Les contradictions de Jean-Luc Mélenchon.

La candidature Mélenchon est inspirée directement par la 5ème république. Au départ une autoproclamation qui s'impose aux partis, évitant toutes confrontations démocratiques. Une campagne ultra personnalisée qui parle pourtant au nom et à un peuple abstrait. A la coupure entre privilégiés et exploités, on substitue l'opposition entre nationalistes et internationalistes. La gauche y perd son âme ..

"Je ne m’occupe que d’une chose, je veux représenter, incarner la France insoumise et fière de l’être, celle qui n’a pas de muselière, ni de laisse.”

Écrire ce billet ici, va sûrement m'attirer quelques remarques. Mais, me sentant insulté par cette affirmation qui impose que ceux qui ne sont pas représentés par Jean Luc Mélenchon auraient une muselière ou une laisse, je tiens à faire usage de ma liberté pour montrer les incohérences de son discours. Car il me paraît urgent pour l'intérêt de la gauche de clarifier certaines choses. Je n'ai rien contre Jean Luc Mélenchon et enfant, je l'ai même vu à la maison manger avec ses amis socialistes. Une blessure narcissique et le voilà à la tête de la France insoumise. La démarche en 2012 s'appelait "place au peuple" en 2017, c'est devenu JLM tout simplement. Sa déclaration de candidature s'est déroulée dans des conditions assez étonnantes puisque sans concertation avec ses partenaires, il a décidé de lancer sa campagne .... Et aucune raison ne l'amènera à y renoncer même au nom de l'intérêt supérieur de la gauche. D'ailleurs est ce vraiment la coupure qui aujourd'hui est mise en avant par cette campagne autocentrée ? "Ce n'est pas une affaire de droite et gauche, c'est une affaire de représentation de l'intérêt général et des intérêts de la France". C'est d'ailleurs la pensée qu'il développe dans son ouvrage "l'ère du peuple"ne se réfère plus à la gauche mais "au peuple en lutte contre l'oligarchie". 

Les insoumis soumis à la parole mélenchonienne ne parlent plus des rapports entre des catégories dominantes et des exploités mais d'une insurrection populaire érigée en finalité au nom de l'intérêt général de la France. La perméabilité entre le FN et JLM2017 est évidente. La gauche de transformation sociale est en difficulté. Elle doit combattre dans cette élection à la fois le discours protectionniste et identitaire et les tentations plébiscitaires inhérentes à la 5ème République. JLM accentue par son positionnement et les thèmes qu'il a choisis pour sa campagne ces difficultés. Appelant à une 6ème République, il agit comme un pompier pyromane en poussant de façon dangereuse allumant ainsi un feu, la logique des institutions actuelles. Pourquoi est-ce dangereux ? Il légitime involontairement la position du FN et de ceux qui veulent éliminer toutes barrières entre la droite et la gauche. Le calque qui consiste à opposer les mondialistes et les souverainistes préparent une possibilité d'accession au pouvoir de l'entreprise familiale Le Pen.

La gauche est internationaliste et humaniste. Cette affirmation n'a pas besoin de démonstration. Elle est inscrite dans l'histoire et la séparation des sociaux démocrates et des communistes fut liée à une approche différente de la liberté des hommes en refusant les 21 conditions des bolcheviques à l'adhésion à la 3ème internationale, certainement pas par une approche différente sur l'internationalisme. Pour donner une idée de ces conditions voici la 1ère :"La propagande et l’agitation quotidiennes doivent avoir un caractère effectivement communiste et se conformer au programme et aux décisions de la IIIe Internationale. Tous les organes de la presse du Parti doivent être rédigés par des communistes sûrs, ayant prouvé leur dévouement à la cause du prolétariat. Il ne convient pas de parler de dictature prolétarienne comme d’une formule apprise et courante ; la propagande doit être faite de manière à ce que la nécessité en ressorte pour tout travailleur ....."

Les sociaux démocrates considèrent que la recherche de l'égalité ne peut se faire au détriment de la liberté humaine. JLM à travers son projet présente l'intérêt général comme une épée qu'il détient pour imposer son programme et faire dégager l'oligarchie s'extrayant lui même de cette purge. Mais là ou les communistes d'antan, faisaient de cet intérêt supérieur de l'humanité dans une globalité internationale, une raison de négliger certaines libertés individuelles, JLM fait le même raisonnement mais sur un intérêt national. Cela l'éloigne de la gauche dont il a d'ailleurs refusé de revendiquer le leadership en ne se présentant pas à la primaire qu'il aurait pu gagner. Une contradiction supplémentaire comme si son objectif était plus d'écrire sa propre histoire plutôt que de participer à l'histoire de la gauche. 

L'hologramme est un symptôme de plus, de la dérive qui s'est emparée de cette campagne JLM2017.  Comment ne pas se rendre compte que le programme qui va normalement être porté par des femmes et des hommes dans le cadre de législatives à suivre, doit pouvoir être incarné par d'autres que le leader maximo. La personnalisation outrancière de la France insoumise, le projet jacobin, souverainiste de défense de la France, l'absence de discours contre les discriminations, font courir à la Gauche un danger majeur de dépolitisation au profit des populismes. La caricature volontaire de Mélenchon, faisant de ces meetings des spectacles alternants diatribes et one man show comique, contribue encore à éloigner le public des problèmes réels d'une gauche de transformation sociale.

Jean luc Mélenchon, que retiendra l'histoire de cette aventure politique de 2017 ? La confusion des valeurs favorisant l'accession d"un hologramme de Trump au pouvoir en France ? La défaite d'une gauche humaniste et de gouvernement sous les coups du débat nationaliste et identitaire ? ou la prise de conscience d'un mouvement politique de l'ensemble de la Gauche pour gouverner la France et chasser au loin les nuages noirs des nationalismes !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.