Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mars 2014

Les Rroms du Hanul pourront-ils voter dimanche ?

Assignés au tribunal pour délit d’intégration ?Quarante six femmes et hommes, de nationalité roumaine, habitants de longue date de la ville de Saint-Denis ont été entendus avec leurs avocats au tribunal d’instance de la ville les 17 et 18 mars. Que leur est-il reproché ? D’être inscrits sur les listes électorales, d’avoir la ferme intention de participer à la vie locale et même de voter dimanche prochain.

Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Assignés au tribunal pour délit d’intégration ?

Quarante six femmes et hommes, de nationalité roumaine, habitants de longue date de la ville de Saint-Denis ont été entendus avec leurs avocats au tribunal d’instance de la ville les 17 et 18 mars. Que leur est-il reproché ? D’être inscrits sur les listes électorales, d’avoir la ferme intention de participer à la vie locale et même de voter dimanche prochain.

Ces femmes et ces hommes font partie de la communauté Rrom. Ils ont vécu et pour certains fondé leur famille dans cette ville. En 2003 une convention avec la Mairie a officialisé leur installation sur un terrain inutilisé de la SNCF, le « camp du Hanul ».

Au fil des années, ce bidonville est devenu un quartier de la ville. Des enfants sont nés là, ils y ont grandi, fréquenté les écoles. Jusqu’à ce jour de juillet 2010la chasse aux Rroms a été déclarée par le Président de la République de l’époque. Le camp du Hanul a été le premier camp évacué manu militari, comme pour l’exemple. Pendant des semaines, hommes, femmes et enfants ont été pourchassés, interdits de séjour dans la ville.

L’action de militants associatifs, et de certains élus, réunis dans le « réseau 1427 » (année de la première attestation d’une présence Rrom devant la basilique) a permis d’engager un dialogue avec la Mairie, puis peu à peu de construire un projet commun. Ce fut long. Après un premier hiver passé sur quelques parcelles du passage Dupont derrière le Stade de France, les familles sont déplacées sur un terrain exigu à la limite de la ville d’Epinay, qui engage immédiatement une procédure pour les faires expulser.

Le projet d’installation pérenne mené avec un architecte et la mairie convainc peu à peu les interlocuteurs des soutiens et des élus au niveau régional et européen. Une installation durable sur un terrain aménagé est possible depuis deux ans, le « terrain Voltaire » 55 route de la Courneuve. Il a fallu convaincre la préfecture mais aussi surmonter la peur, l’hostilité et parfois la haine agressive de la part de certains de leurs futurs voisins.

En décembre plus de 80 d’entre eux décident de s’inscrire sur les listes électorales comme pour marquer d’une pierre blanche une nouvelle étape de cette longue marche : celle d'une vie normale et stable, celle d’une intégration dont le ministre de l’intérieur dit qu’ils sont incapables.

Il n’est pas le seul à le dire et à surfer sur le racisme le plus consensuel du moment. C’est le candidat socialiste à la Mairie, Mathieu Hanotin, qui a engagé un recours contre ces inscriptions. Et c’est lui-même qui est venu défendre sa requête au tribunal, mettant en cause la validité de leur domiciliation et la sincérité de leur démarche. CQFD : des Rroms qui s’inscrivent sur les listes électorales pour voter, ça ne peut qu’annoncer la fraude. Les « voleurs de poules » ne seraient-ils capables aux yeux de certains que d’être des « voleurs de voix » ? La stratégie du soupçon fait son oeuvre et les arrières pensées électorales sont parfois nauséabondes.

C’est avec une grande dignité que ces femmes et ces hommes ont écouté, en silence, les « arguments » du député socialiste. C’est avec une grande dignité que l’un d’entre eux, ancien joueur de l’équipe de football, s’est levé pour lui demander pourquoi, décidément, il ne voulait pas qu’ils s’intègrent.

Leur avocate a dénoncé une instrumentalisation politique du tribunal à des fins électorales. Mais le mal était fait. Une fois encore.

Le tribunal rendra son verdict le 20 mars.

DERNIERE MINUTE  20 MARS 18 h 30 : le tribunal a débouté Mr Hanotin. Les Rroms du Hanul conservent leurs droits.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart