Les effets de la chloroquine sur le SARS-CoV sont connus depuis 15 ans

Oyez, oyez. Une étude américano-canadienne parue en 2005 dans le Journal of Virology démontrait déjà les effets de la chloroquine sur le SARS-CoV, alias le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV), le grand-père du SARS-CoV-2 responsable de la maladie dite Covid-19.

Oui, oui, le SARS-CoV est bien le grand-père du coronavirus de 2020, alias SARS-CoV-2 responsable de la Covid-19 dont tout le monde nous chauffe les oreilles :

SARS-CoV-2 (acronyme de l’anglais severe acute respiratory syndrome coronavirus 2) est le sigle officiel du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère. Il est parfois partiellement francisé en SRAS-CoV-2. Ce coronavirus, découvert en décembre 2019 dans la ville de Wuhan (province de Hubei, en Chine), est une nouvelle souche de l'espèce de coronavirus SARSr-CoV. C'est l'agent pathogène à l'origine d'une pneumonie atypique émergente, la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19).

Il se trouve qu'on sait depuis 15 ans que cette bestiole se sent mal à l'aise quand on l'arrose à la chloroquine du "gourou hirsute" (dixit cette crapule d'Usul) :

https://virologyj.biomedcentral.com/articles/10.1186/1743-422X-2-69

Alors, qu'est-ce qu'on attend pour en prescrire à tous les patients dès les premiers symptômes, nom de Dieu ?!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.