Aimé Bonny
Médecin, Professeur agrégé de cardiologie, enseignant à l'universitaire de Douala au Cameroun, Médecin des hôpitaux de France
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 oct. 2021

Vaccination anti-Covid-19: Lueur ou leurre?

L’inégalité des taux de vaccination entretien la circulation active du virus. A l’image des USA où les populations les plus précaires font plafonner le taux à 60%, les zones les plus pauvres du monde sont un vivier de l’émergence des prochains variants de la pandémie. Tant que la pauvreté côtoiera l'opulence, c’est-à-dire deux mondes à vitesses opposées, le Sars-cov-2 aura une longue vie.

Aimé Bonny
Médecin, Professeur agrégé de cardiologie, enseignant à l'universitaire de Douala au Cameroun, Médecin des hôpitaux de France
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'éradication d'une épidémie/pandémie tient à plusieurs leviers sanitaires dont l'essentiel repose sur l'isolation des cas ou l'immunité collective.

Le caractère asymptomatique de l'évolution clinique du Sars-cov-2 chez plusieurs personnes rend l'identification et l'isolation de tous les cas impossible.

L'immunité collective quand à elle, suppose que la rencontre de l'hôte (patient) et le virus (infection naturelle) ou le vaccin (inoculation d'un virus atténué, ou fabrication par génie génétique de l'ARNm viral) va armer l'organisation d'anticorps contre toute tentative d'envahissement viral. Ainsi, la chaîne de contamination s'estompe naturellement, les variants avec.

Les observations épidémiologiques montrent en effet que la transmission du virus d'un hôte à l'autre fait le lit des mutations. C'est la multiplication de ces erreurs de copie du code génétique viral (mutations) lors de sa réplication chez le nouvel hôte (patient, parfois asymptomatique) qui confère au dit virus de nouvelles propriétés pathogènes. Celles-ci peuvent être protectrices ou délétères c’est-à-dire plus contagieuses, rapides et imprévisibles, atteignant les enfants, avec un degré variable d’insensibilité aux vaccins.

Le virus ayant acquis de nouvelles propriétés pathogènes s'appelle virus mutant ou plus communément variant du virus mère.

L'appellation initialement admise d'un variant découle de son lieu géographique de découverte. Les premiers variants identifiés sont Britannique, Sud-Africain et Brésilien. Cet usage a muté vers des noms de lettres grecques. Ainsi, le variant indien actuellement en vogue a pris le nom Delta, car il a été identifié après l’Alpha (UK), Beta (Afrique du Sud) et Gamma (Brésil). Sa forte contagiosité et son taux préoccupant d'insensibilité aux vaccins ARNm (plus de 40%) en font une vraie préoccupation épidémiologique.

Vaccination à double vitesse et émergence des variants.

Tant qu'il y aura des foyers de transmission du Sars-cov-2 dans quelque coin du monde que ce soit, l'émergence de variants est à craindre. L'immunité collective naturelle étant finalement impossible à atteindre, comme nous le rappelle les tentatives infructueuses de la Grande Bretagne et de la Suède, seule l'approche vaccinale semble cristalliser tous les espoirs de la planète. On n’en oublie presque que la recherche médicamenteuse devrait redoubler d’efforts.

Cependant, cet espoir semble vain si nous considérons le monde comme un village planétaire dans lequel les hommes et les virus circulent librement. En date du 28 septembre 2021, les pays les mieux lotis en termes de taux de couverture vaccinale (à deux doses) ne dépassaient pas le seuil de 85%, la France s’en sortant plutôt bien avec 72,21%. L'émergence du variant delta et sa faible sensibilité aux vaccins sur le marché impose le recours à une troisième dose dans beaucoup de pays. De facto, le taux de protection « optimal » de ces bons élèves a chuté drastiquement.

La probable émergence de nouveaux variants encore moins sensibles aux vaccins obligera la soumission à vaccinations itératives et de plus en plus angoissantes.

L’ineptie scientifique de l’obligation vaccinale en Afrique

La non-atteinte de l’objectif vaccinal (au moins 85% des américains, avait projeté le Président Joe Biden) en occident tient lieu davantage du scepticisme des populations que de la disponibilité des vaccins.  Quid de l'Afrique et biens d'autres pays disséminés sur la planète où le taux moyen de vaccination est catastrophiquement bas? Le Maroc se comporte plutôt honorablement avec presque 51% de vaccinés. Loin derrière, la Tunisie (32,21%), le Zimbabwe (15,13%) et l’Afrique du Sud (14,33%). Une dizaine d’autres pays revendiquent des taux à deux chiffres. Pour le reste, moins de 1% de vaccinés est le scénario commun.

La péremption de lots du vaccin Astra Zeneca au Cameroun avec ses moins de 0,5% de pro-vax démontre à suffisance les difficultés des pouvoirs publics à suivre la dynamique occidentale. D'ailleurs, même si les peuples le voulaient, les pouvoirs publics africains ont-ils les moyens d'une telle politique de couverture vaccinale généralisée? Ô que non! Les doses commandées par plusieurs pays de l'Afrique subsaharienne couvrent à peine 5% de leurs citoyens. Dès-lors, l'obligation vaccinale que tente d'imposer plusieurs administrations africaines relève simplement d'une ineptie scientifique.

Il est contre-productif d’obliger une poignée de "privilégiés" à se faire vacciner dans un environnement où 99% de la population générale sont de potentiels porteurs (et donc transmetteurs) du virus. Ces vaccinés sont à la merci de nouveaux variants émergents ; lesquels variants traverseront les frontières pour une dissémination planétaire. La boucle sera ainsi bouclée. En  termes plus simple, l'inégalité de répartition des vaccins fait le lit de la pérennisation de l'infection à coronavirus dont la circulation inégale participe à son auto-entretien. A moins de fermer hermétiquement les frontières des pays vaccinés. Est-ce possible ? Le passeport vaccinal en est une forme déguisée mais poreuse. En effet, des failles lui sont déjà identifiées, traduites par un marché des vrais faux vaccinés en pleine expansion.

Tant que la pauvreté côtoiera l'opulence, c’est-à-dire deux mondes à vitesses opposées, le Sars-cov-2 aura une longue vie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras