Alain Chellous
Enquêteur alpin (USDMHD).
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

2 Éditions

Billet de blog 6 avr. 2015

Alain Chellous
Enquêteur alpin (USDMHD).
Abonné·e de Mediapart

Sociosophif

"Il existe plus d'un être humain qui a vu des têtes chauves: la vieillesse, la maladie, la douleur (les trois ensemble ou prises séparément) expliquent ce phénomène négatif d'une manière satisfaisante. Telle est, du moins, la réponse que me ferait un savant, si je l'interrogeais là-dessus." Lautréamont (Les Chants de Maldoror, Chant IVème)

Alain Chellous
Enquêteur alpin (USDMHD).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Il existe plus d'un être humain qui a vu des têtes chauves: la vieillesse, la maladie, la douleur (les trois ensemble ou prises séparément) expliquent ce phénomène négatif d'une manière satisfaisante. Telle est, du moins, la réponse que me ferait un savant, si je l'interrogeais là-dessus."

Lautréamont (Les Chants de Maldoror, Chant IVème)

© A. Chellous

Avertissement :

 1. Cette introduction au cours de Socio-Philosophie Clinique destinée à l’élite alpine Dauphinoise est interdite aux enfants de moins de 12 ans.

 2. Nous déconseillons aux zézayeurs confirmés et autres adeptes du cheveu sur la langue® la lecture de notre titre[1] à voix haute.

Cette dernière recommandation n’a rien de méprisant ni ne relève de cette Pitié Catholique® pratiquée couramment en vallée : nous l’affirmons sereinement en regardant notre lecteur droit dans les yeux et sans le moindre tressaillement de pupille.

 Pour dissiper tout soupçon persistant à notre égard, voici un élément probant à décharge : depuis la Rixe du Bar des Alpinistes à Saint-Dauphiné en Putois (celle de vendredi dernier), un ébrèchement de notre dentition supérieure produit, outre l’effroi du chamois craignant le prédateur, un sifflement humide imitant à merveille celui de la Perdrix Bronchitique® ou d’une Locomotive Pacific® d’Afrique du Sud (plutôt qu’une marmotte sur l’adret). Ce handicap qui nous afflige (et causa notre éliminafion dès la première épreuve du Concours de Prononfiafion de la Comédie Dauphinoive) a modifié du tout au tout notre regard sur le calvaire du zézayeur et du Clodo-orthodonpathe®, regard passé sans transition du Carrément Hautain® au Grave Respectueux®[2].

Ce préalable établi, notre lecteur, rassuré par notre Dysorthophonophilie® Sincère et Valide, peut se préparer à goûter le premier fruit printanier du verger de nos Pédagogues frigorifiés. Ceci ne laissera pas de rendre dubitatif ce lecteur ingrat qui va pourtant bénéficier d’un abstract inédit, efficace, immédiatement applicable : une compilation éclair conçue pour l’aider à réaliser le programme suivant:

1-      Sans rater la lecture des cent billets prioritaires du jour,

2-      alors qu’il n’arrive pas à décoller de notre récit hypnotique (effet de cette obstination pathologique qui, depuis l’achat de son ordi, a transformé la vie de ses proches en désert humain, donc en enfer),

3-      notre lecteur (il s’agit de toi, gros nigaud !) va, alors même qu’il commence à pressentir le pire,

4-      découvrir à sa grande surprise que, au lieu du vide insondable auquel il s’attend et lui rappelle je ne sais quelle brèche dentaire évoquée ci-dessus, il y a ICI MÊME (quelques lignes plus bas), un mélange subtil de Sagesse-et-Paix-Intérieure®, qualité qui lui fait évidemment défaut puisque, sans cette addiction lamentable qui devrait lui faire honte ainsi qu’à toute sa famille jusqu’au troisième degré de parenté, il ne serait pas ici (réalité clinique incontournable souvent suggérée).

5-      Bien.

Découvrant avec stupeur que quelqu’un se préoccupe de son humanité en berne et de sa perdition spirituelle, il fait un clin d’œil à son écran préféré pour signifier qu’il entre-aperçoit l’ébauche du début d’un préalable à une fin de ce billet, fin qu’il attend impatiemment, vu qu’il en a déjà sa claque. Dans le même temps, il perçoit dans sa gorge et sa poitrine oppressée, la montée vertigineuse d’une angoisse prémonitoire, tandis que résonne dans son sonotone monotone l’amer chuchotement sifflotant de son intuition qui lui indique sans aucune aménité que la déception menace, l’espoir fait fausse route et le pire est probable.

Avant de terminer, notons encore qu’on a évité ici abominations, massacres en série, chutes aéronautiques alpines et autres rictus démagogiques. Évité également ces provocations faisant de l’internaute un pompier pyromane urgentiste plongeant dans le vide en tenant à pleine mains un long fil pourri huileux, et ceci en apnée jusqu’à s’en faire exploser les tympans.

Bref, en dépit de ses proclamations d’indécrottable scepticisme, notre distingué autant qu’éminent lecteur est maintenant prêt pour l’absorption du jour : une Pensée qui va lui être délivrée, une Pensée née d’une Expérience Pratique Vécue® et non d’une Théorie Abstraite Inapplicable Inepte® comme nous en connaissons tant. Une Pensée parfaitement biodégradable que notre commando de Philosophes et Sociologues Cliniciens ont concocté pour lui après une quarantaine d’année d’immersion en zone hostile hypoxique. La voici :

1-       Avoir froid  est ce qu’on ressent lors d’une immersion à poil en lac gelé. (A défaut, le bivouac dans la neige en pyjama coton mais sans duvet est accepté).

2-      Avoir faim signifie non seulement avoir mal à l’estomac mais également avoir faim.

3-      Avoir mal (coup de marteau-piolet sur le doigt, rage de dents, orteil dégelant sanguinolent, lombalgie en coup de poignard, maux de ventre incoercibles, céphalée de refuge, brûlure de rappel en S) fait vraiment mal (surtout sans médicaments).

4-      Avoir faim, froid, mal, ni argent, ni hébergement, ni droit de travail : ça fait quoi ?

En conclusion et par extrapolation :

 Pour constituer l’Expérience Personnelle, rien ne vaut l’expérience personnelle. Cet obstacle à la transmission théorique des connaissances est le problème principal que doit affronter le Pédagogue moderne comme l’élu politique et le cardiologue secteur 2.

Ce que traduit parfaitement cet aphorisme colporté par le Promoteur des stations d’Oisans et auquel il croyait dur comme fer :

 « Dura Rollex, sed Rollex »

© A. Chellous

DERNIERE MINUTE:

Nous avons le plaisir d’offrir aux Ministres de l’Economie et de l’Intérieur du Haut Dauphiné ainsi qu’aux autres membres du gouvernement, députés, conseillers officiels et occultes, préfets et sous-préfets et même aux simples agents d’accueil en préfecture, un stage pratique gratuit mais obligatoire de six mois en compagnie de nos guides-philosociosophes. Aucune dérogation sur avis médical ne sera acceptée.

NDLR de MDP:

1- Cet article a été refusé à l'unanimité par le comité de lecture de la Revue des Philosophes Chamoniards Libéraux.

 2- Les inactualités de l’USDMHD peuvent être consultées à partir d’ici.


[1] Notre secrétaire avait d’abord transcrit : zoziozoviv. Ce qui lui a valu un avertissement?

[2] L’accumulation de ® est parfaitement consciente. Nous savons ce que nous faisons et il ne s’agit pas d’un tic.

© A. Chellous

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal — Afrique
Burkina Faso : récit d’un putsch sur fond de rejet de la France
Huit mois après avoir pris le pouvoir par la force, le lieutenant-colonel Damiba a été déchu à son tour. Les « néo-putschistes » et des activistes l’ont présenté comme le suppôt de la France afin de mobiliser la jeunesse. Sans cela, ils ne seraient peut-être jamais arrivés à leurs fins.
par Rémi Carayol
Journal
Comment l’exportation de lait et viande « bas de gamme » démultiplie la catastrophe écologique
Dans un rapport publié mardi 4 octobre, Greenpeace, Oxfam et Réseau Action Climat analysent les conséquences de l’élevage français destiné au marché international. Un désastre environnemental et une concurrence déloyale pour les pays importateurs.
par Amélie Poinssot
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost