Biosécurité et politique

Le philosophe Giorgio Agamben explore le tournant auquel les mesures prises pour lutter contre la pandémie confrontent l'humanité. Bandes de veaux, vers où nous emmenez-vous en les acceptant ?

Traduit par DeepL à partir de la traduction anglaise parue dans Strategic Culture de l'original italien (Biosicurezza e politica), avec un minimum de révision et d'édition.
 
Ce qu'il y a de plus frappant dans les mesures exceptionnelles qui ont été mises en place dans notre pays [l'Italie, NdT] (et dans beaucoup d'autres aussi), c'est l'incapacité de les voir en dehors du contexte immédiat dans lequel elles semblent fonctionner. Presque personne ne semble avoir tenté – comme l'exigerait toute analyse politique sérieuse d'interpréter ces mesures comme les symptômes et les signes d'une expérience plus large, dans laquelle un nouveau paradigme de gouvernance sur les personnes et les choses est en jeu.

Déjà dans un livre publié il y a sept ans (Tempêtes microbiennes, Gallimard, 2013) qui mérite aujourd'hui une relecture attentive , Patrick Zylberman décrivait un processus par lequel la sécurité médicale, auparavant reléguée à la marge des calculs politiques, devenait un élément essentiel des stratégies politiques nationales et internationales. Il s'agit ni plus ni moins de la création d'une sorte de "terreur médicale", comme instrument de gouvernance pour faire face à un "scénario du pire". En 2005 déjà, dans cette logique du "pire des cas", l'Organisation mondiale de la santé avait averti que "la grippe aviaire tuerait de 2 millions à 150 millions de personnes" (la grippe H1N1 qui, en réalité, a tué en tout 455 personnes entre 2003 et 2019, NdT), en préconisant des mesures politiques que les nations n'étaient pas encore prêtes à accepter à l'époque.

M. Zylberman a décrit les recommandations politiques comme ayant trois caractéristiques fondamentales : 1) des mesures ont été formulées en fonction du risque possible dans un scénario hypothétique, les données présentées visant à promouvoir un comportement permettant de gérer une situation extrême ; 2) la logique du "cas le plus défavorable" a été adoptée comme élément clé de la rationalité politique ; 3) une organisation systématique de l'ensemble des citoyens est nécessaire pour renforcer autant que possible l'adhésion aux institutions du gouvernement. Le résultat escompté était une sorte de super-esprit civique, les obligations imposées étant présentées comme des manifestations d'altruisme. Sous un tel contrôle, les citoyens n'ont plus droit à la sécurité sanitaire, mais la santé leur est imposée comme une obligation légale (biosécurité).

Ce que Zylberman a décrit en 2013 s'est aujourd'hui réalisé très exactement. Il est évident qu'au-delà de toute urgence liée à un certain virus qui pourrait à l'avenir faire place à un autre, on peut discerner la conception d'un nouveau paradigme de gouvernement, bien plus efficace que toute autre forme de gouvernement que l'histoire politique de l'Occident a connue auparavant.

En raison du déclin progressif des idéologies et des convictions politiques, le prétexte de la sécurité avait déjà réussi à faire accepter aux citoyens des restrictions à leur liberté qu'ils n'étaient pas disposés à accepter auparavant. Aujourd'hui, la biosécurité a poussé les choses encore plus loin, en parvenant à dépeindre la cessation totale de toute forme d'activité politique et de relation sociale comme l'acte ultime de participation civique. Nous avons assisté au paradoxe des organisations de gauche, traditionnellement connues pour exiger et faire valoir des droits et dénoncer les violations de la constitution, acceptant sans réserve les restrictions à la liberté décidées par des décrets ministériels dépourvus de tout semblant de légalité. Même le gouvernement fasciste d'avant-guerre n'aurait pas rêvé d'imposer de telles restrictions.

Il semble également évident que la prétendue "distanciation sociale" restera un modèle pour la politique que les gouvernements nous réservent, comme ils nous le rappellent constamment. Il semble également évident (d'après les déclarations des porte-parole des "groupes de travail" composés de personnes en conflit d'intérêts flagrant avec leurs rôles supposés) que, dans la mesure du possible, cette distanciation sera mise à profit pour remplacer les interactions humaines directes – aujourd'hui si suspectes en raison du risque de contagion (c'est-à-dire de contagion politique) par les technologies numériques. Comme l'a déjà recommandé le ministère de l'éducation, de l'université et de la recherche, les cours universitaires seront dispensés en ligne de manière permanente à partir de l'année prochaine. Les étudiants ne reconnaîtront pas leurs camarades en regardant leur visage, qui pourrait bien être couvert par un masque sanitaire. L'identification s'appuiera plutôt sur les technologies numériques traitant les données biométriques qu'il sera obligatoire de confier aux autorités. En outre, tout type de rassemblement, que ce soit pour des motifs politiques ou simplement amicaux, continuera d'être interdit.

C'est toute la notion de destin humain qui est en jeu et nous sommes confrontés à un avenir teinté d'un sentiment d'apocalypse, de fin du monde, une idée reprise de nos anciennes religions, aujourd'hui proches de leur crépuscule. Tout comme la politique a été remplacée par l'économie, l'économie devra maintenant être intégrée dans le paradigme de la biosécurité, afin de permettre au gouvernement de fonctionner. Tous les autres besoins doivent être sacrifiés. À ce stade, il est légitime de se demander si une telle société peut encore être définie comme humaine, ou si la perte de contacts physiques, d'expressions faciales, d'amitiés, d'amour peut un jour valoir une sécurité médicale abstraite et vraisemblablement fallacieuse.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.