Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

91 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 août 2012

Les oubliés du 59-61 expulsés ce matin : le monde à l'envers

« Ils sont là ! » Cette petite phrase dans un portable fait accélérer le pas. Il est 7 h 40.

Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Bertho Alain
© Bertho Alain

« Ils sont là ! » Cette petite phrase dans un portable fait accélérer le pas. Il est 7 h 40. La quinzaine de cars de CRS est déjà en place autour du 59-61 rue Charles Michels à Saint-Denis (voir l’article précédent). Il faut passer les barrages pour enfin assister impuissant au rituel toujours brutal des expulsions. Les valises et les sacs dans la rue, les vies jetées sur le trottoir. Les visages…

Les résidents étaient prévenus depuis la veille au soir. La préfecture a « mis les formes ». Chacun a eu le temps de ramasser ses affaires. Aucune arrestation, des policiers presque courtois, un commissaire attentif à la présence des soutiens, un gradé qui prend même le soin d’aller rechercher une poussette oubliée au 4° étage… On croit presque rêver quand on sait la violence d’expulsions passées comme celle de la rue Dezobry à Saint-Denis en 2011.

Mais sur le fond la violence est la même. Quelques personnes munies de listes font l’appel, distribuent les hébergements provisoires à l’hôtel à l’autre bout de la région parisienne. Les valises partent, la rue se vide. Il ne reste plus que les laissés pour compte à qui on conseille d’appeler le 115.

On vous le répète alors : le principe du tri est très clair. Il y a ceux « qui sont dans le protocole », c'est-à-dire les habitants recensés il y a quatre an lors de l’incendie mortel qui avait ravagé une des cages d’escalier et les autres.

Les autres, c'est-à-dire ceux qui ont été oubliés il y a quatre ans ou qui sont venus plus tard dans cet immeuble appartenant à la mairie dans lequel aucun des travaux annoncés en 2006 n’ont même été commencés, ceux là ne comptent pas, n’existent pas aux yeux des élus Front de Gauche de Saint-Denis. La mairie n’aidera pas à leur relogement. La mairie ne soutiendra pas la demande de régularisation de ceux, parmi eux, qui sont sans papier.

Il y a de quoi ne pas oser se regarder dans la glace. C’est sans doute pourquoi la demande de rendez vous faites aux élus ne trouve pas de réponse depuis 8 jours C’est sans doute pourquoi la grille de la mairie se ferme lorsque les résidents et leurs soutiens viennent s’enquérir de ce rendez-vous. C’est sans doute pourquoi aucun élu n’était présent ce matin. La Municipalité n’était représentée que par un Directeur général, fuyant tout débat, ni très courtois ni très loquace.

Il nous précise néanmoins qu’il refuse la demande que la municipalité appuie les appels vers le 115 et que les grilles de la mairie seront à nouveau fermées cet après midi..

Lorsque les soutiens ont quitté l’immeuble, le commissaire est venu les saluer. Pas le Directeur général. Le monde à l’envers.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat