Satisfekif

Ce n’est pas faute d’avoir été sollicité pour publier cet été. Soupirs, supplications, hystéries hurlées, admonestations hiérarchiques, menaces implicites et explicites, sans parler de quelques immondes provocations : rien ne nous fut épargné.

 

 © A. Chellous © A. Chellous

Ce n’est pas faute d’avoir été sollicité pour publier cet été. Soupirs, supplications, hystéries hurlées, admonestations hiérarchiques, menaces implicites et explicites, sans parler de quelques immondes provocations : rien ne nous fut épargné. Cet assaut concerté aurait propulsé n’importe quel billettiste virtuose au-devant de ses lecteurs sans même se relire pour fournir sur le champ un repas abject qui fasse taire ces groupies enragées. Blog-réagir ainsi comme la guèpe sous la pression de la jupe aurait surstimulé nos admirateurs déchaînés et alerté les chocards des vires supérieures. Le soir au bivouac, nous aurions observé à la lumière des étoiles une avalanche de recommander évoquant la coulée de Chantilly sous l'arête des Cosmiques (Cf. notre travail précédent)!

Mais l'écho de ce succès retentissant aurait fait se pointer les pointures Haut-Savoyardes. Sauvegarder la réputation de ce que nous représentons (Nos Si Chers Collègues et Nos Valeurs Sacrées) aurait alors impliqué une dépublication en catastrophe de ces billets à vif, avant que les friqués du Mont Blanc ne dénoncent nos faiblesses conceptuelles. Au total, nous aurions passé l’été, de billet d’urgence en billet d’urgence effacé, analysant laborieusement la fréquentation en baisse des refuges de Haute Bavière par les alpinistes grecs ou la sélectivité naturelle de nos frontières, dont la finalité géomorphologique est, on le sait, la séparation du grimpeur nordique équipé en GPS et duvet en Canard Européen (nos douaniers l'accueillent dans les meilleurs chalets-hôtels) du clodo sud-alpin remontant les pierriers en tongs plastiques (les mêmes douaniers lui destinent de magnifiques blocs granitiques basculés depuis le col par un mouvement négligent du pied droit (ou gauche)).

Soyez rassurés: nous respectons trop nos partenaires pour jouer au grand jeu de la superficialité. Bien que disposant d’un outillage dialectique et journalistique assez sophistiqué pour balayer le panorama euro-alpin en quelques paragraphes verticaux, notre ambition n’est pas l’opportunisme ou le calcul à court terme. Nous visons ici un Idéal Plus Elevé. Il ne nous échappe pas que cet Idéal est partagé avec certains membres du Club disposant des meilleures compétences en droiture Théorique et Pratique mais aussi de cette morale irréprochable aurtorisant à juger l'étudiant débutant (ou même confirmé). Nous avons, tout comme eux, cette capacité qui fait la différence, et qui consiste à repérer l’Infériorité de l’interlocuteur à partir d’indices infimes ou de non-indices recueillis ou non dans ses propos, indices subliminaux, inexistants, qu’importe. Car, tout en défendant la plus haute rigueur d’approche (et la pratiquant intensément comme l’attestent nos diplômes et certifications multiples en ces domaines de la Haute Ethique que nous maîtrisons plus que tout autres), nous soutenons en effet qu’une intuition absolue est nécessaire pour déterrer l’intrus, l’infiltré, l’ennemi, et (osons le dire avec notre habituelle témérité) le Mauvais Autre qui se cache parmi Nous.(1) Ce travail de haute volée et à risque fait de nous des Bénévoles du Bien dont la seule récompense actuelle est la satisfaction du dépistage sanitaire et aussi, mais c'est un secret, de participer pleinement à l'édification d'une statue à sa propre effigie, ce qui est, entre nous, quand même la moindre des choses)

A lire ce non-billet, vous avez compris qu'il ne s'agit pas d'une ONP (patience!). Vous réalisez qu’il ne s’agit pas du tout d’un billet de remplissage inutile ni d'un rapport de mission d’observation justificatif opportunément produit  avant le vote du budget de rentrée 2015 qui doit décider de la pérennité de la mission. Vous comprenez qu'il s'agit très expressément du texte non écrit des billets non écrits de l'été ici.

Avoir tant attendu ce billet pour apprendre qu'il n'en est pas un peut décevoir. Avoir supporté durant un mois la canicule pour gober aux premières fraîcheurs un truc pareil risque de rester au travers du gosier. Aussi, désireux de soigner au maximum les plaies traumatiques produites par notre souci de vérité et franchise, nous vous offrons en compensation opposable et en avant-garde un

Extrait du Grand Colloque de notre Université d'Eté sur le Récit: "C'est arrivé")

(Ce document sera publié avec les publications d'août (à paraître étrangement en août) et se trouve sur le blog arte-radio de l'USDMHD)

Bon été à toutes et tous!

 

Les actualités de l'USMHD de Juillet sont encore accessibles ici.

 

 © A. Chellous © A. Chellous

 

(1) Ce sujet est source de nombreuses thèses dont la plus classique est que venir sur MDP signe une incapacité à affronter le monde réel. Hypothèse qui, si elle était vérifiée, ne nous concerne pas: d'une part, nous sommes très appréciés par nos proches (actuels évidemment, les trois premiers divorces ne comptent pas et si je ne paie pas la pension pour mes huits premiers enfants, j'ai de bonnes raisons. De toutes façons, je n'ai pas à me justifier sur cet espace virtuel)

 

NDLR: l'auteur s'est souvent expliqué sur la nécessité à citer des articles internes à sa propre institution: cette pratique est recommandée dans toutes les universités afin d'obtenir les sympathies des collègues mais aussi pour améliorer le classement de l'université.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.