Aide et Action
Action Education, association internationale de développement par l'éducation depuis plus de 40 ans
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2017

«Pour une République française garante des droits de l’enfant»

Le collectif Agir ensemble pour les droits de l’enfant (AEDE), dont l’ONG Aide et Action fait partie, se mobilise pour que les Droits de l’Enfant soient au cœur des débats électoraux.

Aide et Action
Action Education, association internationale de développement par l'éducation depuis plus de 40 ans
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un livre blanc[i] intitulé « Pour une République garante des droits de l’enfant »Aide et Action et les 56 autres organisations membres du collectif Agir ensemble pour les droits de l’enfant (AEDE) attirent l’attention sur huit thématiques essentielles de la vie des enfants – comme, notamment, « Stratégie pour une application effective de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) », «  Lutte contre les discriminations et les inégalités » ou encore « Respect des droits fondamentaux des enfants vulnérables ». Des recommandations sont également émises à l’attention des présidentiables, mais aussi des futurs membres de l’exécutif et du législatif français, afin que la France soit plus respectueuse des droits de tous les enfants. 

Dans une liste annexe intitulée « Ce que la CIDE prohibe », AEDE met également en lumière la non-conformité de certaines propositions émises par certains candidats avec la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (par exemple : abaisser la majorité pénale à 16 ans ou encore interdire à certains enfants l’accès à une scolarisation gratuite obligatoire). Une manière de leur rappeler que leurs déclarations d’intentions vont totalement à l’encontre des normes du droit international que la France s’est engagée à respecter.

Alors que la majorité des décideurs politiques actuels traitent les droits de l’enfant sous un angle restrictif, AEDE démontre, au contraire, l’ampleur de la tâche à réaliser. L’objectif de ce livre blanc : faire prendre conscience, aux femmes et hommes politiques, de l’enjeu majeur que représente le respect des droits de l’enfant, afin que ceux-ci les intègrent dans leur programme de candidat(e)s, puis dans leurs décisions d’élu(e)s.

Dans les semaines à venir, AEDE proposera à chaque présidentiable français une rencontre afin de partager ses préconisations pour les enfants en premier lieu, mais aussi - et plus généralement - pour la société dans son ensemble. Cette interpellation sera relayée, sur les réseaux sociaux, par une campagne de sensibilisation aux droits de l’enfant.

[i]« Pour une République garante des droits de l’enfant », se base sur les résultats d‘une vaste consultation nationale initiée en 2016 par AEDE et à laquelle ont répondu plus de 730 enfants et jeunes issus de tout le territoire, collectivités d’outre-mer comprises. De plus, ce livre blanc regroupe les réactions et recommandations concrètes issues de deux rencontres nationales du réseau d’enfants et de jeunes animé par AEDE.


Depuis 2013, à l’initiative de DEI-France, 57 organisations de la société civile, dont Aide et Action, travaillant dans tous les domaines de l’enfance (justice, santé, éducation, protection de l’enfance…) se sont réunies au sein du collectif AEDE. Avec les enfants et les jeunes, elles rédigent un rapport sur la situation des enfants en France pour le Comité des droits de l’enfant des Nations unies. Aide et Action fait partie du collectif et du comité de pilotage de ce projet qui vise à relancer le dialogue entre pouvoirs publics et société civile afin de mieux travailler, ensemble, dans l’intérêt des enfants et améliorer le respect de tous leurs droits pour tous les enfants, sur tout le territoire.


A propos d'Aide et Action

L’association Aide et Action a été́ créée en 1981. Organisation de solidarité internationale pour le développement, elle est présente dans 25 pays, en Afrique, en Asie et en Europe. Au travers plus de 80 projets, Aide et Action, avec ses partenaires, contribue à l’amélioration de l’accès et de la qualité́ de l’éducation de plus 1,6 million d’enfants et d’adultes impliquant 6 000 écoles. Reconnue d’utilité́ publique, Aide et Action est soutenue par plus de 50 000 parrains et donateurs. Agréée en France par le ministère de l’Education nationale, Aide et Action agit pour un monde où la dignité est assurée pour toutes et tous, grâce à l’éducation, levier du développement humain. Libres de toute attache politique et religieuse, notre engagement et nos actions sont fondés, avant tout, sur les valeurs de liberté, respect, solidarité, équité, intégrité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com