Pourquoi revendiquer "la gratuité" quand c'est déjà payé ?

Le débat sur la gratuité des transports dans les métropoles semble relancé (municipales oblige). Des batailles de chiffres en perspectives.

En core faut-il avoir accès à tous les chiffres. Ce qui n'est souvent pas possible.

Par exemple, la RATP cache soigneusement les chiffres réels des recettes publicitaires et le coût du contrôle. Dans le bilan comptable, il n'y a pas de séparation entre les coûts de la maintenance des rames et celui des machines de contrôles des billets.

Cette "carte de visite" imitant le ticket de métro avait été réalisée par mes soins en 1995 dans le cadre du Collectif d'usagers réalistes (CURE).

Imprimée à deux mille exemplaires et distribuée tout autant, cette carte de visite avait suscité de nombreux petits débats sur les quais. Un exemple pour les jeunes afin de sortir du net.

Le Cure avait même obtenu une réunion avec la direction de la RATP (quinze personnes) qui nous avait expliqué que la "gratuité" mettrait beaucoup d'agents au chômage, mais n'avait pas voulu nous fournir les chiffres exacts des recettes publicitaires des rames, des quais et des bus.

Impossible également de connaître le bilan détaillé du coût du contrôle ...

 

2tickets.jpg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.