G20: Make education great (for once)

Aide et Action demande à Emmanuel Macron, dans le cadre du prochain G20 prévu les 7 et 8 juillet 2017, de prendre le leadership en matière d’éducation dans le monde, comme il a su le faire sur le thème de l’environnement et du climat. Il y a urgence, l’éducation ne peut plus attendre.

« Le G20 doit traiter des questions urgentes de notre temps. Les conflits géopolitiques, le terrorisme, les migrations et les flux de réfugiés, la pauvreté, la faim, les épidémies, et les les changements climatiques grandissants sont de grandes charges pour nos sociétés et ont des impacts majeurs sur le développement économique », écrit Angela Merkel dans son avant-propos « Priorities for the G20 Summit »,  publié pour la tenue du prochain G20 qui aura lieu à Hambourg les 7 et 8 juillet prochain.  Elle annonce ainsi une rencontre internationale ambitieuse et la nécessité pour les plus grands de ce monde de parvenir, en dépit des divergences d’opinions,  à trouver des réponses adaptées à des problématiques complexes.

 L’éducation, l’éternelle absente

La question de l’absence de l’éducation lors de ce sommet se pose d’autant plus qu’elle se répète, l’éducation dans le monde étant déjà la très grande absente du dernier G7. Faut-il en déduire, comme le suggèrent déjà de nombreux spécialistes, que les chefs d’états n’ont toujours pas compris l’importance de l’éducation dans le monde ?

Rapports, études, enquêtes des plus grandes organisations internationales se multiplient pourtant pour démontrer les immenses potentiels et les innombrables impacts de l’éducation dans le monde. La dernière en date, publiée par l’UNESCO prouve que 60 millions d’adultes pourraient sortir de la pauvreté s’ils étudiaient ne serait-ce que deux années de plus au collège. Le taux de pauvreté pourrait même être divisé par 2 si tous les adultes terminaient le cycle d’études secondaires.

Il a également été démontré que chaque année d’enseignement secondaire permettait aux filles d’accroître leur salaire à l’âge adulte dans une proportion pouvant atteindre jusqu’à 25 % (Source : Banque Mondiale), qu’un enfant dont la mère sait lire avait deux fois plus de chance de survivre au-delà de 5 ans (Source : UNICEF), enfin, que les femmes ayant bénéficié d’une éducation post-primaire sont 5 fois plus susceptibles que les femmes analphabètes d’être informées du VIH/Sida (Source : UNICEF).… Ces données, plus que pertinentes, ne semblent pourtant pas suffisantes pour convaincre les grands leaders de ce monde de faire de l’éducation pour tous une priorité absolue.

Pourtant, l’éducation est la clef du développement

La liste des bénéfices apportés par l’éducation est longue. Et pourtant. En dépit des preuves et évidences qui se multiplient pour démontrer que l’éducation est la clef du développement, nos dirigeants semblent faire la sourde oreille. Non seulement, l’éducation n’est jamais au coeur des discussions mais elle n’est pas non plus la cible n°1 des nouveaux investissements. Preuve en est, l’aide allouée à l’éducation a chuté de 6% (Rapport Mondial pour l’Education) depuis 2010. A l’heure actuelle si aucun nouvel engagement financier n’est pris, si les pays donateurs n’investissent pas en éducation à la hauteur des ambitions qu’ils affichent (l’engagement pris en 2015 au Sommet de New York pour les Objectifs de Développement Durable était d’offrir à tous les enfants 12 ans d’éducation gratuite), plus de 825 millions d’enfants seront privés de formation d’ici à 2030.

Aide et Action interpelle Emmanuel Macron: “Make Education great (for once)”

A la veille du prochain G20, Aide et Action demande aujourd’hui à Emmanuel Macron de prendre le leadership  en matière d’éducation dans le monde, comme il a su le faire sur le thème de l’environnement et du climat. En tout état de cause, notre planète n’aura aucun avenir si plus de 260 millions d’enfants et 800 millions d’adultes sont laissés pour compte, exclus de toute éducation et du savoir. Il est impératif de se mobiliser maintenant pour l’éducation et d’en faire pour la première fois dans l’Histoire une priorité, non pas nationale, mais globale, internationale pour que personne ne soit plus laissé pour compte en matière d’éducation, pour que tous, sans exception, puissent accéder à l’éducation de qualité qui leur permettra de grandir, d’être en pleine santé, d’agir en citoyens libres et informés, de trouver un emploi et de faire vivre dignement leur famille.

Aux côtés de la Coalition Education, Aide et Action appelle donc le Président Emmanuel Macron et les dirigeants du G20 à soutenir massivement le Partenariat Mondial pour l’Education et le Fonds Education Cannot Wait. Nous leur demandons également de mandater la Banque mondiale et l’ONU pour développer conjointement un mécanisme de financement innovant complémentaire, qui permettrait de combler, au moins en partie, les besoins de financements en matière d’éducation.

Monsieur Macron, il y a urgence, l’éducation ne peut plus attendre….

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.