Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 sept. 2012

Incendie meurtrier à Saint-Denis : la politique, les caméras et la vie des gens

Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand il y a du drame, il y a toujours des caméras. Deux morts et des flammes impressionnantes. L’incendie du 39 rue Gabriel Péri à Saint-Denis le 8 septembre a fait carton plein. Le lendemain matin sur la petite place à proximité de l’immeuble, ils étaient tous là : les journalistes, le préfet Lambert, nommé par Sarkozy, Cécile Duflot, ministre du gouvernement Ayrault, Didier Paillard, Stéphane Peu et Patrick Braouezec, édiles locaux du Front de Gauche. Le message politique était clair, martelé avec conviction : les sinistrés seront tous relogés !

Deux jours plus tard, les télévisions se sont tues. Les caméras ne sont plus là. Les ministres et les élus non plus.

Les services d’hébergement d’urgence de l’Etat ne font pas face. Les résidents du 39 Gabriel Péri sont renvoyés sur le fameux « 115 » qui n’ouvre qu’à des hébergements provisoires d’une nuit dans un hôtel dont on ne connait souvent l’adresse que très tard dans la soirée.  Ceux qui sont allés à l’Hôpital sont refoulés, faute de papiers. On leur accorde une allocation alimentaire de 32 euros pour quatre jours. Demain, il auront des vêtements du Secours populaire et un repas du Secours islamique.

En l’absence de toute cellule de crise, en l’absence de local mis à disposition des sinistrés, en l’absence de toute dynamique de solidarité impulsée par les élus locaux, on assiste à des scènes surréalistes.

Lundi soir c’est au pied de l’immeuble, en pleine rue, qu’on se rassemble avec quelques voisins et militants associatifs pour échanger les informations, appeler le 115, faire le point avec des listes de fortune, constater le désastre. Il faut investir la Bourse du travail, proche, pour avoir enfin un coup de main de la mairie. Le lendemain, la scène se répète… Mais cette fois-ci, la Bourse du travail a été fermée empêchant, quel symbole, une réunion du Réseau solidarité logement de Saint-Denis.

Où sont les services de Madame Duflot, Ministre du logement, repartie très vite en voiture du lieu de son allocution de dimanche ? Où sont les services de la préfecture ? Où sont les élus et les services de la mairie ?

Mais qui sont donc ces femmes et ces hommes « sans qualité », dont la vie ne vaut que pour les effets de manches qu’ils permettent de faire sur un écran ? Juste des locataires victimes d’un propriétaire indélicat, dans un immeuble non entretenu, dont on avait coupé l’eau ! L’un d’eux, natif de la ville, quand il revenait au milieu de la nuit de son emploi à Rungis devait apporter, sur son scooter, des bouteilles d’eau minérale pour faire sa toilette : l’épicier de la rue, comprenant la situation avait augmenté ses prix !

Les sinistrés et leurs soutiens ont décidé de faire une marche en mémoire des deux victimes mercredi. Car même les morts ont été oubliés. En trois jours !

PS : on me demande des nouvelles des oubliés du 59-61. Ils sont toujours à la rue.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica