Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

91 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2018

Gilets jaunes : crépuscule du parlementarisme

Nous assistons à l’émergence d’une mobilisation politique de type nouveau. Les gilets jaunes se placent en interlocuteurs directs de l’exécutif. Telle est la logique contemporaine de coupure entre l’Etat et les peuples, d’effondrement des formes représentatives de démocratie. Les gilets jaunes sont pleinement de leur temps, celui des printemps arabes, des places occupées et des ZAD.

Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis quelques semaines nous assistons en direct à l’émergence d’une mobilisation politique de type nouveau. Et depuis quelques semaines gouvernement et partis partagent une erreur de diagnostic : cette mobilisation ne serait qu’un cri de colère, un mouvement social spontanée qui verrait sa vérité dans sa seule sociologie. Peuple des campagnes et des petites villes, France des "territoires" oubliés ? Sans doute. Mais surtout et d’abord mobilisation collective durable et populaire bien au-delà des truismes sociologiques.

On a ensuite mis en valeur de grands écarts dans les dispositifs idéologiques et les subjectivités politiques mobilisées par les uns et les autres. Sans doute et l’auteur de ces lignes n’a pas été le dernier à le souligner. Il en résulte un grand éventail, parfois contradictoire, qui remonte des collectifs locaux. Qu’est-ce qui fait unité, mobilisation et popularité ? Voilà la question importante. Cette unité est construite sur deux axes forts. Le premier, qui part de la contestation des taxes, déploie en fait le refus de l’injustice et des inégalités qui s’aggravent. Le second est constitué par le refus de toute forme de délégation et de représentation. La mise en place de porte-paroles reconnus est aussi épidermiquement refusée que le fut d’emblée toute médiation partisane ou électorale.

Les gilets jaunes se placent en interlocuteurs directs de l’exécutif. Telle est la logique contemporaine de coupure entre l’Etat et les peuples, d’effondrement des formes représentatives de démocratie, d’effondrement, comme on dit, des "corps intermédiaires". La démocratie parlementaire inventée à la fin du XVIIIème siècle semble atteindre des limites historiques que l’explosion des populismes nous raconte d’une autre façon.

Le populisme électoral qu’il soit de droite ou de gauche est ainsi mis en défaut sur son propre terrain. La revendication très vite posée d’un retour aux urnes apparaît au mieux comme une tentative d’engranger électoralement la colère, au pire comme un moyen de mettre fin à la mobilisation. De Gaulle n’a-t-il pas arrêté Mai-68 en dissolvant l’Assemblée nationale ? Mais le processus électoral délégataire (et dilatoire) a perdu sa crédibilité. La démocratie qui est ici incarnée est une démocratie d’exigence immédiate et une démocratie d’expertise populaire.

Nul besoin de Nuit debout place de la République : il y a aujourd’hui autant de "Nuit debout" que de collectifs de blocage. Un récit commun s’y élabore. Une expertise populaire des situations vécues s’y construit. Pourquoi faudrait-il déléguer une once de cette nouvelle puissance à des professionnels du discours d’Etat ? Pour un François Ruffin qui l’a compris et expérimenté, combien de professionnels de la délégation de pouvoir, dans la majorité comme dans les oppositions sont toujours sourds et aveugles ?

Les gilets jaunes sont pleinement de leur temps, celui des printemps arabes, des places occupée et des ZAD. Nul ne peut prédire ce qu’ils deviendront. Mais il est sûr que nous serons confrontés à d’autres mobilisations de ce type dans les années à venir. Le crépuscule du parlementarisme ne fait que commencer.

Cette tribune a été publiée dans Regards avec quatorze autres textes de Bertrand BadieLudivine BantignyEsther BenbassaLaurent BinetThomas BranthomePaul ChemetovRokhaya DialloBernard FriotPierre Khalfa , Philippe PaneraiOlivier TonneauChristophe VenturaDominique VidalArnaud Viviant

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement