Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

91 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2018

Gilets jaunes : crépuscule du parlementarisme

Nous assistons à l’émergence d’une mobilisation politique de type nouveau. Les gilets jaunes se placent en interlocuteurs directs de l’exécutif. Telle est la logique contemporaine de coupure entre l’Etat et les peuples, d’effondrement des formes représentatives de démocratie. Les gilets jaunes sont pleinement de leur temps, celui des printemps arabes, des places occupées et des ZAD.

Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis quelques semaines nous assistons en direct à l’émergence d’une mobilisation politique de type nouveau. Et depuis quelques semaines gouvernement et partis partagent une erreur de diagnostic : cette mobilisation ne serait qu’un cri de colère, un mouvement social spontanée qui verrait sa vérité dans sa seule sociologie. Peuple des campagnes et des petites villes, France des "territoires" oubliés ? Sans doute. Mais surtout et d’abord mobilisation collective durable et populaire bien au-delà des truismes sociologiques.

On a ensuite mis en valeur de grands écarts dans les dispositifs idéologiques et les subjectivités politiques mobilisées par les uns et les autres. Sans doute et l’auteur de ces lignes n’a pas été le dernier à le souligner. Il en résulte un grand éventail, parfois contradictoire, qui remonte des collectifs locaux. Qu’est-ce qui fait unité, mobilisation et popularité ? Voilà la question importante. Cette unité est construite sur deux axes forts. Le premier, qui part de la contestation des taxes, déploie en fait le refus de l’injustice et des inégalités qui s’aggravent. Le second est constitué par le refus de toute forme de délégation et de représentation. La mise en place de porte-paroles reconnus est aussi épidermiquement refusée que le fut d’emblée toute médiation partisane ou électorale.

Les gilets jaunes se placent en interlocuteurs directs de l’exécutif. Telle est la logique contemporaine de coupure entre l’Etat et les peuples, d’effondrement des formes représentatives de démocratie, d’effondrement, comme on dit, des "corps intermédiaires". La démocratie parlementaire inventée à la fin du XVIIIème siècle semble atteindre des limites historiques que l’explosion des populismes nous raconte d’une autre façon.

Le populisme électoral qu’il soit de droite ou de gauche est ainsi mis en défaut sur son propre terrain. La revendication très vite posée d’un retour aux urnes apparaît au mieux comme une tentative d’engranger électoralement la colère, au pire comme un moyen de mettre fin à la mobilisation. De Gaulle n’a-t-il pas arrêté Mai-68 en dissolvant l’Assemblée nationale ? Mais le processus électoral délégataire (et dilatoire) a perdu sa crédibilité. La démocratie qui est ici incarnée est une démocratie d’exigence immédiate et une démocratie d’expertise populaire.

Nul besoin de Nuit debout place de la République : il y a aujourd’hui autant de "Nuit debout" que de collectifs de blocage. Un récit commun s’y élabore. Une expertise populaire des situations vécues s’y construit. Pourquoi faudrait-il déléguer une once de cette nouvelle puissance à des professionnels du discours d’Etat ? Pour un François Ruffin qui l’a compris et expérimenté, combien de professionnels de la délégation de pouvoir, dans la majorité comme dans les oppositions sont toujours sourds et aveugles ?

Les gilets jaunes sont pleinement de leur temps, celui des printemps arabes, des places occupée et des ZAD. Nul ne peut prédire ce qu’ils deviendront. Mais il est sûr que nous serons confrontés à d’autres mobilisations de ce type dans les années à venir. Le crépuscule du parlementarisme ne fait que commencer.

Cette tribune a été publiée dans Regards avec quatorze autres textes de Bertrand BadieLudivine BantignyEsther BenbassaLaurent BinetThomas BranthomePaul ChemetovRokhaya DialloBernard FriotPierre Khalfa , Philippe PaneraiOlivier TonneauChristophe VenturaDominique VidalArnaud Viviant

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon