Aimé Bonny
Médecin, Professeur agrégé de cardiologie, enseignant à l'universitaire de Douala au Cameroun, Médecin des hôpitaux de France
Abonné·e de Mediapart

34 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juin 2022

Aimé Bonny
Médecin, Professeur agrégé de cardiologie, enseignant à l'universitaire de Douala au Cameroun, Médecin des hôpitaux de France
Abonné·e de Mediapart

Législative 2022: le chausseur mal chaussé

Peut-on représenter à l'assemblée nationale une circonscription qui ferme son unique cabinet médical lorsqu'on est médecin-maire de la ville? Le cas de la ville de Coubron (93) préoccupe.

Aimé Bonny
Médecin, Professeur agrégé de cardiologie, enseignant à l'universitaire de Douala au Cameroun, Médecin des hôpitaux de France
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1
Le médecin-maire en route pour devenir médecin-maire-député

La France va revivre un moment démocratique les 12 et 19 juin prochain.

Les législatives à venir sont un tournant politique qui marquera le nouveau quinquennat du Président Emmanuel MACRON.

En effet, la perte de la majorité parlementaire conduirait, potentiellement, à une cohabitation qui est un handicap certain dans la conduite des affaires de la nation.

Un député, représentant direct de la population de sa circonscription, a une fonction vitale dans la bonne marche démocratique de la nation.

Une candidature a particulièrement retenu mon attention, tant la gestion de sa mairie me semble curieuse.

Le Dr Ludovic TORO, médecin généraliste de profession, dirige une petite et belle ville de la région parisienne, à savoir COUBRON (Seine Saint Denis).

Il y a moins de 3 mois, une de mes patientes et habitante de cette ville (Coubron) m'informa être en recherche d'un médecin traitant car le sien change de région. A ma question de savoir s'il n y a pas d'autres médecins généralistes dans sa ville, elle répliqua que le seul cabinet de la ville ferme. Je fus d'autant plus étonné que je sais son maire être médecin. J'appris donc que le seul cabinet de la ville, dans lequel le médecin-maire consulte (bien que rarement présent et à raisons de part sa fonction politique), n'a pas trouvé repreneur entre autre à cause d'une vétusté prononcée.

La question est de savoir si la mairie de cette ville a inscrit le médecine de proximité dans ses priorités ? Comment expliquer qu'une ville dirigée par un médecin n'est pas capable de promouvoir une offre sanitaire efficiente ? Est-ce impossible à une ville comme Coubron de créer une maison médicale moderne ?

La seconde question découlant de la première est de savoir si on peut raisonnablement porter au plus haut niveau national (assemblée nationale) les préoccupations de ses administrés avec un tel passif?

De manière générale, la défiance aux hommes politiques est souvent justifiée. D'où l'abstention de plus en plus prisée.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte