G7 : pour que toutes les filles aient droit à une éducation !

Quelques jours avant la tenue du G7 sous présidence canadienne, la Coalition Education et ses partenaires, parmi lesquels Aide et Action, se mobilisent via une campagne de twitts et une pétition en ligne pour que le financement de l’éducation des filles, notamment en situation de crise, soit l’un des principaux enjeux de la réunion des ministres des finances du G7 qui se tiendra les 2 et 3 juin.

 

« L’autonomisation des femmes est un moteur clé d’une croissance économique qui profite à tous. Il est dans l’intérêt de tous que les femmes puissent participer à nos économies et à nos sociétés de façon libre, pleine et égale. Le soutien et l’autonomisation des femmes et des filles doivent être au cœur des décisions que nous prenons. C’est pourquoi nous faisons de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes un thème central de la présidence canadienne du G7», avait déclaré le premier ministre Canadien Justin Trudeau le 27 avril dernier, un peu plus d’un mois avant le sommet du G7 dont le Canada assume cette année la présidence.

Priorité G7 : autonomisation des femmes

Avec de telles déclarations et la création pour la toute première fois d’un Conseil Consultatif pour l’égalité des sexes, ce sommet du G7, qui se réunira les 8 et 9 juin prochain à Charlevoix, pourrait prendre des décisions majeures en matière d’éducation des filles et des femmes. Des décisions qui pourraient être obtenues lors de la  réunion des ministres des Finances et du Développement et des gouverneurs des banques centrales du G7, qui se tiendra du 31 mai au 2 juin 2018 à Whistler, Colombie Britannique,  pour discuter du thème « Investir dans la croissance économique qui profite à tout le monde ». Cette réunion offrira aux ministres des Finances et du Développement l’opportunité de proposer des solutions à l’égard d’enjeux communs de première importance, notamment l’autonomisation économique des femmes et la nécessité d’accroître les fonds consacrés au développement.

Les ministres des finances en réunion ce week-end

Dans le document de mobilisation publique publiée en amont de cette réunion, les ministres du développement et des finances  s’engagent à « soutenir pleinement la participation des femmes et des filles à l’économie et à tous les segments de la société en éliminant les obstacles à leur participation dans le marché du travail et leur collectivité ». ONG et société civile sont donc mobilisées pour obtenir dès cette semaine des avancées majeures, notamment en termes de financements de l’éducation des filles et des femmes. Pour rappel, aujourd’hui 1 fille sur 5 dans le monde n’a pas accès à l’éducation.

Les filles dans les pays en situation de crise sont 2.5 fois plus susceptibles que les garçons de ne pas aller à l'école © Coalition Education Les filles dans les pays en situation de crise sont 2.5 fois plus susceptibles que les garçons de ne pas aller à l'école © Coalition Education

130 millions de filles toujours privées d’accès à l’éducation

 Au total, plus de 130 millions de filles sont aujourd’hui encore privés d’éducation et plus de 500 000 femmes sont analphabètes. L’accès des filles à l’éducation et la poursuite de leur scolarité se heurtent à de nombreux obstacles sociaux, culturels et économiques : à savoir, pauvretés et ruralités qui font que les jeunes filles sont trop loin des écoles pour s’y rendre seules et à pied, inégale répartition des tâches ménagères, mariage et grossesse précoce, violences...  

Pays en crise : la situation des filles préoccupante

La situation des jeunes filles est encore plus difficile et préoccupante dans les régions en crise puisque, dans les contextes de vulnérabilités, les filles sont 2,5 fois plus susceptibles que les garçons de ne pas être scolarisées.  C’est  pourquoi, la Coalition Education, qui rassemble 16 associations et syndicats mobilisés pour l’éducation-parmi lesquels Aide et Action, interpelle cette semaine le G7 pour prendre des mesures concrètes pour renforcer le droit à l’éducation de toutes les filles en situation de crise. 

Au travers d’une pétition « TOUTES les filles ont droit à une éducation  », disponible sur change.org et d’une mobilisation sur Twitter, La Coalition Education et ses partenaires internationaux invitent l’ensemble des citoyens à se mobiliser pour que l’éducation des filles en situation de crise soit mise à l’agenda du sommet et que des engagements politiques et financiers soient pris par les dirigeants du G7. Tous ensemble, nous demandons notamment une déclaration politique sur l’éducation des filles en situation de crise lors du sommet et 1,3 milliard de dollars de ressources nouvelles et additionnelles sur trois ans pour soutenir 3,7 millions d'enfants en crise.

 

> Pour signer la pétition "Toutes les filles ont droit à une éducation" RDV sur sur Change.org en cliquant ICI

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.