Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

91 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2011

Mais qu'est-ce que vous auriez fait?

Il y a quelques années de cela, visitant un squat où avait eu lieu un incendie heureusement sans victime, j'ai rencontré l'un de mes étudiants. Il vivait là avec ses parents et une vingtaine de familles.Pour tous les habitants du 11 rue Dezobry à Saint-Denis, cet immeuble délabré était le seul refuge possible pour leur famille.

Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Bertho Alain
© Bertho Alain

Il y a quelques années de cela, visitant un squat où avait eu lieu un incendie heureusement sans victime, j'ai rencontré l'un de mes étudiants. Il vivait là avec ses parents et une vingtaine de familles.

Pour tous les habitants du 11 rue Dezobry à Saint-Denis, cet immeuble délabré était le seul refuge possible pour leur famille. Ni les rats, ni le froid, ni l'humidité, ni les murs troués n'avaient empêché d'y installer des niches de vie où un surcroit de tendresse et de solidarité familiale répondait à la précarité de l'existence et à l'insalubrité des lieux.

Leur vie était là puisque rien d'autre ne leur était ouvert. Passée la porte de la rue, ils étaient presque des habitants comme les autres. 29 enfants, pas moins, fréquentaient l'école du quartier.

Par une décision dont l'Etat français a le secret, le 30 novembre au petit matin, une opération de police brutale a procédé à l'expulsion de ces enfants et leurs parents. Ils ont dû laisser sur place vêtements, papiers, affaires d'école, jouets et poupées sans possibilité de retourner les chercher.

Au prétexte que l'immeuble présentait des dangers dont personne ne se souciait depuis 12 ans, on les a dépouillés de leur peu de biens, de la mince épaisseur de leur vie.

Et ils ont été relogés. A l'hôtel. De façon temporaire. A l'autre bout de la région parisienne. Comment continuer sa scolarité à l'Ecole Jules Vallès de Saint-Denis quand on dort à Alfortville ?

La logique froide et administrative qui conduit à de telles décisions en dit long sur l'inhumanité de ceux qui les prennent. Elle en dit autant sur la désincarnation de la chaine administrative qui permet de les appliquer et qui banalise le mal.

Hannah, l'héroïne du Liseur de Bernhard Schlink, sommée d'expliquer son refus d'ouvrir les portes de l'église en feu où mourraient des dizaines de femmes répond : « mais nous n'aurions tout de même pas pu les laisser s'enfuir comme ça. Nous étions responsables d'elles. On était là pour les garder et pour qu'elles ne s'enfuient pas. »

Ce qui fait la force des pouvoirs autoritaires, surtout lorsqu'on ne vit pas dans un régime de terreur, ce n'est pas l'autorité, c'est l'obéissance. Suivre la chaine des décisions. Prendre sa place dans une procédure aveugle. Suivre les consignes. Mettre des enfants à la rue. Murer leur chambre et leurs affaires. Parce que c'est la loi. Parce que la procédure a été suivie.

A quel moment devient-on complice, voire acteur d'une ignominie ?

Désemparée devant ses juges, Hannah ne peut que leur demander : « Mais qu'est-ce que vous auriez fait ? » Elle n'obtient pas de réponse.

Quelle est notre réponse ? Pas pour hier mais pour aujourd'hui. L'époque nous convoque devant notre propre conscience. Dans la résistance il y a toujours, d'abord, un choix libre. Celui de désobéir..

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra