Education en danger : Aide et Action co-signe 1 appel pour un financement durable

Alors que les conséquences de la pandémie de COVID-19 sur l’éducation risquent de compromettre l’avenir de générations entières, Aide et Action, aux côtés de 189 organisations internationales , signe un appel à action, initié par ActionAid, pour un financement durable de l’éducation.

La pandémie de COVID-19 aura eu de forts impacts sur l’ensemble de la société, frappant simultanément tous les secteurs : la santé bien sûr, l’économie, l’emploi mais aussi l’éducation.

Déscolarisation et crise des apprentissages

Au pire moment de la crise, 1.6 million d’enfants se sont ainsi retrouvés privés d’école dans plus de 185 pays dans le monde. Et même si de nombreux  états ont aussitôt développé des systèmes d’éducation alternatifs, notamment via des plateformes d’apprentissage en lignes, plus de 465 millions d’enfants dans le monde, n’ayant pas accès aux nouvelles technologies de l’information, en sont restés totalement exclus. L’inquiétude est grande pour ces enfants, souvent parmi les plus vulnérables. Après des mois de déscolarisation, il est fort probable que plus de 30 millions d’entre eux, parmi lesquels 11 millions de filles, ne reviendront jamais sur les bancs de l’école en raison de l’augmentation de la pauvreté.

La Covid-19 ne doit pas être une excuse pour couper les budgets alloués à l’éducation

Au-delà de cette crise de l’éducation et des apprentissages, l’avenir de l’éducation dans le monde doit faire face à un autre péril. La crise de la pandémie de covid-19 a couté très chère : elle a subitement arrêté l’économie mondiale et privé des millions de personnes d’emplois, forçant les états à investir dans l’urgence dans les services de santé et des politiques de soutien aux plus démunis. Le risque est grand aujourd’hui de voir l’argent alloué à l’éducation se réduire comme peau de chagrin : d’après l’UNESCO, les budgets alloués à l’éducation pourraient être coupés de plus de USD 210 milliards l’an prochain en raison du ralentissement de l’économie mondiale. Face à la pandémie, les gouvernements pourraient de surcroît privilégier les investissements dans la santé ou l’économie au détriment de l’éducation, réduisant ainsi les budgets  éducation de plus de 5%, pour atteindre au final une perte totale de USD 337 milliards en éducation. Même scenario du côté de l’aide internationale à l’éducation : les pays donateurs, soumis eux aussi à de nouvelles contraintes budgétaires, pourraient privilégier d’autres secteurs que l’éducation entraînant dans les années à venir plus de USD 2 milliards de baisse.

La génération COVID : une génération sacrifiée

Les conséquences d’un tel manque de financement de l’éducation s’annoncent désastreuses pour l’avenir de générations entières : la promesse d’une éducation gratuite pour toutes et tous d’ici à 2030 risque encore de ne pas être tenue, laissant ainsi des millions d’enfants sur le bord de la route. Face à une telle menace, Aide et Action co-signe aujourd’hui avec 189 autres organisations issues de 55 pays un appel à action, initié par ActionAid, pour un financement durable pour l’éducation. L’objectif : faire de la pandémie de covid-19 l’occasion de repenser et de refonder le système éducatif afin qu’il devienne plus égalitaire et inclusif et empêcher ainsi la crise de l’éducation qui menace.  Dix mesures fortes sont proposées, à savoir

  1. Défendre la part de 20% du budget alloué à l’éducation
  2. Augmenter la taille des budgets par des mesures de fiscalité équitable
  3. Exploiter les ressources existantes des Trésors publics nationaux en agissant sur le service de la dette
  4. Lutter contre des décennies d'austérité
  5. Résister aux restrictions de la masse salariale du secteur public pour recruter plus d'enseignants (et de personnel infirmier)
  6. Inverser la tendance à la baisse de l'aide publique au développement vers les pays qui en ont le plus besoin
  7. Harmoniser l'aide et l'aligner sur le renforcement des systèmes d'éducation publique
  8. Veiller à ce que les budgets de l'éducation donnent la priorité à l'inclusion, à l'équité et à la transformation
  9. Accroître la transparence et la responsabilité  pour des dépenses efficaces et efficientes
  10. Travailler de manière intersectorielle pour défendre les services publics et impliquer les ministères des Finances

 

Pour en savoir plus sur les mesures préconisées (en anglais) par plus de 190 organisations, dont Aide et Action, rendez-vous sur https://actionaid.org/sites/default/files/publications/Call%20to%20action%20on%20domestic%20financing%20of%20education%20WITH%20SIGN%20ONs.pdf

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.