Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 août 2013

La force des armes ou la force de dieu? En Egypte et ailleurs.

Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La tragédie égyptienne nous concerne tous. Elle nous jette en pleine figure le drame de l’époque dont les égyptiens sont les premières victimes. Mais seront-ils les seuls ? Une puissance populaire d’une rare fulgurance a su mettre à bas des dictatures en 2011. Mais ces soulèvements, qui n’étaient pas des révolutions au sens moderne du terme, ont trompé nombre d’entre nous, trop pressés sans doute de ressourcer dans ces jeunes démocraties un dispositif politique parlementaire qui montre chez nous des signes d’épuisement manifeste.

En deux ans, les Tunisiens et les Egyptiens ont fait une expérience terrible. Eux qui avaient su rassembler un peuple en Nation face à l’Etat, par delà toutes les différences, n’ont pas pu institutionnaliser cet élan en établissant les bases d’un Etat pour tous, fondé sur les principes mêmes qui les avaient mobilisés.

La crise de la représentation qui dure chez nous depuis des années, voire des décennies, a fait chez eux son œuvre en quelques mois.

On voit, de façon très soft, dans un pays comme la France, et d’autres, comment la question de l’intérêt commun et de son portage par l’Etat est aujourd’hui écartelé entre le discours d’ordre et l’injonction morale et religieuse, entre la logique de police portée par Nicolas Sarkozy (Discours de Grenoble 30 juillet 2010) ou Manuel Valls et l’intolérance sociale et culturelle de la « Manif pour tous ».

Cette tenaille politique a ces racines dans la perte de légitimité de gouvernements qui rendent plus facilement des comptes aux marchés financiers qu’à leur peuple. Rappelons-nous que la dénonciation du caractère virtuel de nos démocraties et de la corruption généralisée de la politique a été le fil rouge de toutes les occupations depuis les Indignados et Occupy en 2011.

La recherche d’une légitimité alternative conduit toujours peu ou prou à une logique de peur et de guerre intérieure qui fait de la police ou de l’armée le cœur réel et symbolique de l’Etat. La critique de cette légitimité perdue peut aussi conduire à une critique morale de l’action publique au nom d’une transcendance religieuse, quelle qu’elle soit.

On dénonçait autrefois l’alliance du Sabre et du Goupillon. Au Caire, ils se font aujourd’hui la guerre, comme s’il n’y avait le choix qu’entre deux principes de gouvernement : l’obéissance aux Armes ou l’obéissance à Dieu. Le premier principe conduit au massacre, l’autre à l’inquisition, à la police de moeurs et au pogrom.

C’est donc de la figure contemporaine d’un Etat pour tous, de ses principes et de sa légitimité dont il est aujourd’hui question. C’est de la possibilité d’un tel Etat que dépend l’issue de la crise égyptienne, voire de la survie d’un Etat tout court. En Egypte ou ailleurs.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal
Au Sénat, la ministre des sports défend les contestées interdictions administratives de stade
Présente dans le cadre de l’examen de la proposition de loi pour démocratiser le sport, Roxana Maracineanu s’est opposée aux amendements encadrant les interdictions administratives de stade, dont les dérives ont été largement documentées. Un positionnement que regrette l’Association nationale de supporters.
par Clément Le Foll

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener