Aujourd´hui les méduses manifestent.

Un overcraft à rames part en direction des Seychelles. Un enfant battu hurle de pleurs. Deux babas montent leurs trips sur la pleine lune. Trois jumbo -jets entrent en collision avec un B52. Chargé de bombes A. Non amorcées. Baddock bouleversé s´auto-taille une pipe.

L´ombre est une chose mystérieuse. Chinoise, portée, venant des ténèbres, l´ombre s´épaissit du nombre des pénombres, et le miroir ne répond plus. Sous les parasols, les touristes se shootent à l´ambre solaire. Les peaux-rouges de l´été se rhabilleront à l´automne. Aujourd´hui les méduses manifestent: “Faudra-t-il envelopper nos corps de bandelettes pour affirmer notre existence?“  “La mer n´est pas à nous mais on veut bien vous la prêter.“ 

Service d´ordre est débordé. On n´a jamais vu ça de mémoire de vacanciers. Les C.R.S., médusés, ne savent plus sur qui tirer. Un vieux radeau passe au loin. C´est la panique de la raison. Une mouette dérangée prend son vol vers le large en chantant : “I´m a poor lonseone cow-boy…“. Le soleil se tait. Tout doucement. Sous les eucalyptus dorés de l´auberge du Père Cosmos, dorade grillée, poulet au chèvrefeuille. Quelle journée! Bonne soirée…

Le vieux pépé tient sa musette. Les grands disent aux petits de ne pas écouter ses bêtises. Ça m´a toujours branché les bêtises déconseillées ou interdites, et comme je pense que l´on n´a pas à se permettre d´interdire, je les ai toujours toujours écoutées, avec le sentiment que l´on apprend mieux des idiots de villages que des maîtres d´écoles.

“Nous sommes sur le continent du bonheur perdu, et depuis trop longtemps on nous le fait chercher ailleurs… toujours plus loin… demain. Avec ce leurre ils font du beurre. Mais comment tient-il si solide ? Monsieur le Curé ?…“. Pépé dit qu'il faut faire semblant d´écouter les curés pour rester en liberté, mais que la peste est une calamité inférieure, comparée au nombre de morts engendrés par ces dégénérés. Il y va fort Pépé, et j´aime ça. Il dit encore : “Le bonheur est à la porte à côté ?!… N´y va pas ! C´est encore un piège. Regarde les enfants, ils te mettront sur la voie beaucoup plus rapidement. Le bonheur est là. Entièrement en eux. Complètement en nous. Maintenant.“… Il ne continuera pas ce soir Pépé, c´est l´heure du film à la télé où lui et les enfants vont se faire chier, et les grands s´illusionner d´une bonne soirée. Il faut fermer sa gueule et l´interdiction de penser est déjà bien avancée. Le soir tombe sur Mimikos… Ducon et Ducon semblent tenir le bon bout, Chapeau de cuir et Bottes melon ne les devanceraient pas. La parano qui a saisi Interpol lui a été fatale. Toutes les polices du monde sont désorganisées. La maffia aussi. Personne n´est plus sûr de rien, le grand ordinateur débloque, radote, il a oublié les données dont il était le seul dépositaire. Les mandats d´arrêts qui sortent sur les listings concernent des gens que personne n´oserait arrêter. Personne. Sauf Ducon et Ducon. L´ouverture automatique de Stanheim et de toutes les prisons munies de ce système de sécurité a fonctionné… Jo Dalton a enfin fait sa fête à Lucky Luke et Averel l´a mangé… Rantamplan miaule… Les fleurs auront le droit de vote… Le Pape meurt d´une crise cardiaque en faisant l´amour avec Golda Meir… On copule partout dans les couloirs du Vatican… L´accès aux caves est libre… Il va certainement se passer quelque chose d´important !!!… Baddock regarde la télé. C´est le grand suspens de la nouvelle série américaine.

Dehors c´est l´odeur de la nuit, le chant des grillons. Du Pub du Vent, au loin, nous vient la voix de Bob Dylan. Seule avec les étoiles sur le sable au bord de l´eau, Bloody écrit. Je n´ai pas peur. Je n´ai pas pas peur. N´ai pas peur papa.

 (3)•••

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.