Alain Chellous
Enquêteur alpin (USDMHD).
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

2 Éditions

Billet de blog 5 juil. 2019

Périclitif

Difficile par les temps qui courent (vite) d'être plus chaud que le climat, garder la pêche physique et morale. Car, sans confondre météorologie et climatologie, ni raccourcir l'espace entre comportement pénible du voisin et avenir planétaire, on note que l’œdème du mollet a sale gueule quand monte la température: bref l'avenir inquiète un peu.

Alain Chellous
Enquêteur alpin (USDMHD).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Glissements antogonistes © A.C.2019

Partie I

Comme d'hab, on peut passer direct à la partie suivante ou changer de blog: gain de temps garanti)

Nos observateurs observent. Nos analystes analysent. Nos synthétiseurs synthétisent. Notre comité de publication publie. Ceci:

Comportements humains intra-urbains sous canicule: un outil pour la croissance.

Préalable, Précaution, avertissements:

Conformément aux critères présidant à l'écrit scientifique, nous éliminons tout jugement moral ou remarque subjective précipitée qui seraient trop visibles. Nos constats, analyses, conclusions, refusent tout considération externe à notre objectif initial qui est le suivant: "évaluer l'effet économique d'une canicule sur l'Homo Sapiens Solidaritus". Ni plus, ni moins.

 Introduction, initiation, préparation:

Un épisode de canicule présente l'intérêt de stimuler, comme toute situation périlleuse et/ou angoissante, l'émergence de comportements d'adaptation habituellement moins visibles ou mieux contenus par les règles régissant les échanges sociaux (i. e. politesse, prévention, marque de déférence, maintien de la face sociale)

 Observation, constat, objectivation, :

1- Phénomène initial:

Notre étude a débuté mi-juin 2019 en zone intra-urbaine sans gilets jaunes.

Elle met en évidence avec une lumière d'acier, une corrélation entre (1) augmentation de température de l'air θ et (2) réactions de survie de l'automobiliste en boîte (AB).

Les résultats montrent que pour chaque degré en plus (θ+1) de température de l'air à l'ombre correspond un doublement du nombre d'automobilistes (2XAB) faisant tourner leur moteur pour seul usage d'une climatisation à l'arrêt:

N AB (θ+ 1)° = 2XN ABθ°

2- Phénomènes secondaires (type réaction en chaîne nucléaire)

Cette contribution dynamique et innovante à l'élévation de la température moyenne en ville a des conséquences évidentes: la mise en route d'un système automatisé d'augmentations corrélatives de (1) température et (2) d'automobilistes en boîte à l'arrêt allumant le moteur pour usage de climatisation. Ce cycle vertueux fait ainsi d'une canicule un facteur de croissance économique par (1) consommation de carburant, (2) achat de climatiseurs par citadins surchauffés par les véhicules sous leurs fenêtres et qui, eux-mêmes, renforceront l'action automobilistique calorigène, amenant de nouveaux automobilistes à allumer le moteur, etc. Les piétons seront contraints à fréquenter massivement les magasins climatisés ce qui amènera une augmentation de consommation: ce faisant, la densité de clients dans les supermarchés nécessitera une augmentation de puissance des climatiseurs qui chaufferont plus encore l'air extérieur, amenant de nouveaux automobilistes en boîte à allumer le moteur et de nouveaux clients à trouver refuge dans les supermarchés.

On notera que l'asile en supermarché reste un domaine ouvert qui ne nécessite aucun dispositif de surveillance type FRONTEX, ni de zone de rétention sans rayons accessibles, preuve d'une résistance morale humanitaire du système économique en place.

3- Phénomènes tertiaires (d'ordre social, moral et philosophique)

Ce comportement de survie engendrera, par contagions inter- et trans-communautaires, une catégorie croissante d'optimistes pouvant attester de l'innocuité caniculaire sur l'activité humaine, puisqu'elles auront vécu le Nirvana Thérapeutique de l'Habitacle Climatisé en Boîte Automobile® (NTHCBA®). (Ce sujet a été abondamment traité dans notre blog, mais on ne peut pas se renouveler tous les jours)

Quant aux individus suspects ne possédant pas, ou ne pratiquant pas la climatisation automobile stationnaire, se retrouvant vite minoritaire et cantonnés dans des espaces dédiés à la rééducation des grincheux inaptes à affronter la modernité, par charité, nous ne leur accorderons pas plus d'attention.

Conclusion, aboutissement, ouverture:

Ainsi, une canicule, pour peu qu'elle soit soutenue activement par des citoyens solidaires en boîte automobile, permet d'activer des comportements économiquement vertueux (consommation énergétique augmentée, génératrice d'une saine chaleur (la chaleur c'est la vie) et d'une fréquentation accrue des centres commerciaux et épiceries à rayons surgelés. Les acteurs participants, riches d'une expérience positive, multiplieront les comportements initiaux induits, en portant la bonne parole auprès de leurs familles, amis, collègues, etc., ouvrant des perspectives d'avenir radieuses, ensoleillées et réchauffées.

Où ceci peut-il mener? © A.C.2019

Partie 2 (courte)

Les chercheurs en sciences naturelles ou humaines tardent à s'emparer de la question climatique, mais certains le font (Cf. ici). Il est intéressant de noter que le secteur médical privé prend très à cœur les questions de prévention pour la santé, donc d'écologie et climat et d'adaptation des comportements vertueux. Par exemple, l'AFML, organisme de formation créé par le révolutionnaire SML (Syndicat des Médecins Libéraux), propose des formations qui, au-delà de leurs cibles "techniques" visent à traiter l'angoisse des professionnels terrorisés par la dégradation de l'environnement nuisible à la santé et à la vie. Ces formations, indemnisées par les organismes de formation médicale officielle (OGC-DPC) (malheureusement ne prenant probablement pas en charge les à-côtés de ces formations puissantes mais heureusement, elles sont défiscalisables ce qui est intéressant au cas où les professionnels seraient imposables), sont proposées à Dubaï ou en Laponie, lieux choisis pour leur pertinence formative. Ces lieux sont réputés en effet pour faire oublier obsessions dépressives du circuit court, phobie de l'aviation au kérosène non taxé et anticipation psychotique et/ou mélancolique d'une disparition de toutes les espèces de 4X4. On trouvera toute information ici.

amollissements © A.C.2019

Partie 3

(Bientôt fini)

Nous ne sommes ni défaitistes, ni déclinants, ni pessimistes, mais au contraire, vous le savez, résolument tournés vers l'avenir. Un avenir radieux (déjà dit ci-dessus), fier de regarder l'indice de notre rassurante et éternelle progression et non le puits de terreur qui fascine certains citoyens frileux, médiocres, sans ambition. Nous ne faisons pas partie de ceux qui croient qu'une douleur au genou ou le souffle coupé signifie que le temps passe, que nous serions tenus par des limites physiques, psychiques ou autres obstacles à nos perpétuelles expansions, croissances, possibilités: non!

Et ce n'est pas parce que, par un beau matin récent, nos jambes de plomb nous menèrent sur une trace montante dans la neige bizarrement molle, la sueur faisant un sillon derrière nous, que nous dirions que les conditions météorologiques (et peut-être même carrément climatiques) nous inquiètent: non!

Ce n'est pas parce que, ayant quitté la trace neigeuse pour grimper comme un chamois angineux, tremblant, vertigineux, asthmatique suffoquant sur les rochers en dessus, nous nous trouvâmes soudain dans "l'âge des glaces - 2" (La fonte)  que nous serions affectés le moins du monde. Pas parce que des cubes de neige de taille démesurés apparurent subitement, suspendus dans l'air à cent mètres à notre niveau, emportés dans un tuyau monstrueux de blancheur sublimes que nous haussons le sourcil. Ni parce que cette cascade céleste écrasa notre trace neigeuse comme un tampon gigantesque, trois quart d'heure après notre passage qu'on pourrait se faire de la bile. Et qu'on n'ait pas anticipé le problème, qu'on ne l'aurait d'ailleurs jamais imaginé ici, de cette façon, dans une paroi si saine et à l'aube, qu'il y a de quoi en écrire des pages: ceci n'est rien, n'existe pas plus qu'un rêve fugace, puisque nous sommes encore et toujours là. Amen.

Glissements © A.C.2019

Les actualités de l'USDMHD sont encore ici avec peu de travaux, le but n'étant pas de communiquer à tout prix comme dans pas mal d'endroits que je préfère ne pas citer, mais de chercher, approfondir, travailler. Et on finira bien par publier.

Ajout au 12 juillet: pétition à signer Parcs Nationaux en danger: pour la défense des Parcs Nationaux et du maintien des effectifs (humains, oui, ça existe)
 

Attention: ce contenu indigent n'a pas été relu par la rédaction, qu'il n'engage aucunement: donc inutile de pleurnicher auprès des responsables du journal.(Cf. ci-dessous)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens