Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

89 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 juin 2013

Loi Fioraso: au Sénat, la désinvolture et le mépris

Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En quelques heures, un dimanche soir, la pétition lancée par la totalité des responsables du Conseil National des Universités a recueilli plus de mille cinq cents signatures d’universitaires. L’émotion est considérable. En un vote furtif d’un amendement venu de nulle part, ou plutôt du groupe Vert de cette assemblée, le Sénat a supprimé d’un coup de plume une des rares garanties nationales encore en place des enseignants chercheurs : la procédure de qualification par discipline qui ouvre aux concours de recrutement. Discuté le 21 juin, l’amendement supprime le premier alinéa de l’article L. 952-6 du code de l’éducation prévoyant "Sauf dispositions contraires des statuts particuliers, la qualification des enseignants-chercheurs est reconnue par une instance nationale."

C'est le Conseil national des universités composé pour deux tiers d’enseignants chercheurs et de chercheurs CNRS élus qui a la charge de cette procédure. Chaque section disciplinaire fait chaque année un travail considérable de rigueur scientifique et d’équité. La qualification qu’il délivre pour quatre ans est une garantie nationale de qualité et un frein réel au caractère arbitraire et peu transparent que risque de revêtir le  recrutement des Maitres de Conférences et Professeurs par des universités déjà rongées par le localisme inscrit dans la logique de la LRU et fort bien décrit dans l’enquête de Médiapart. Ce travail est aussi une occasion unique d'embrasser dans sa globalité la vie d'une discipline et d'en assurer la visibilité face à toutes les logiques de "simplification" bureaucratique des nomenclatures universitaires. 

Les différentes sections du CNU s’étaient déjà prononcées contre cette suppression au début de l’année après la publication du rapport Berger[1] et pensaient être à l’abri d’une telle embuscade. Mais on est loin, très loin d’une situation de concertation sur le fond et d’une argumentation de principe. L’argument avancé pour proposer l’amendement est en effet que « La procédure est très chronophage, coûteuse et détourne les enseignants-chercheurs de leurs missions premières, la recherche et la formation. ( ?)» (Mme Corinne Bouchoux sénatrice)

Que cet argument manifeste une méconnaissance totale de la question est déjà inquiétant à ce niveau décisionnel. Mais le débat qui suit en séance est consternant.

Mme Dominique Gillot, rapporteure rappelle en effet que cette suppression faisait partie des propositions du rapport Berger mais que cette proposition "intéressante" était "prématurée". Ce que confirme la ministre « On peine à obtenir le consensus de la communauté scientifique. Le temps n'est pas venu d'installer ce dispositif. Laissons le temps au temps. ». Le conseil n'est pas suivi : après l’intervention de Mme Marie-Christine Blandin, présidente de la commission de la culture qui parle de « supprimer un dispositif qui pénalise tous les doctorants de France... », l’amendement est maintenu !

On nous parle de maladresse et de bévue... A en croire les protagonistes eux-mêmes, si « bévue politique » il y a, elle ne serait pas de fond mais seulement de calendrier. Dans ces conditions, on peut émettre l’hypothèse que ce n’est pas une bévue mais un lapsus collectif. Ce lapsus peut bouleverser l’équilibre fragile du recrutement universitaire : si l’amendement est adopté par la Commission Mixte Paritaire, qui aura lieu mercredi 26 juin, la bévue aura force de loi. Et la Gauche aura fait ce que la Droite n'avait pas rêvé : la libéralisation du "marché du travail" universitaire.

A la lecture des débats, aux explications embarrassées des uns et des autres on hésite sur le diagnostic. Incompétence ? Mépris des enseignants chercheurs et de leurs instances représentatives ? Désinvolture du sentiment de toute puissance ? Ou les trois ?

Alain Bertho, président de la 20° section du CNU

Site de la pétition http://www.petitions24.net/signatures/cpcnu

Lire aussi 

Recrutement des maîtres de conférences : suppression irréfléchie de la procédure nationale de qualification


[1] Rapport des Assises nationales de l'Enseignement supérieur et de la recherche remis à François Hollandepar Vincent Berger 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES