Les Etats généraux : une perspective politique ?

Voici un texte écrit en janvier 2012. Vous pouvez en retrouver l'intégralité ici https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/les-etats-generaux-une-perspective-108921?fbclid=IwAR11VmJsVJAknGej0RnekGBmjl6YLnXMZtGEjdoko3YHQJeNnXu8i-_Nils Un regard lucide qui clarifie la situation jaune actuelle.

"Que sont les états généraux ? – Tout. – Qu’ont-ils été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? – Rien ! – Que demandent-t-ils ? – À y devenir quelque chose … "

Cette parodie historique sur le Tiers Etat qu’écrivait l’abbé Siéyès à la veille de la révolution de 1789 s’arrête presque là. Car à l’époque, sur les six cents députés du Tiers Etat on trouvait : 226 avocats, 87 juges, 32 procureurs, 10 notaires, 72 propriétaires terriens, 57 négociants, 116 professions libérales diverses (médecins, receveurs, commissaires à terrier, etc). Et, seulement, 6 laboureurs, 2 libraires, 1 imprimeur, 1 orfèvre, 3 curés dont l’abbé Siéyès.

....

Aussi pouvons-nous corriger la citation de Siéyès sur le Tiers Etat en affirmant que les Etats généraux aspirent à devenir tout car ils sont tout !

Ils sont toute la société. Un changement culturel et social couve depuis des années. Comment retrouver ou trouver le sens premier d’un mandat politique avec un contrôle social à la base ?

En changeant du tout au tout de système politique, en changeant le fait qu’un électeur ne peut-être pris comme un individu indépendant de son activité, car s’est la voix royale à la professionnalisation, à la castification de femmes et d’hommes qui deviennent très vite coupés de la réalité sociale. Et là, on rentre apparemment dans une foule de paradoxes…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.