Alain Chellous
Enquêteur alpin (USDMHD).
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

2 Éditions

Billet de blog 11 mars 2019

Exécutif

Observer les flux communicationnels narcissiques sur MDP à l'aide d'outils Dauphino-Critiques performants ne constitue pas l'alpha et l'oméga de notre mission, fondée sur une éthique de l'action. Nul ne s'étonnera donc de notre proposition du jour: une initiation certifiée aux sociothérapies des Troubles de l'Optimisme Excessif (T.O.E.) en ligne et gratuitement.

Alain Chellous
Enquêteur alpin (USDMHD).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Horizon noirci © A.C.2019

1

Certains ont cru à notre disparition corps et âmes, confondant retrait stratégique (i) et suicide sacrificiel auto-évictif. D'autres ont cru à une exécution de salubrité publique réalisée par nos ennemis haut-savoyards (ii).

A tous, nous avons le plaisir d'annoncer notre Résurrection®!

NDLR: Nous invitons les moins de 18 ans à passer leur chemin. Cet article publié par erreur n'a pas l'autorisation du comité de censure qui étudie à l'instant même le document, lequel risque donc la destruction à tout moment. En conséquence, il est interdit de lire avant autorisation expresse. Ou du moins interdit de divulguer.

[Attention: notre garantie décennale de Résurrection, ne comporte pas de clause de présence substantielle à fréquence décente sur MDP: aucun dédommagement ne pourra être réclamé en cas d'absentéisme renouvelé du Maître].

2

L'objet du propos de ce jour n'est pas de disserter en souriant sur le thème "Gilets-Jaunes®" ni de définir la notion de "Peuple®" ni non plus de décliner les critères d'exclusion ou d'inclusion de l'ensemble désigné par l'étiquette "Peuple®". Il s'agit uniquement de gâcher la journée, avec ardeur, en évoquant le problème trans-historique du potentiel Exécutif d'un groupe d'Êtres humains.

[Pour liquider immédiatement préjugés, a priori, et fausses interprétations inévitablement produites par l'évocation imprudente du thème "GJ & Cie", précisons ceci: notre direction nous enjoint depuis des semaines de publier notre analyse du phénomène "GJ & Cie";d'autre part, il s'en est fallu de peu que nous ne témoignions d'observations locales sans précautions méthodologiques. Nous avions remarqué en effet par ici de nombreux automobilistes faisant sécher le Gilet-Jaune® sous un pare-brise de grosse cylindrée à l'arrêt, moteur 10 CV crachant leurs micro-particules vengeresses, le temps pour le GJ-man de pianoter au chaud sur son clavier de smartphone. Sur le trottoir, des bébés ridicules en poussette crachotaient leur bronchiolites pestilentielles, sans conscience de la puissance mécanique des solidarités en cours. C'était bonheur de voir cette congruence d'énergies, où d'heureux propriétaires de 4X4 et SUV Mercedes, Audi ou BMW conjuguaient Engagement citoyen à l'Amour de la Puissance Automobile. Nous ne commenterons pas plus l'attaque récente d'une Camionnette-Gilet-Jaune® qui nous coinça sur le bas-côté avec rage tandis qu'on pédalait sur deux roues à propulsion musculaire, sinon pour dénoncer ici la souffrance de l'artisan innocent soumis à pression l'obligeant à haïr le premier cyclo-pédaleur venu lui disputant son bitume. L'acidité gastrique ne nous conduit pas à confondre corrélations et lien de cause à effet. Ne nous conduit pas non plus à nous aveugler sur nos passions funestes. Passions responsable d'un parcours personnel ridicule de Martyr Anti-bagnole depuis des décennies. Passions psycho-névrotiques constitutives de notre identité profonde, ayant produit des conséquences désastreuses de neuro-congélation durable au moyen de bivouacs décarbonés (iii). Enfin, notre pratique compassionnelle positive nous a préservé, Dieu soit loué et vive la France, d'une méfiance déplacée et injuste envers ceux qui avaient ignoré les Gilets Orange de l'Aquarius (qui s'occupaient eux de précaires de chez précaires, i.e. de vrais sauvages pas de chez nous qui ne nous intéressent pas, normal: aucune aigreur ni simplisme, uniquement la paix et l'optimisme sur les temps à venir: position scientifique objectivante assumée]

Tricot dauphinois © A.C.2019

3

Reprenons. Si nous sortons de notre silence sépulcral (dont certains traîtres se sont parfaitement accommodés mais nous ne les avons pas quitté des yeux), ce n'est pas pour le plaisir d'occuper un territoire virtuel surchargé, ni afin d'exposer une fois de plus Notre Moi Magistral Remarquable. Ni sacrifier en vain au devoir du blogueur-commentateur en activité, signifiant notre opinion à tout bout de champ et à tue-tête, pour (re)définir et (re)défendre notre Identité (et pureté) Idéologique.

4

J'en viens à mon objectif présent: proposer cette lecture découverte récemment (retard inexplicable). Un livre qui étudie cette possibilité peu résistible pour chacun d'agir le Mal et s'en accommoder au mieux et sans tomber malade, sitôt qu'un cadre de références sociales adéquat l'autorise. Cadre de références dont l'histoire a montré la rapidité hallucinante d'évolution, permettant à mille profils ordinaires (nos frères) de devenir d'imprévisibles bourreaux de masse, aux temps nazis, au Rwanda, en Yougoslavie, au Vietnam, qui sont les lieux d'investigation de ce travail d'orientation psychosociale puissant. Travail basé principalement sur les témoignages des acteurs-bourreaux durant leurs procès, analyse contextualisée avec grande place aux inculpés nazis des commandos d'exécution (Einsatzgruppen). Au fil du livre, sont rappelés quelques "épisodes" des années 40-41.

Ce livre s'appelle :

"Les exécuteurs. Des hommes normaux aux meurtriers de masse", Harald Welser, 2005, Gallimard.

Bonne lecture.

(Bonne est une façon de parler: antiémétique conseillé)

Vers le bas © A.C.2019

5

Lire ceci ne rend évidemment pas euphorique bien sûr (toutes nos excuses pour ce passage cafardeux qu'on promet (sans certitude) transitoire), mais inquiet devant l'évolution rapide de représentations actuelles qui se construisent et déconstruisent, et cette tentation permanente d'imposer des définitions-séparations de groupes d'appartenances: "Nous" / "Eux", dans de nombreux discours, de nombreuses images, etc. Sans vouloir confondre des situations différentes pourtant.

Encasernement © A.C.2019

Merci pour votre lecture, ce fut un plaisir de vous retrouver.

Votre Alain Chellous préféré.

 (i) Retrait tactique validé par le CHSCT de l'université.

(ii) Noms des haut-savoyards communicables par nos canaux cryptés habituels.

(iii) Ce que j'ai fait alors, aucune bête, ni même un gilet jaune ne l'aurait fait.

Les publications de l'USDMHD sont toujours ici.

Retard considérable des responsables de Pôles. Budget non bouclé. Avertissements adressés. Menaces de licenciements..

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony