Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

91 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juin 2013

Vers la fin des filières d'anthropologie et de préhistoire en France?

Une proposition ministérielle de nomenclature d’intitulés de licence circule actuellement dans les universités. La réduction du nombre d'intitulés est argumentée par le souci d'augmenter la lisibilité et de favoriser la mobilité et la pluridisciplinarité. Et ce pour prétendument aider les étudiants à construire ou à préciser leur projet personnel et les préparer progressivement à l’insertion professionnelle

Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une proposition ministérielle de nomenclature d’intitulés de licence circule actuellement dans les universités. La réduction du nombre d'intitulés est argumentée par le souci d'augmenter la lisibilité et de favoriser la mobilité et la pluridisciplinarité. Et ce pour prétendument aider les étudiants à construire ou à préciser leur projet personnel et les préparer progressivement à l’insertion professionnelle par une ouverture socio-économique et culturelle (pour une insertion professionnelle soit immédiate, soit différée suite à une poursuite d’études en master).

Si la perspective d'un cadrage national des diplômes est souhaitable (même si la contradiction avec l'autonomie des universités est frappante), la méthode qui a permis d'établir cette nomenclature et qui est utilisée actuellement pour la faire adopter est fort contestable : les instances représentatives nationales des sections existantes n'ont pas été associées à l'élaboration de cette proposition. En ce qui concerne la section 20 du Conseil National des Universités (CNU, Anthropologie Biologique, Ethnologie, Préhistoire), nous constatons la disparition de l'ensemble des mentions des disciplines qui la compose. Ces disciplines ne pourront être enseignées qu'en tant que mineure d'une discipline qui a le statut de mention. Il s'agit d'un appauvrissement intellectuel et scientifique considérable qui, de plus, va à l'encontre de la louable volonté affichée de favoriser une plus grande fluidité de la mobilité : la mention Sciences Sociales recouvrirait alors  une telle diversité de parcours possibles, qu'en réalité la nomenclature proposée offrirait très peu de chance à un étudiant de poursuivre harmonieusement ses études dans le cadre d'une mobilité. Cela ouvre la voie à un important risque qui combine la diminution significative de la mobilité par manque de parcours équivalents et l'augmentation d'étudiants en échec en cas de mobilité dans un contexte où les parcours manquent cruellement d'harmonisation.

La disparition de la mention Ethnologie-Anthropologie serait désastreuse pour les milliers d'étudiants qui s'engagent chaque année dans nos formations, pour les enseignants-chercheurs qui verrait leur champ d'enseignement réduit aux besoins des disciplines dominantes élues par le pouvoir politique. La disparition de la mention ethnologie-anthropologie serait également désastreuse pour les formations master, qui sont articulées aux formations de licence.

Il nous paraît urgent d'envisager une alternative à cette sombre perspective :

1°) Nous proposons que la 20è section du CNU, dans la continuité de son engagement, s'empare de cette question et devienne le cadre d'un débat indispensable car il en va de la survie de notre discipline, comme des autres disciplines de notre section.

2°) Récupérant ainsi un rôle qui est sa vocation de promotion et de défense de notre discipline, nous proposons que la 20è section du CNU soit l'instance  de discussion, de débat et de proposition dont notre discipline a besoin.

3°) Afin d'envisager enfin un avenir constructif, il nous paraît indispensable que le CNU prenne l'initiative et organise une rencontre sur ce point dès la rentrée.

Vendredi 14 juin 2013

Premiers signataires membres de la 20 section du Conseil

National

des Universités

Patrick Deshayes, Université de Lyon 2

Dejan Dimitrijevic, Université de Nice

Catherine Ales, EHESS

Alain Bertho, Université de Paris 8, président de la 20 section du CNU

Sylvie Beyries, CNRS CEPAM

Jean Philippe Brugal CNRS Aix en Provence

Sandrine Costamagno, CNRS TRACE Toulouse

Michèle Cros, Université de Lyon 2

Michel De Fornel, EHESS

Anna Degiovann, CNRS Aix en Provence

Bernard Formoso, Universté Paris Ouest

Ghislaine Gallenga, Université de Provence

Georgiana Gore, Université de Clermont Ferrand

Pauline Guedj, Université de Lyon 2

Philippe Hameau, Université de Nice

Estelle Herrscher, CNRS Aix en Provence

Gaelle Lacaze, Université de Strasbourg

Agnès Martial, EHESS Marseille

 Pétition : http://www.petitionpublique.fr/?pi=ETHNOLOG

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart