BAS LES MASQUES (19)

Nous étions le 13 MAI 2020 ... Du confinement à la déconfiture. Essayer de ne pas se laisser noyer dans le flot diarrhérique des médias de l'Empire, qui racontaient tout et n'importe quoi pour instaurer le peur et le désarroi ... et les lois d'exception. Essayer de garder une distance critique quand la panique s'instaurait dans les esprits.

BAS LES MASQUES © AGB BAS LES MASQUES © AGB
VACCINATION MONDIALE

L'objectif d'une vaccination mondiale, que j'évoquais dans un mail dès le 22/3 (Et alors, on nous proposera (imposera?) une vaccination générale.) est réel. Bill Gates était l'invité d'un talk show américain très suivi, celui d'Ellen Degeneres, le 13/4. Il a entre autres dit précisément ceci à propos d'une vaccination mondiale:

"Quelle politique devrions nous avoir parce que, jusqu'à ce qu'on ait presque tout le monde vacciné, on ne reviendra pas totalement à la normale"' (3mn40)

"Les choses ne reviendront pas à la normale jusqu'à ce que qu'on ait ce vaccin extraordinaire ou une thérapeutique efficace à 95%" (5mn24)

"Le vaccin est ce qui changera les choses (..) On doit vraiment trouver comment le rendre sûr, parce que quand vous le donnez à 7 milliards et demi de personnes, c'est très important." (9mn21) https://www.youtube.com/watch?v=5oEcxMfwJnw

IDENTITÉ NUMÉRIQUE POUR TOUS

IS2020 © . IS2020 © .

Connaissez-vous le projet mondial d'identité numérique 2020? Créé en 2018, voici 2 extraits du Manifeste de ID 2020:

1: "La capacité de prouver son identité est un droit fondamental humain et universel."

3: "Plus d'1 milliard de personnes dans le monde sont incapables de prouver leur identité par aucun moyen reconnu. En tant que tel, ils ne sont pas protégés par la loi et sont incapables d'accéder aux services de base, de participer en tant que citoyens ou électeurs ou de faire des transactions dans l'économie moderne.https://id2020.org/digital-identity

Un droit fondamental, l'identité numérique? Vraiment? Comme la liberté, l'égalité? 

Qui sont les promoteurs de ID 2020? https://id2020.org/alliance

- Microsoft.. (Bill Gates)

- Le GAVI, «Global Alliance for Vaccines and Immunization» ou, en français, « l'Alliance Globale pour les Vaccins et l'Immunisation », financé par.. la fondation Bill et Melinda Gates.

Ainsi que la fondation Rockfeller, Accenture, ou la Bezos Family foudation (Amazon, qui fournit déjà la police américaine son logiciel de reconnaissance faciale..)

LA SOCIÉTÉ DE CONTRÔLE

Didier Raoult: "Je pense qu'il y a une tendance lourde des démocraties orientales et peut-être de l'ensemble du monde à essayer de contrôler tous nos comportements (..)https://youtu.be/A8vtjXZG0sk?t=237

Une "expérimentation" validée par la CNIL est mise en place dans le métro parisien. "Les voyageurs empruntant la station Châtelet du métro parisien seront observés par des caméras utilisant un logiciel de reconnaissance automatique, qui déterminera si les personnes qui empruntent cette station, l’une des plus fréquentées d’Europe, portent un masque.https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/05/07/ratp-des-cameras-intelligentes-pour-mesurer-le-taux-de-port-du-masque-dans-la-station-chatelet_6039008_4408996.html

La technologie a été vendue en avril à la ville de Cannes par le fabricant DatakaLab, et installée dans des marchés puis prochainement dans les bus. https://www.bfmtv.com/tech/a-cannes-des-cameras-intelligentes-pour-reperer-les-passants-sans-masques-1903123.html

Ce qui est décrit comme "expérimental" devient quasiment toujours pérenne: Vigipirate, état d'urgence, renseignement, vidéosurveillance, vidéoverbalisation.

Dans un article publié le 3/4 dans Libération, le journaliste Olivier Tesquet, auteur d’A la trace. Enquête sur les nouveaux territoires de la surveillance, déclarait: "Après les attentats de 2015, on a prorogé six fois l’état d’urgence, avant de faire basculer un certain nombre de ses mesures dans le droit commun. L’exception devient la règle. L’état d’urgence sanitaire, de la même manière, est parti pour durer. Ce qu’on appelle l’effet cliquet, c’est cette accoutumance qui rend permanents des dispositifs déployés à titre expérimental ou dérogatoire. Prenons deux exemples : Vigipirate, instauré en 1995 comme une réponse momentanée à la vague terroriste qui frappait la France, est devenu un élément stable de notre démocratie ; il en va de même pour des outils techniques utilisés par les services de sécurité au mépris du droit avant d’être légalisés par la loi renseignement en 2015. On écrit la loi à partir de sa transgression.

Avec l’état d’urgence sanitaire, une question se pose : à quoi ressembleront la vie privée et le secret médical dans six mois, un an, deux ans ? Est-ce qu’on estimera qu’il faut partager son état de santé avec des millions de personnes ? Les normes sont plus fragiles qu’on ne le croit. Jusque dans les années 60, le New York Times publiait les noms et adresses des personnes infectées par certaines maladies, comme la polio. Et à la fin des années 90, au nom d’un impératif de santé publique, les Etats-Unis souhaitaient établir un registre nominatif des personnes séropositives.

C’est en cela que le pouvoir normalisateur du virus est extrêmement puissant. Depuis des années, on nous répète à droite comme à gauche que la sécurité est la première des libertés. Aujourd’hui, c’est la santé, et c’est un levier qui anesthésie encore un peu plus l’esprit critique. On peut lire à la une de certains magazines de véritables plaidoyers en faveur d’un Big Brother providentiel, qui devient plus que jamais le pharmakon platonicien, c’est-à-dire à la fois le poison et le remède. Nombreux sont ceux qui sont prêts à sacrifier, de bon cœur, un certain nombre de libertés au nom de l’impératif sanitaire. Au Royaume-Uni, plus d’un million de personnes ont téléchargé une application qui permet de fournir des données de santé au système de santé publique. A minima, il est vital que ce type d’initiative soit supervisé par des chercheurs, encadré par de sérieux contre-pouvoirs, et surtout pas abandonné à des officines qui violent de manière routinière l’intimité des citoyens, et voient déjà l’opportunité financière offerte par la crise actuelle."

LA SOCIÉTÉ DU CONTRÔLE © . LA SOCIÉTÉ DU CONTRÔLE © .
PRENDS SOIN DE TOI / PRENEZ SOIN DE VOUS

Cette expression a priori bienveillante s'est imposée dans nos échanges, encore davantage ces dernières semaines. Pourtant, si on prend le temps de s'y attarder, ça n'est rien de moins qu'une injonction à l'individualisme: chacun est en charge de sa propre santé, de son propre bien-être, et la relation à autrui, au collectif a disparu. C'est exactement le reflet de la tendance qui promeut de développement personnel, dénoncé par Julia de Funès, petite fille de.. ou de l'individu vu comme un auto-entrepreneur de lui-même.. (cf. Roland GoriSi on pousse la réflexion plus loin, c'est le règne des tutoriels pour apprendre à faire des masques, de la cuisine, du bricolage. C'est le règne du "Do It Yourself", "Faites-le vous-même".

Or, comme l'écrit Olivier Ertzcheid, enseignant-chercheur en sciences de l'information et de la communication dans une tribune intitulée "Tutos partout, santé publique nulle part", c'est aussi le cas quand l'État de désengage: "pensons ici aux associations seules en charge de l'accueil des migrants, pensons ici aux Restos du coeur, pensons ici à tout ce que faute de le "faire" nous-mêmes, nous "finançons" nous-mêmes: du Téléthon aux innombrables appels aux dons se substituant à des financements publics pérennes (..) Le chef de la start-up nation aime d'ailleurs à le rappeler (..): "Demandez-vous chaque matin ce que vous pouvez faire pour le pays." (..) Et si vous ne faites rien, alors, ne venez surtout pas vous plaindre. Mais il est des plaintes légitimes.(Texte complet en pièce jointe

Bill Gates on Finding a Vaccine for COVID-19, the Economy, and Returning to ‘Normal Life’

Bill Gates © . Bill Gates © .

Didier Raoult en exclu pour front Populaire, la revue de de Michel Onfray: la recherche en France 

Didier Raoult © . Didier Raoult © .
Tutos partout © Libération Tutos partout © Libération
Tutos 2 © Olivier Ertzscheid Tutos 2 © Olivier Ertzscheid

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.