Voilà que mes racines me chatouillent les pieds.

ÉPILOGUE

À toi,

J´écris de la lumière au travers du reflet. Il y a onze ans déjà je partais de cette gare, vers Paris, pour la première fois. Mes parents et mon frère m´avaient accompagné sur le quai. C´était le départ du dernier des enfants. Le cliché du mouchoir blanc. Aujourd´hui, le rhumatisme aidant, seul, je trimbale mes sacs. D´un côté les larmes sont restées à la maison jaunie, et de l´autre je me démerde avec du papier blanc. Un cahier d´école buissonnière…

Voilà les trois ponts sur la Robine et Saint Just allumé, et puis la passerelle face à la maison de Trenet… Le pont de Montredon et cette vigne que j´avais vendangée… Voilà que mes racines me chatouillent les pieds. Au fin fond de mon cartable, -profitant de l´arrêt du train inopiné-, je cherche du fil à coudre pour relier tout ça. Une dame en noir s´installe à côté. Nous sommes en voyage et déjà loin déjà. Nous sommes là, dans un compartiment de songes. Ma vie n ´est pas un rêve mais elle peut faire rêver. C´est tout ce que j´ai pour m´en tirer.                                                                                          

Baddock. 

(14)•FIN

 

N.B. Les titres des chapitres ont leur propre vie, sans aucun lien précis avec le déroulement du dit chapitre, ni de l´intrigue dans son ensemble, ni entre eux. Une première édition de 1,2,3 PARTEZ  a été composée et achevée d´imprimer par l´imprimerie FLOCH à Mayenne le 14 Mai 1981. No d´impr. 19015. D.L.: 2ème trim. 1981. Editeur Pirate: THE FOOL ON THE LINE. Édité à 1500 exemplaires. Épuisé.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.