BAS LES MASQUES (12)

Nous étions le 16 AVRIL 2020 ... Du confinement à la déconfiture. Essayer de ne pas se laisser noyer dans le flot diarrhérique des médias de l'Empire, qui racontaient tout et n'importe quoi pour instaurer le peur et le désarroi ... et les lois d'exception. Essayer de garder une distance critique quand la panique s'instaurait dans les esprits.

BAS LES MASQUES © AGB BAS LES MASQUES © AGB
LA FONDATION BILL ET MÉLINDA GATES: L'ART DE LA FAUSSE GÉNÉROSITÉ

Les médias relaient ces jours-ci l'appel de Bill Gates pour le partage des équipements et le financement du futur vaccin, présenté à chaque fois comme un philanthrope multimilliardaire.

- Interview exclusive par Skype dans le journal télévisé de France 2 du 13/4 par Agnès Vahramian: https://www.youtube.com/watch?v=0MLYdfaAIp4

- Pour Paris Match (16/4), c'est un "médecin du monde" qui "n’est pas un milliardaire comme un autre. Il penche plutôt à gauche.https://www.parismatch.com/Actu/International/Bill-Gates-medecin-du-monde-1682182

- Dans une tribune d'une page publiée par le Monde (12/4), son action est présentée ainsi: "le philanthrope américain insiste sur l’importance de la concertation internationale et le dépassement des égoïsmes pour vaincre la pandémie. Il suggère aux dirigeants mondiaux des mesures à prendre dès maintenant.https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/04/12/bill-gates-pour-une-approche-globale-de-la-lutte-contre-le-covid-19_6036352_3232.html

On ne peut que constater l'aspect hagiographique et le manque de distance critique des journalistes, qui auraient peut-être été bien inspirés de parcourir le livre d'un de leurs confrères, Lionel Astruc, publié en mars 2019: L’art de la fausse générosité – La Fondation Bill et Melinda Gates (Editions Actes Sud)

L'art de la fausse générosité © Actes Sud L'art de la fausse générosité © Actes Sud

Comme le résume l'éditeur: "Bill Gates est devenu en quelques années une icône de la philanthropie. Mais en réalité, ses opérations philanthropiques s'apparentent à un outil au service des multinationales les plus nocives pour l'environnement, la santé et la justice sociale et parfois également au service des intérêts économiques de Bill Gates lui-même."

Quelques points soulevés dans son ouvrage, parmi d'autres:

L'Artémisia – plante qui a fait l’objet d’études, de thèses – est aussi efficace pour lutter contre cette maladie infectieuse qu’un vaccin. Malgré cela, l’OMS, sous l’influence de la Fondation Bill et Melinda Gates, principal contributeur du budget de l’organisation mondiale ces dernières années  – en 2015, elle lui fournissait 15 % de son budget, soit quatorze fois plus d’argent que le gouvernement britannique –, a interdit l’artémisinine et favorisé le déploiement du vaccin antipaludique, nommé Mosquirix, développé par une société, GSK, qui a l’appui financier indirecte de la Fondation Gates. 

La revue scientifique britannique The Lancet relève que la Fondation lutte prioritairement contre les maladies qui appellent la diffusion de vaccins et néglige les autres maladies. Ainsi, la recherche sur la pneumonie, la diarrhée et la sous-nutrition maternelle et infantile, responsable de 75 % des morts d’enfants, est relativement peu financée par l’organisation. Pourquoi ? Parce que ces maladies ne nécessitent pas la création de nouveaux vaccins mais la mise en place de mesures de préventions efficaces qui sont déjà connues…

Dans le domaine agricole, il choisit de soutenir l’agriculture chimique, biotechnologique, et en particulier le développement des OGM, notamment en Afrique, au détriment des semences libres, de l’agriculture vivrière et des petits paysans. La Fondation figure à la cinquième place des plus gros financements pour l’agriculture dans les pays en développement. Elle a plus de budget que bien des États.

(Extrait d'une interview de Lionel Astruc à We Demain: https://www.wedemain.fr/La-philanthropie-de-Bill-Gates-alimente-la-machine-capitaliste_a3977.html)

"Dès le départ, on constate que la fortune de Microsoft est basée sur des abus de position dominante colossaux, sur une manière très brutale de faire des affaires et sur un principe qui fait de Microsoft le Monsanto du logiciel : le brevetage à outrance. Ensuite l’argent passe par la case évasion fiscale, qui prive les États de leurs moyens d’action (environnement, santé, etc.). Avant d’arriver à la Fondation, l’argent est investi dans un trust qui favorise les secteurs les plus nuisibles et opposés à l’intérêt général (armement, junk-food, OGM, etc.), nourrissant les fléaux contre lesquels la fondation prétend lutter. Or, le comble est que les entreprises du trust sont aussi souvent celles chez qui l’argent des "dons" finit par atterrir. Alors la boucle est bouclée !" (Extrait d'une interview de Lionel Astruc à Féminin Bio: https://www.femininbio.com/sante-bien-etre/actualites-nouveautes/investigation-lionel-astruc-bill-gates-charity-business-96740)

Le 16 avril 2018, Emmanuel Macron recevait Bill et Melinda Gates à l'Elysée. À la sortie, Bill Gates déclarait: "Melinda et moi avons eu une bonne réunion avec lui, à discuter de son engagement en faveur du développement, du travail que nous faisons ensemble, notamment en Afrique, dans la région du Sahel, sur des problématiques comme la santé et l'agriculture. (..) Nous sommes ravis de la relation que nous avons et de notre engagement grandissant pour améliorer la situation des pays en développement.https://www.challenges.fr/societe/bill-gates-salue-a-l-elysee-l-engagement-de-macron-pour-le-developpement_581195

Le 13 avril dernier, Bill Gates déclarait sur France 2 à propos d'Emmanuel Macron: "Il est très ouvert d'esprit et je pense que ce type d'intellect est très utile pour faire face à une situation totalement nouvelle comme celle-ci."

À suivre ...

Recherche documentaire/Texte: Christophe-Emmanuel Del Debbio

Zone contenant les pièces jointes

 Prévisualiser la vidéo YouTube Bill Gates se confie à France 2 au sujet du coronavirus

Bill Gates et Mélinda © France 2 Bill Gates et Mélinda © France 2
 Bill Gates se confie à France 2 au sujet du coronavirus

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.