internationale de développement par l'éducation depuis plus de 40 ans
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2019

Aide et Action
Action Education, association internationale de développement par l'éducation depuis plus de 40 ans
Abonné·e de Mediapart

Pisa sans surprise: Inégalités en hausse pour la France!

Les résultats du Programme international pour le suivi des acquis ( PISA), mené auprès de 600 000 élèves de 15 ans dans 79 pays , sont encore décevant pour la France. Si l’Hexagone semble cette fois se classer au dessus de la moyenne des pays de l’OCDE, elle se fait une nouvelle fois taper sur les doigts pour ses inégalités grandissantes.

Aide et Action
Action Education, association internationale de développement par l'éducation depuis plus de 40 ans
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dévoilant les résultats du  « Programme international pour le suivi des acquis » (PISA) 2018 en ce mardi 3 décembre, le constat fait par Angel Gurria, Secrétaire Général de l’OCDE, sur le système éducatif français est sans appel. « La France occupe dans Pisa une place honorable au dessus de la moyenne. Mais c'est un des pays les plus inégalitaires. Agir pour réduire les inégalités est urgent. L'enjeu principal est celui de la capacité du système scolaire français à faire progresser les plus fragiles. Il faut allouer les ressources là où il y a des besoins. Il faut former les enseignants et lutter contre l'échec scolaire dès le plus jeune âge ».

Un score en hausse qui cache une forte ségrégation

Tout est dit : certes les élèves français ont en moyenne mieux réussi les tests (compétences de l’écrit, mathématiques et sciences) que les années précédentes  et se classent aujourd’hui un peu au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE (493 points, soit au dessus de la moyenne de l’OCDE à 487), mais, comme les années précédentes, cette moyenne cache d’importantes inégalités. «  Comme déjà observé lors des éditions précédentes de PISA, la France est l’un des pays de l’OCDE où le lien entre le statut économique et la performance dans PISA est le plus fort avec une différence de 107 points entre les élèves issus d’un milieu favorisé et ceux issus d’un milieu défavorisé. », notent les experts de l’OCDE dans les conclusions sur les résultats de la France.

« L’égalité des chances », un mythe plus qu’une réalité

Force en effet de constater que les élèves français issus de milieux défavorisés réussissent moins bien que les autres : près de 40 % d’entre eux, contre 34% en  moyenne pour l’OCDE, ont des difficultés en culture de l’écrit, mathématiques et culture scientifique. Ils manifestent également des ambitions moins élevée que les autres : un élève défavorisé sur 5 ne prévoit pas de faire des études longues, alors que ce pourcentage est très faible parmi les élèves issus de milieu favorisé. Au total, seuls deux pays – Israël et le Luxembourg - sur les 79 interrogés dans le cadre de PISA ont un niveau d'inégalités sociales plus important que la France. Autant dire que la célèbre égalité des chances dont se vante la France depuis Jules Ferry est plus un mythe qu’une réalité.  

L’éducation nationale fait l’autruche

Le Ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a pourtant accueilli ses résultats favorablement, mettant en avant les mesures prises depuis sa nomination : classes dédoublées, "devoirs faits" et réforme des Instituts Nationaux Supérieurs de l'Enseignement et du Professorat  ( INSPE) pour une formation officiellement plus "pratique" que théorique…. Des mesures qui font toutefois pâle figure à côté des nombreux problèmes soulevés par l’OCDE : manque de matériels adéquats dans les établissements, concentration des élèves en difficulté dans les mêmes écoles, forte indiscipline dans les classes et augmentation des élèves absentéistes ou en retard. A cela s’ajoute un mal-être grandissant des élèves français. Interrogés sur leurs sentiments, ils pointent du doigt un faible sentiment d’auto-efficacité et une plus grande peur de l’échec que la moyenne observée dans les pays de l’OCDE. Ils craignent également de ne pas avoir suffisamment de talents. A peine 6 élèves sur 10 ont confiance en eux et la part des élèves satisfaits de leur vie est en baisse. L’OCDE souligne également la faible implication des parents français dans l’éducation de leurs enfants : environ 39% des parents ont discuté de leurs progrès avec le professeur de leur propre initiative contre 41% en moyenne dans l’OCDE et seuls 11% des parents ont participé à la gestion de l’école contre 17% dans l’OCDE. Ces pourcentages décroissent encore dans les établissements défavorisés mais le point noir reste la qualité de l’enseignement dispensé.

Le point noir : la qualité de l’enseignement

Comme le souligne, Andreas Schleicher, Directeur de l'Education et des Compétences à l’OCDE, les pays les plus performants au test PISA ( Shanghai, Singapour…)  ont clairement privilégié la qualité de l’enseignement dispensé pour améliorer les performances des élèves et les résultats sont au rendez-vous. Dommage que la France  n’ait clairement pas fait ce choix : 87% des enseignants des lycées favorisés sont certifiés ou agrégés, contre 58% pour les enseignants des lycées défavorisés. Le nombre d’enseignants vacataires se multiplient, la nomination d’enseignants sans expériences en zone prioritaire aussi. La formation des enseignants et leurs accompagnements sont eux aussi pointés du doigt : à peine 57% des élèves français déclarent que leurs enseignants semblent s’intéresser en général aux progrès de chaque élève, contre 70% en moyenne dans l’OCDE. Et plus d’un élève sur 3 estime que son professeur n’apporte pas  ou seulement parfois de l’aide supplémentaire en cours lorsque les élèves en ont besoin. Enfin, nos élèves regrettent le manque de retour individualisé sur leur travail. Clairement, il y a du boulot et urgence à remettre sur pied le système éducatif français. Pour autant, la valse des réformes à laquelle on assiste depuis plusieurs années et le refus du ministre d’écouter le mal-être enseignant ne semble pas de bon augure face à un tel chantier. 

> Découvrir l'évaluation PISA de la France

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES