BAS LES MASQUES (3)

Nous étions le 23 et 24 mars 2020 ... Du confinement à la déconfiture. Essayer de ne pas se laisser noyer dans le flot diarrhérique des médias de l'Empire, qui racontaient tout et n'importe quoi pour instaurer le peur et le désarroi ... et les lois d'exception. Essayer de garder une distance critique quand la panique s'instaurait dans les esprits.

Bas les masques © AGB Bas les masques © AGB

23 Mars 2020

1 - Quelle est la différence entre ces deux régions italiennes, la Vénétie et la Lombardie?

La Vénétie, région industrielle du nord de l’Italie compte peu de cas et peu de personnes hospitalisées, contrairement à sa voisine la Lombardie.La cause? Encore et toujours le nombre de tests de dépistages pratiqués. Par rapport au nombre d'habitants, la Vénétie a mené deux fois plus de tests que la Lombardie. Cela permet d'"isoler les porteurs sans symptômes qui contaminent dix personnes", selon le gouverneur de la Vénétie qui a annoncé faire 13.000 tests par jour. https://www.lefigaro.fr/international/la-venetie-un-modele-de-lutte-contre-la-contagion-du-coronavirus-20200320 (article complet en pièce jointe)

Le Figaro © . Le Figaro © .

Ça rejoint les propos du Pr Philippe Juvin, ce matin sur France Inter. Pour lui, il faudrait "tester un maximum de gens, et confiner en priorité ceux qui sont positifs." https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-23-mars-2020 Or, la France est l'un des pays qui fait le moins de tests, et si Olivier Véran admet qu'il faut en faire davantage, ne principe, ce sera.. après la période de confinement. La cause en serait due à un problème d'approvisionnement. https://www.lci.fr/sante/coronavirus-pourquoi-la-france-n-effectue-t-elle-pas-plus-de-tests-de-depistage-2148845.html

2 - Comme vous devez le savoir, la chancelière allemande Angela Merkel a été placée en quarantaine après que son médecin ait été testé positif au coronavirus. http://www.rfi.fr/fr/europe/20200322-coronavirus-chanceli%C3%A8re-allemande-angela-merkel-quarantaine À cette occasion, on a appris qu'il lui avait fait un vaccin contre les infections à pneumocoque. Si la vaccination est devenue obligatoire en France pour les nourrissons depuis le 1er janvier 2018, pour les adultes, elle n'est recommandée que chez les personnes immunodéprimées ou présentant des maladies chroniques. https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infections-a-pneumocoque Soit Mme Merkel a l'une des pathologies présentes dans cette liste, soit elle a été vaccinée au nom du fameux principe de précaution..

3 - Une lettre de la présidente de l'Union régionale des Professionnels de Santé Médecins libéraux Grand Est au président de la République, dans un style direct, évoque le fait que "les médecins ont le sentiment de se retrouver dans la situation des liquidateurs de Tchernobyl".

Lettre à E.Macron (1) © Guilaine Kieffer-Desgrippes Lettre à E.Macron (1) © Guilaine Kieffer-Desgrippes

 

Lettre à E.Macron (2) © Guilaine Kieffer-Desgrippes Lettre à E.Macron (2) © Guilaine Kieffer-Desgrippes

4 - Pour finir sur un mode plus léger, un dessin humoristique: http://www.apima.org/img_bronner/confine_gouvernement_fou.jpg

à suivre...

Bas les masques © AGB Bas les masques © AGB

24 Mars 2020

Dimanche après-midi, nous étions plus de 5 millions de téléspectateurs à rire en regardant le film La grande vadrouillehttps://www.ozap.com/actu/audiences-dimanche-les-jt-et-66-minutes-grand-format-au-top-la-grande-vadrouille-booste-france-2/590893

 Il se pourrait que nous riions jaune, car les pouvoirs d'exception votés la veille suscitent de très nombreuses interrogations. Dans les journaux télévisés de dimanche, c'est peu dire que le débat parlementaire et les mesures d'exception n'ont pas fait l'objet de longs sujets ni d'analyses.

 Exemples:

JT TF1 13h: arrivée d'un navire de guerre à Ajaccio, réorganisation des hôpitaux, EHPAD, essais cliniques chloroquine, manque de masques, couvre-feu dans certaines villes.. et à 13h21, le vote de l'état d'urgence sanitaire annoncé en 12 secondes par Anne-Claire Coudray, qui précise juste que "le texte permet entre autres de restreindre les libertés publiques pendant 2 mois. Cela concerne évidemment le confinement et les réquisitions."

 JT France 2 - 13h 08: Leïla Kaddour: "L'Assemblée nationale a voté la nuit dernière le projet de loi qui va permettre l'instauration d'un état d'urgence sanitaire de 2 mois. ce texte autorise le gouvernement à prendre une série de mesures pour soutenir les entreprises. Un projet de loi qui va par ailleurs durcir les sanctions pour les français indisciplinés. Une amende de 135 € si vous ne respectez pas le confinement, 1500€ si récidive dans les 15 jours, et vous le voyez, en cas de 4 violations en 1 mois, il vous en coûtera 3700€ d'amende et 6 mois de prison." Le tout en 30 secondes.

 JT TF1 20h: RIEN sur l'état d'urgence sanitaire dans les 52mn de JT.

 JT France 2 - 20h29: Reportage sur le renforcement des contrôles: "Sur tout le territoire, les contrôles se multiplient. Mais sont-il vraiment suffisants? Cette nui, l'Assemblée nationale a durci les sanctions pour les contrevenants. 135€ d'amende en cas de violation des règles, qui passeront à une amende de 1500€ en cas de récidive dans les 15 jours. Et jusqu'à 3700€ et 6 mois de prison au bout de 4 violations dans les 30 jours. Mais certaines villes ont déjà) pris de-s mesures supplémentaires et instaurent des couvre-feux. (..) Sur RTL, ce midi, Olivier véran n'exclut pas un confinement plus strict".

Retour plateau, Laurent Delahousse donne le chiffre des 91.824 infractions constatées.

Tout se passe comme si les mesures d'exception prises dans la nuit de samedi à l'Assemblée nationale ne donnaient même pas lieu à débattre. Or, elles concernent aussi bien la santé que le droit du travail. Pourtant, du débat, il y en a eu dans l'hémicycle, alors que l'exécutif voulait des sanctions encore plus lourdes. On peut découvrir un florilège des critiques allant de la gauche à la droite dans cette vidéo de 10mn du Media: https://www.youtube.com/watch?v=McnBvCYRunc

Dans son carnet d'un confiné, Jour 8, le journaliste - et ami - David Dufresne - résume ses échanges téléphoniques avec des avocats comme William Bourdon ou Raphaël Kempf. Ce dernier résume : « Ne jamais se satisfaire des désirs de contrôle et d’ordre. Ce à quoi nous assistons est avant tout à une crise sanitaire, une crise sociale, une crise d’organisation ». Arié Alimi, également contacté par David Dufresne ajoute: 

"Cette loi, qui permet à l’exécutif de tout régir, ou presque, par ordonnance, c’est « plus de pouvoir au pouvoir, sans contre pouvoir. C’est plus de pouvoir aux juges administratifs, aux préfets, aux policiers, au Conseil d’État ». Droit de la famille, droit du travail, libertés publiques, il alerte sur les coups du butoir potentiels." http://www.davduf.net/carnet-d-un-confine-coronavirus-2020-jour8

Rappel: l'Etat a fait le choix dans un confinement généralisé et des tests minimums, avec restriction des libertés publiques. D'autres pays ont fait le choix de tests massifs et de confinement des malades et des proches des malades, comme je l'évoquais hier.

 Le Dr Joël Kettner, un professeur réputé, remet en cause l'utilité du confinement et le manque dde données sur cette pandémie. Ainsi, le 15 mars, il a donné une interview par téléphone en s'étonnant que le Canada "suréagisse", et a interrogé l'utilité du confinement. "En 30 ans dans la médecine publique, je n'ai jamais vu quelque chose comme ça. je ne parle pas de la pandémie. (..) Je n'ai jamais vu cette réaction, et je cherche à comprendre pourquoi." Il a été interrompu par le journaliste à plusieurs reprises, tant il semblait aller à l'encontre des propos habituels sur cette pandémie. https://off-guardian.org/2020/03/17/listen-cbc-radio-cuts-off-expert-when-he-questions-covid19-narrative/ (Article du journal anglais The Guardian, donc en anglais!)

Prévisualiser la vidéo YouTube LE CORONAVIRUS VA-T-IL TUER NOS LIBERTÉS ?

à suivre...

Recherche documentaire/Texte: Christophe-Emmanuel Del Debbio

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.