Facultatif

Nettoyage par ablation d'inutilités, liquidation impitoyable de propos ineptes: tels sont les éléments clefs du programme ébauché ici. Un programme ambitieux hélas inabordable dans un simple chapô. Un programme d'utilité publique indubitable dont l'évocation constitue le premier point de ce billet facultatif avant un deuxième point optionnel.

Epuration © A.C. Epuration © A.C.

Point numéro 1: campagne hygiénique

Merci de lire le chapô attentivement. J'insiste avec l'humilité du croyant sincère doublée de la fermeté du lieutenant-colonel d'infanterie durant l'assaut final: lire ce chapô est la condition sine qua non pour comprendre ce billet de blog. Sinon, il n'y aurait pas eu de chapô.

 

 Bien. Il est temps de faire une pause alpine avec cette citation tirée d'un dialogue théâtral:

« - Un pays propre, Grete ! Un pays propre, c’est d’abord un pays culturellement ancré dans ses traditions nationales. Ordre, silence et propreté sont les mamelles traditionnellement culturelles de notre pays bien-aimé et il nous faut lutter contre la contamination de traditions étrangères impropres à nos critères culturellement nationaux. Comprends-tu Grete ? Il faut sans cesse remonter à la pureté des origines. Nos montagnes sont les vivants symboles de la grandeur à laquelle nous sommes destinés depuis toujours et quoi de plus ordonné, plus propre et silencieux que la neige qui recouvre nos montagnes ? Ce n’est pas pour rien que nos skieurs sont les meilleurs du monde, Grete. Les skieurs étrangers ne skient pas comme les nôtres sur l’ordre le silence et la propreté : ils ne peuvent comprendre la fusion organique qui s’opère entre la neige et nos skieurs olympiques et champions du monde. Les étrangers ne comprennent rien à notre pays, Grete. Ils ne parlent de lui qu’en clichés monstrueusement caricaturaux ;(...) »

Rémi de Vos, Alpenstock, Actes Sud

 

Après cette digression qui aurait du faire l'objet central du billet, revenons au Nettoyage : de quoi s'agit-il? Et quelle en est la finalité ?

J'y réponds de ce pas avec ma franchise et mon objectivité coutumières qui sont celles du montagnard racontant un exploit réalisé sans témoin.

Notre programme d'hygiène rédactionnelle comporte trois phases (que nous numéroterons 1, 2 et 3):

1- Nettoyer ce blog en liquidant les billets non indispensables et les remarques discutables, ainsi que les commentaires superflus de l'auteur qu'il a traîtreusement disséminés au hasard, dans différents blogs (sans les avoir lus de toute évidence): travail nécessitant 3 ETP, mission d'un an.

2- Sitôt ce premier travail effectué, savonner et désinfecter l'ensemble de l'espace du club médiapartien: méthode rapide (1 ETP sur quinze jours) ou méthode fine (1000 ETP sur 5 ans).

3- Enfin, après évaluation des premières phases, assainir l'ensemble du journal en ligne: pas d'évaluation du travail fournie.

Attention, notre action sanitaire vise, non la substantifique moëlle des réflexions exposées comme le ferait n'importe quel censeur-dictateur mais uniquement leur surabondance, redondance, enflure. Il s'agit de traiter l'obsessionnalité, l'obésité. Notre éradication vise l'emballage, la répétition: pas la pensée pure et scintillante dont on aperçoit les pépites innombrables!

Certains frémiront devant un tel projet dont l'objectif salutaire consiste simplement à en finir avec le gaspillage d'écrits donc de lecture(s), gagner des heures perdues par millions, rendre à la vie d'honnêtes citoyens, les libérer d'addictions dramatiques. Simple hygiène intellectuelle et physique. Et gain électrique, puisque clavioter et surfer n'est ni gratuit ni économico-écologique, bien au contraire.

Avant de poursuivre, notons que ce propos déconcertant est publié sur ce blog d'interface de l'USDMHD avec autorisation implicite de la rédaction de MDP, sauf dépublication à venir qui serait tellement injustifiée que nous ne l'imaginons même pas.

Autant l'avouer, ce texte présent résume avec honnêteté une conférence récente au Congrès de Salubrité des Toilettes Publiques de La Grave. L'auditoire concentré et nombreux, sous perfusion de produits locaux d'origine contrôlée, a bruyamment applaudi, malgré l'accoustique défaillante (de la salle et des sonotones fournis), cette standing-ovation constituant la preuve irréfutable de la qualité intrinsèque de l'intervention que ce résumé est incapable hélas de rapporter. Et ceci même si les témoins ont noté que les applaudissements démarrèrent à l'instant même où apparurent les petits fours, transportés par des servantes accortes en tenue traditionnelle et sentant la chèvre. (Ce dernier propos n'est retenu ici qu'en vue d'attester de l'authenticité rupestre et/ou alpestre du crû).

Nos évaluateurs ont hélas brûlé la fin croustillante de cette proposition qui fascina notre public à La Grave, désolé. Signalons cependant, que d'anciens médiapartiens ont  appliqué antérieurement, parfois sans discernement, la méthode épurative préconisée ici, liquidant leurs billets à l'occasion d'un départ (bizarrement, ceux qui l'ont fait sont souvent ceux dont on appréciait les textes, n'y revenons pas).

 

Technologie moderne © A.C. Technologie moderne © A.C.

 Epurateur de blogs (Modèle non sélectif)

 

Point numéro 2: offre d'emploi

Où trouver le monde idéal? Et l'entreprise idéale? Une offre d'emploi en première page de Médiapart dimanche 24 avril n'aurait pas du nous faire tomber des nues, ainsi qu'un grimpeur mal réveillé marchant avec confiance et à l'aube sur la plaque de verglas invisible. Mais nos analystes ont cru bon de noter à notre intention un profil de poste correspondant assez bien à l'auteur de ces lignes. Lequel fut emballé par la rhétorique positive et performante qui y est développée, rappelant d'assez près l'univers merveilleux de l'entreprise high tech moderne où un cadre peut s'éclater, à la simple condition de nager dans le sens du flux. Flux qu'on aurait naïvement tendance à relier aux puissances qui s'approprient le sens de nos malheureuses existences, appropriation qu'un journal engagé pourrait contester. S'il n'y avait eu ce risque évident de burn-out à court terme, j'aurai évidemment postulé avec l'euphorie requise sous les hourras de mes disciples, je veux dire de mes fans.

 Voici l'Annonce de recrutement et un extrait du profil du poste "senior" proposé ici.

"Vos engagements

  • Patient-e, attentif-ve, fort-e d'une grande capacité d'écoute et d'attention, diplomate, vous saisissez facilement les problématiques et les enjeux et proposez rapidement des solutions adaptées aux besoins exprimés, quel que soit le métier.
  • Vous vous positionnez comme un atout indéniable et êtes très volontaire pour faire avancer le groupe par votre état d’esprit positif et vos propositions.
  • Passionné-e, nourri-e par une veille quotidienne assidue, vous contribuerez au rayonnement technique de Mediapart en assistant ou participant à des événements et à la rédaction de billets de blog.
  • Vous êtes exigeant-e et consciencieux-se, vous allez au fond des choses et n'avez pas peur de devoir creuser profondément pour trouver l'information qui vous permet de faire avancer les sujets qui vous sont confiés."

 

 Plus inquiétant cependant: comment serait rédigé une annonce similaire pour recruter des abonnés blogueurs performants dignes de ces lieux? La seule différence ne tiendrait-elle pas du N+1 qui  ne serait ici que l'autre soi-même, c'est à dire un sadique professionnel? Je laisse à chacun sa réponse et je vous laisse seuls avec vous-mêmes, terminant sans avoir conclu.

Bonne semaine à tous! Votre dévoué A.C.

 

Absence de conclusion © A.C. Absence de conclusion © A.C.

Les actualités de mai de l'USDMHD et les innombrables publications se trouvent ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.