Aide et Action
Action Education, association internationale de développement par l'éducation depuis plus de 40 ans
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 sept. 2020

Aide et Action
Action Education, association internationale de développement par l'éducation depuis plus de 40 ans
Abonné·e de Mediapart

Education en danger : Aide et Action co-signe 1 appel pour un financement durable

Alors que les conséquences de la pandémie de COVID-19 sur l’éducation risquent de compromettre l’avenir de générations entières, Aide et Action, aux côtés de 189 organisations internationales , signe un appel à action, initié par ActionAid, pour un financement durable de l’éducation.

Aide et Action
Action Education, association internationale de développement par l'éducation depuis plus de 40 ans
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La pandémie de COVID-19 aura eu de forts impacts sur l’ensemble de la société, frappant simultanément tous les secteurs : la santé bien sûr, l’économie, l’emploi mais aussi l’éducation.

Déscolarisation et crise des apprentissages

Au pire moment de la crise, 1.6 million d’enfants se sont ainsi retrouvés privés d’école dans plus de 185 pays dans le monde. Et même si de nombreux  états ont aussitôt développé des systèmes d’éducation alternatifs, notamment via des plateformes d’apprentissage en lignes, plus de 465 millions d’enfants dans le monde, n’ayant pas accès aux nouvelles technologies de l’information, en sont restés totalement exclus. L’inquiétude est grande pour ces enfants, souvent parmi les plus vulnérables. Après des mois de déscolarisation, il est fort probable que plus de 30 millions d’entre eux, parmi lesquels 11 millions de filles, ne reviendront jamais sur les bancs de l’école en raison de l’augmentation de la pauvreté.

La Covid-19 ne doit pas être une excuse pour couper les budgets alloués à l’éducation

Au-delà de cette crise de l’éducation et des apprentissages, l’avenir de l’éducation dans le monde doit faire face à un autre péril. La crise de la pandémie de covid-19 a couté très chère : elle a subitement arrêté l’économie mondiale et privé des millions de personnes d’emplois, forçant les états à investir dans l’urgence dans les services de santé et des politiques de soutien aux plus démunis. Le risque est grand aujourd’hui de voir l’argent alloué à l’éducation se réduire comme peau de chagrin : d’après l’UNESCO, les budgets alloués à l’éducation pourraient être coupés de plus de USD 210 milliards l’an prochain en raison du ralentissement de l’économie mondiale. Face à la pandémie, les gouvernements pourraient de surcroît privilégier les investissements dans la santé ou l’économie au détriment de l’éducation, réduisant ainsi les budgets  éducation de plus de 5%, pour atteindre au final une perte totale de USD 337 milliards en éducation. Même scenario du côté de l’aide internationale à l’éducation : les pays donateurs, soumis eux aussi à de nouvelles contraintes budgétaires, pourraient privilégier d’autres secteurs que l’éducation entraînant dans les années à venir plus de USD 2 milliards de baisse.

La génération COVID : une génération sacrifiée

Les conséquences d’un tel manque de financement de l’éducation s’annoncent désastreuses pour l’avenir de générations entières : la promesse d’une éducation gratuite pour toutes et tous d’ici à 2030 risque encore de ne pas être tenue, laissant ainsi des millions d’enfants sur le bord de la route. Face à une telle menace, Aide et Action co-signe aujourd’hui avec 189 autres organisations issues de 55 pays un appel à action, initié par ActionAid, pour un financement durable pour l’éducation. L’objectif : faire de la pandémie de covid-19 l’occasion de repenser et de refonder le système éducatif afin qu’il devienne plus égalitaire et inclusif et empêcher ainsi la crise de l’éducation qui menace.  Dix mesures fortes sont proposées, à savoir

  1. Défendre la part de 20% du budget alloué à l’éducation
  2. Augmenter la taille des budgets par des mesures de fiscalité équitable
  3. Exploiter les ressources existantes des Trésors publics nationaux en agissant sur le service de la dette
  4. Lutter contre des décennies d'austérité
  5. Résister aux restrictions de la masse salariale du secteur public pour recruter plus d'enseignants (et de personnel infirmier)
  6. Inverser la tendance à la baisse de l'aide publique au développement vers les pays qui en ont le plus besoin
  7. Harmoniser l'aide et l'aligner sur le renforcement des systèmes d'éducation publique
  8. Veiller à ce que les budgets de l'éducation donnent la priorité à l'inclusion, à l'équité et à la transformation
  9. Accroître la transparence et la responsabilité  pour des dépenses efficaces et efficientes
  10. Travailler de manière intersectorielle pour défendre les services publics et impliquer les ministères des Finances

Pour en savoir plus sur les mesures préconisées (en anglais) par plus de 190 organisations, dont Aide et Action, rendez-vous sur https://actionaid.org/sites/default/files/publications/Call%20to%20action%20on%20domestic%20financing%20of%20education%20WITH%20SIGN%20ONs.pdf

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid