Lettre ouverte d’une personne « vulnérable car âgée » à E. Macron

Dans sa « conférence pédagogique à sens unique » du 13 avril, le président a enfilé bien des gants de compassion, de masques de flou et bien entendu de gel d’auto-satisfaction. Dans ce cadre, sa présentation des « vulnérables » est stigmatisante, stupide et amnésique de la politique libérale produisant à la chaîne des vulnérables.

Monsieur le président,

Dans votre allocution du 13 avril, vous avez indiqué que les « personnes vulnérables, personnes âgées ou souffrant de maladies chroniques » devront poursuivre le confinement après le 11 mai. Je souhaite attirer votre attention sur quelques points. 

1- La catégorie « personne âgée » ou PA est flexible et non sécurisée. S’en servir pour définir une politique, des mesures, est donc non-pragmatique, non efficace, porteuse de dangers.

a) Personne âgée ou PA n’a actuellement aucune existence légale ni réglementaire. Le site gouv.fr consacré aux PA ne l’éclaire pas. Une note du ministère de la santé, début mars, évoque 70 ans. L’OMS choisit 60 ans. En sociologie cela varie entre 60 et 80 ans, âge à partir duquel on serait une PTA ou personne très âgée. Wikipedia donne cette définition savoureuse: « personne dont l’âge est avancé ». Pastichons ainsi: « L’âge de madame, de monsieur est avancé », comme l’on disait « Le carrosse, la voiture est avancée ». Le site poursuit: « personne présentant des attributs physiologiques et sociaux de la vieillesse tels que la société se les présente ». Et comment donc « la société » se les re-présente? J’y reviendrai.

b- Il faudra donc établir officiellement l’âge requis pour faire bénéficier, ou subir, la catégorisation de PA, pour éviter les erreurs ou les effets d’aubaine. Ce sera fait par ordonnance ou décret comme la loi d’urgence d’exception sanitaire mise en place de façon autoritaire vous en donne le droit? Serai-je ordonnancé PA, avec tous les effets collatéraux, contre mon gré? Ne serait-ce pas une nouvelle action liberticide et scélérate, sous couvert de bonne action, bonne intention (dont l’enfer est pavé, selon la maxime), devoir de protection. Précisément, on aurait apprécié que cela fut le cas il y a des semaines et des semaines, ce qui aurait évité un « confinement par défaut » et bourré d’injonctions et de décisions contradictoires.

2- Vulnérables, car personnes âgées? Personne âgée donc vulnérable?  Cette relation de cause à effet est à la fois trop générale et fausse, pour être traduite en stratégie et en actions pertinentes, efficaces. Vous êtes coutumier de cette figure rhétorique, appelée rupture de sens ou a-logique, ou illogique, donc dangereuse pour les personnes et la démocratie, les fragilisant, créant ou accroissant leur vulnérabilité.

a- Toutes les PA ne se « valent pas ». J’utilise volontairement cette expression afin de rencontrer votre « grammaire ». Pour faire court, certaines PA se portent bien, par hérédité ou constitution personnelle, mais aussi et souvent surtout parce que leurs conditions de vie, économiques, sociales, habitationnelles, etc. se … portent bien. L’inverse étant avéré également. La relation entre les conditions d’existence et la santé est largement documentée. Je ne vous ferai pas l’injure de vous soupçonner de ne pas les connaître. Mais je constate que vous n’avez de cesse de les ignorer, les écarter et les nier. Avant et pendant le moment covid19. Et après - malgré les « grands et beaux discours ».

b- Toutes les « espèces de PA », disons à partir de 60 ou 65 ans, seront-elles de confinement obligatoire? Confinés, les PA personnels de soins, d’entretien, de brancards, d’administration… dans les hôpitaux et les Ephad? Celles et ceux qui, à la retraite, sont revenus pallier les suppressions de lits, de personnels, d’équipements pour cause de politique « assumée » de « modernisation » de l’hôpital public? Confinées, les PA obligées de vaincre leur vulnérabilité pour travailler car leur pension de retraite est insuffisante - il suffit de consulter l’Insee ou l’Observatoire des inégalités. Et les enseignants, les personnels scolaires, sachant que vous prévoyez une réouverture le 11 mai - annonce « assouplie» il est vrai par un ou deux ministres! Et qu’en sera-t-il des PA ministres, sénatrices et sénateurs, député.es, membres de comités ceci et cela, dirigeants (bon, le masculin est de règle afin de correspondre à la réalité)? Pour ne prendre que ces exemples. Avez-vous songé aux conséquences, je n’ose ajouter concrètes, de votre flou sémantique et rhétorique? Nous voyons bien que votre formule lancée à la légère conjugue la discrimination, le bazar, l’inconséquence, et au fond le déni de la réalité. Elle recèle d’autres aspects inquiétants.

3- « Les PA devront rester confinées même après le 11 mai, tout au moins dans un premier temps »? Nous pourrions plaisanter: et dans un second temps, ce sera comment, tant là aussi les imprécisions sont de mise.

a- Que veut dire « après le 11 mai, tout au moins dans un premier temps »? Jusqu’au 12 mai, au 23 mai, 14 juillet? Jusqu’à la disponibilité d’un vaccin, comme on commence à l’entendre, autrement dit au moins jusqu’à la fin de l’année (2020)? Parce que à cette date, le 11 mai, toutes les commandes que vous passez « désormais » (aveu terrible, d’ailleurs, à quelle date…?) en quantités hénaurmes seront livrées et disponibles? Engagement, ou perspective, là aussi « tempéré » par O. Veran. Il se vanté de commandes de 2 milliards (de masques, pour le reste on ne sait pas vraiment. Mais il ajoute, en essayant la discrétion: « il y a une différence de quantité et de délai avec les commandes »! Comme ces choses sont dites avec un mélange de lucidité et de cynisme. Cela s’appelle dans votre idéologie, la mondialisation, la concurrence libre et non faussée. On aimerait dire: impayable. Mais précisément, qui paie en priorité le coût de cette pénurie de matériels pour cause de pénurie de compétences, d’actes et de non-déni de réalité? Qui et combien de personnes sont ainsi rendues vulnérables?

b- Le verbe devoir signifie: obligation. Pensez-vous à une obligation morale ou  légale? Dans ce cas, sous peine de quoi? De contrôle de l’âge, en premier lieu par les « signes extérieurs » ou, dans le jargon liberticide, si les policiers ont « le sentiment, l’intime conviction »? Cela serait abracadabrantesque ou plus sérieusement pourrait tomber sous l’accusation de délit de contrôle au faciès - cela, bien des personnes le connaissent, par expérience. En outre comment ces PA contrevenantes, délinquantes, seront-elles traitées? Par une leçon de civisme, une réprimande. Une amende, genre des PV pour les PA indociles et récalcitrantes, ou « imbéciles » pour reprendre un vocable utilisé par C. Castaner dans des circonstances identiques?!). Une garde à vue, un retour manu militari au domicile? Les rues des villes, les routes de campagne et les chemins des bois et forêts vont devenir un vrai théâtre, de boulevard, certes vous aimez cet art, mais est-ce raisonnable?

c- Votre verbe devoir, fort et autoritaire, a été traduit par la plupart des médias d’une façon « bizarre »: Les PA sont invitées à, conviées à; Les PA sont appelées à; EM demande aux PA de, etc. Serait-on ici également dans le registre de l’incitation, vocable chéri de votre gouvernement, euphémisme d’injonction autoritaire organisée, par exemple dans l’expression Inciter à travailler plus longtemps, à « diversifier » son «épargne retraite? Au final, une telle obligation aux PA ne serait-elle pas non-constitutionnelle, pour cause notamment de rupture d’égalité entre les citoyen.nes? Même si au prétexte d’une BA, d’une bonne action pour les dits PA?

d- Plusieurs de vos ministres se sont autorisés à porter une correction à votre propos, au propos que vous avez tenu. C’est exceptionnel, d’habitude cela va dans le sens inverse. Mais ce n’est pas toujours plus clair. O. Veran: « Les personnes âgées, porteuses de maladies chroniques, respiratoires, cardiaques, devront rester confinées au-delà du 11 mai. » Vous n’êtes pas sans savoir les subtilités de notre langue. Les personnes âgées, virgule, porteuses, cela signifie que toutes les PA sont porteuses. S’il s’agissait de ne mentionner que celles porteuses de, il eût fallu énoncer: Les PA (pas de virgule) porteuses ou Les PA qui sont porteuses. O. Veran laisse donc entendre que toutes les PA sont porteuses. C. Castaner ose une nuance, l’audace est remarquable: « Il n’y a pas une question d’âge dans la fragilité. On peut être en fragilité à 60 ans et en pleine forme à 70 ans. » Sur la question du 11 mai: « c’est un objectif, un repère , rien n’est défini ». Certes, il faut être souple et réactif, mais de là à lancer des « engagements » non tenables ou dans des conditions non-maîtrisées?

Le désordre est décidément partout, dans les mots, les définitions, les actes, les trois aspects étant interconnectés. Et de fait, la population est en pénurie d’information, de précisions, de perspectives fiables, claires, honnêtes. Cela ne contribue-t-il pas, ajouté aux autres pénuries, à la vulnérabilité individuelle et collective? J’aimerais, donc!, élargir notre réflexion sur « les vulnérables ».

Souvenez-vous des déclarations de vos subordonnés: le masque est inutile voire dangereux et puis c’est compliqué de s’en servir; les tests ne servent à rien, on peut et on doit sortir (selon vous-même, le 11 mars, on peut et on doit maintenir les élections municipales, etc. etc. Vous-même avez énoncé ce 13 avril un énergique « Tester tous les Français n’aurait aucun sens. On le fera seulement pour les personnes présentant des symptômes.» Vraiment? Tout ça à cause de la pénurie de tests, même après le 11 mai? N’est-ce pas pourtant la recommandation, déjà ancienne, de l’OMS: « testez, testez, testez »? Ce que pratique à grande échelle l’Allemagne, en plus bien entendu d’autres outils en nombre plus important qu’en France (lieux de santé, lits, médecins, masques…)avec des effets positifs? Ne savez-vous pas, ou voulez-vous ignorer qu’un très grand nombre de personnes contaminées ne présentant pas de symptômes, mais sont contaminantes potentielles? Que signifie donc ce « seulement »?

4- Les personnes âgées ne sont pas les seuls vulnérables.

a- La relation entre l’âge et la vulnérabilité face au virus a été avancée, au tout début de la pandémie - oui, je parle de pandémie et non de guerre, décidément! Ce n’est absolument plus le cas, vous ne pouvez manquer de le savoir. Qu’indiquent les données recueillies? (Dans certains pays car en France le recueil des données est aléatoire et insuffisant - ce que dénonce entre autres critiques l’ancien directeur général de la santé dans le Monde des 12-13 avril. Selon ce spécialiste, médecin et épidémiologiste, il est impossible et dangereux de définir une stratégie pertinente et de mener un combat efficace sans un tel outil. Si j’ose: cela provoquera la vulnérabilité du combat contre le virus.) Les plus de 60 ans représentant environ 60% des personnes atteintes, les moins de 60 ans, 40%, ce n’est pas rien. Or le consensus est également fait sur la relation avec l’obésité ou le surpoids, le diabète, les faiblesses cardio-vasculaires, qui touchent bien des Personnes Non Agées ou PNA, notamment du fait de conditions alimentaires malsaines pour cause de faiblesse des ressources financières. A cela s’ajoute l’insuffisance sanitaire, dont les quartiers populaires souffrent notoirement, pour cause de présence faible de médecins, de lieux de santé, ainsi que de ressources faibles poussant à diminuer ou supprimer des soins courants, tout ceci prédisposant à la vulnérabilité en général et encore plus lors de pandémie. Le confinement tel que vous le présentez est donc « rigide », inconséquent et porteur de risques pour toute la population.

b- La vulnérabilité au covid19 est grande dans les lieux et actions de travail. De nombreuses entreprises ne peuvent ou ne se soucient pas d’organiser la distanciation sociale, non seulement pendant le travail (postes, vestiaires, toilettes, cantines, etc.), mais avant (en particulier les transports d’entreprises). La tolérance, le laxisme, l’appel piteux et hypocrite à la « modération » et à la « responsabilité » (Le Maire, Pénicaud) découlent de votre « stratégie »: priorité à l’économie, pas à l’humain, à la santé. Le cas Amazon est emblématique, mais tout sauf isolé, vous ne pouvez l’ignorer. Il a fallu que des organisations syndicales et associatives fassent appel à la justice pour que Amazon soit contraint à devoir se mettre en règle, en réduisant drastiquement ses activités (quelque 90% de non-essentielles) et revoit son fonctionnement pour assurer, effectivement, la protection de ses employé.es. Entre-temps, des centaines ont été rendu.es vulnérables, contaminé.es, et sans doute aussi un certain nombre de personnes livrant ou recevant les colis, puisque le virus a une durée de vie jusqu’à plusieurs jours sur du carton par exemple. S’agirait-il d’un exemple de non-assistance à personne en insécurité, de complicité avec la mise en situation de vulnérabilité de nombreuses personnes, de tous les âges? Ce n’est pas « testez testez, testez, », mais « bossez, bossez, bossez ».

c- Vous-même et votre gouvernement contribuez donc à la vulnérabilité de la population. Par impéritie et incurie camouflées en arguments d’autorité, avec omissions, contre-vérités, mensonges. Mais aussi et en même temps, en « incitant » à aller travailler, en traitant de « défaitistes » des associations professionnelles, en refusant de définir précisément les activités essentielles (et donc interdire ou fortement limiter les non-essentielles), etc.

d- Tout cela relève d’une logique. Confiner seulement les personnes âgées, cela a un sens. L’important à vos yeux est que les personnes « jeunes » ou « pas âgées », ne se confinent pas, aillent au boulot, participent à « l’effort national » et au « redressement économique » - ceux des dividendes et de l’accumulation de richesses par la classe possédante et dominante.

Monsieur le président, votre politique est âgée, très âgée. C’est peu ou prou celle de M. Thatcher et de R. Reagan, faite de dénationalisations et de déréglementations, d’austérité, de désolidarisation, d’affaiblissement voire de tuerie des services publics et dispositifs de protection sociale, d’injustices fiscales fragilisant le budget de l’Etat, notamment. Des vieilles lunes que vous vous obstinez à mettre en oeuvre, à amplifier, à durcir, à systématiser, de façon intégriste et autoritaire. Malgré les preuves répétées de son inefficacité et de sa dangerosité. Certes vous avez des prédécesseurs, mais vous l’amplifiez et la durcissez. Elle rend vulnérable, elle fait vieillir et parfois mourir prématurément. 10 000 à 15 000 personnes par an pour cause de chômage. Plus de 1 000 pour cause d’accidents de travail, à quoi s’ajoutent les suicides professionnels, les burn-out, etc. - vous avez fait supprimer 4 critères de pénibilité au travail, diminué le nombre et les moyens des Comités Hygiène santé sécurité au travail, de l’inspection du travail, affaibli en faveur des employeurs le Code du travail. Combien y aura-t-il au final de morts du covid19? Combien auront été « inutiles »? A. Buzyn avait lancé, lors de la canicule 2019: « L'objet de ma mobilisation, c'est d'éviter toutes les morts inutiles ». Elle a démissionné, ou été démissionnée, pour « aller aux municipales ». Un symbole de la logique de votre mobilisation et de celle de vote gouvernement. Il est vrai que mener la guerre politique et la guerre sociale est apparemment jugée plus prioritaire et « rentable » que mener la « guerre au virus ». 

Monsieur le président, votre politique est un fiasco et un naufrage. Vous voulez rendre les personnes moins vulnérables, quel que soit leur âge? Les protéger face aux aléas de la vie? Dès à présent et après, tant les deux moments sont liés? Chiche. Les propositions ne manquent pas. Par exemple: https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/tribune-plus-jamais-ca-18responsables-d-organisations-syndicales-associatives-et-environnementales-appellent-a-preparer-le-jour-dapres_3886345.html

Monsieur le président, avec toute ma colère et ma révolte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.