Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

91 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 août 2010

«Pourquoi tu m’as tapée?» ou la banalité du Sarkozysme

Alain Bertho
anthropologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Pourquoi tu m’as tapée ? ». Elle a peut-être six ans, peut-être sept. Elle a une longue tresse dans le dos. Son blouson de jean est un peu trop grand pour elle. Elle est assise et lève la tête vers un interlocuteur dont on ne verra pas le visage mais dont on voit le casque, l’uniforme et la matraque. Devant le silence du géant sans tête, tranquillement elle répète sa question : « pourquoi tu m’as tapée ? » Résignée, elle cesse de le regarder.

Ce jour là, le 6 juillet 2010 à Saint-Denis, ce sont des années de vie collective, de souvenirs familiaux et personnels qui ont été anéantis sur décision administrative. La petite fille à la natte a vu son enfance effacée, ses parents et leurs quelques soutiens malmenés, jetés sur le trottoir.

C’était avant le fameux discours de Grenoble et la logique était déjà en place. En dix ans, le « camp du Hanul » était devenu un quartier de Saint-Denis, habité par des écoliers, des électeurs même. En quelques heures il est devenu un terrain vague et ses habitants des proscrits pourchassés dans la ville.

Depuis le début de l’été, le bilan quasi quotidien dressé par les autorités est celui de dizaines de Hanul, des centaines de petites filles à la natte jetées sur le trottoir avant d’être jetées dans un avion.

Pourquoi ?

Pourquoi, le 28 juillet à la Courneuve, trainer par terre une femme avec son bébé sur le dos?

Pourquoi passer au bulldozer sur des abris précaires, un napperon sur une table, un berceau, un ours en peluche ?

Parce qu’on « n'occupe pas de manière illégale, de manière illicite un terrain, une surface, un appartement ou une maison, c'est aussi simple que cela". » répond le ministre (Brice Hortefeux le 25 août) . Simple comme la loi.

Va-t-on suggérer que la loi ici s’applique avec trop de dureté ? Un autre vous affirme que ces expulsions se font dans le « respect des règles européennes relatives à la libre-circulation et au séjour ainsi que les règles en vigueur concernant l'éloignement » (Eric Besson).

On vous le dit : la loi est appliquée et les procédures sont respectées. Aux pauvres à faire en sorte de ne pas être pauvres, aux sans abris d’avoir un logement, aux étrangers à être français (s’ils peuvent encore le rester). La loi s’applique à tous, c’est ça l’Etat de Droit nous répètent les ministres.

Comme le dit le maire de La Courneuve (Gilles Poux, PCF) à propos de l’expulsion musclée du 28 juillet « ces familles, en s'installant ici, savaient très bien comment tout cela allait finir. »

La raison administrative résiste à tout : à la souffrance de ses victimes, à l’émotion des militants, aux remontrances de l’Eglise, à l’inquiétude de la Commission Européenne, aux critiques de l’ONU. Car, dans sa « simplicité », la raison administrative nie l’évidence des rafles ethniques et s’oppose « à tout le blabla de la classe politique » au nom de « la réalité » et « l'aspiration des Français » (Brice Heurtefeux, le 25 août).

La raison administrative est contagieuse. Elle anesthésie les politiques, banalise l’ignominie, disloque la pensée et réduit au silence.

« Le mal peut tout envahir et ravager le monde entier précisément parce qu’il se propage comme un champignon. Il défie la pensée parce que la pensée essaie d’atteindre à la profondeur, de toucher aux racines, et du moment qu’elle s’occupe du mal, elle est frustrée parce qu’elle ne trouve rien. C’est là sa “banalité”. »[1]

Pour répondre à la petite fille à la natte, il faut se remettre à penser.

Pour répondre à la petite fille à la natte, il faut commencer à désobéir.



[1] Hannah Arendt, Correspondances croisée, Les Origines du totalitarisme, Quarto, Gallimard Paris 2002. Page 1358

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours