Alain Refalo
Enseignant du primaire
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juil. 2022

Défilé militaire du 14 juillet : l’indécence continue !

Le défilé militaire du 14 juillet demeure un symbole militariste totalement anachronique et pourtant il fait l’objet d’un culte médiatique absolument indécent eu égard aux enjeux de civilisation auxquels nous sommes confrontés.

Alain Refalo
Enseignant du primaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De façon immuable, chaque année, notre fête nationale est préemptée par le défilé militaire sur les Champs-Elysées, une manifestation qui bénéficie d’une importante publicité médiatique.

Ce jour-là, le peuple est convié à venir applaudir les soldats de nos armées, mais surtout des centaines d’engins de mort, des missiles, des chars et des avions que la France se glorifie d’exporter aux quatre coins du monde. Les derniers bijoux de la quincaillerie militaire qui font la « fierté » de notre pays sont présentés au peuple dans l’ignorance totale des conséquences de leur utilisation sur les populations, principales victimes des conflits modernes.

Cette pitoyable procession d’un autre temps, expression historique du militarisme français au XIXe siècle, qui rend un culte aux armes de guerre, y compris de destruction massive, est bien un spectacle dégradant et déshonorant qui tourne le dos aux valeurs humaines, et d’abord aux valeurs de la République.

Ce n’est rien d’autre qu’une parade organisée par l’État à la gloire de l’institution militaire et surtout de ses valeurs guerrières. Un pays qui, le jour de sa fête nationale, n’a rien d’autre à proposer à son peuple que d’admirer et d’applaudir des engins de mort est un pays tourné vers le passé. C’est un pays toujours en quête d’une illusoire grandeur.

En réalité, l’archaïsme de ce défilé est à l’image de notre arrogance congénitale et de notre incapacité à incarner dans les faits les valeurs fondatrices de la République : Liberté, Egalité, Fraternité.

Cette démonstration guerrière annuelle nous rappelle que la France est l’un des pays les plus militarisés au monde, avec une industrie de défense qui alimente un important (et honteux) commerce des armes, une politique de défense de plus en plus coûteuse (dépenses inégalées en Europe), la modernisation constante des armes nucléaires (aussi inutiles que dangereuses), d’incessantes interventions militaires extérieures (désastreuses la plupart du temps) et des forces de maintien de l’ordre toujours plus militarisées (blessant et mutilant des manifestants avec des armes de guerre, toujours en toute impunité).

Dans ce paysage d’une France qui s’est de plus en plus militarisée sous la Ve République, le complexe militaro-industriel, au mépris de la démocratie, continue d’imposer au monde politique et militaire ses « innovations » technologiques en matière d’armement. Pourtant, ce « pouvoir sans visage »1 ne travaille que pour sa propre pérennité et non pour les besoins réels de la défense nationale.

Qui s’en offusque ?

La militarisation des esprits en France, à laquelle ce défilé militaire participe, s’est particulièrement renforcée ces dernières années. Ainsi, les différents protocoles Armée – Education (depuis 1981) continuent, sans aucune opposition, d’assurer une propagande indigne dans les établissements scolaires en faveur des choix militaires de la France, tandis que l’instauration du Service National Universel représente une nouvelle tentative de caporalisation de la jeunesse, digne des régimes totalitaires.

Les commémorations nationales, au nom du devoir de mémoire, mais d’une mémoire bien sélective (quid des crimes de l’armée française), poursuivent ce travail de célébration de l’institution militaire, des faits d’armes et des héros guerriers, dans l’ignorance des résistances civiles, non armées, qui ont joué un rôle non négligeable dans notre Histoire.

Le courage, il serait temps de l’admettre, n’est pas l’apanage des soldats.

Le 14 juillet, clamait Victor Hugo à la tribune du Sénat le 3 juillet 1880, c’est « une fête populaire, une fête universelle, une fête humaine ». Pas seulement une fête nationale, mais une fête de la fraternité.

En quoi les engins de mort exhibés ce jour-là ont-ils leur place sur l’avenue des Champs-Elysées, eux qui précisément n’ont d’autre vocation que de blesser, de tuer et de détruire ?

Assurément, le défilé militaire, symbole de la culture de la violence et de la guerre, conjugue indécence et obsolescence. Il véhicule des valeurs à l’opposé de celles de la fraternité et des droits de l’homme. Il pollue les esprits autant que la planète. Et il nous coûte environ 3,5 millions d’euros.

Il est temps, au regard des immenses défis climatiques, démographiques, migratoires et sociaux auxquels notre civilisation est confrontée, d’investir dans une culture de la coopération et de la paix au service des besoins réels de l’humanité.

Il est temps que les peuples, qui sont toujours les premières victimes des choix militaristes des États, imposent à leurs dirigeants des choix audacieux qui rendront inutiles les instruments de guerre qui n’existent et paradent encore le 14 juillet du fait de notre soumission volontaire à l’ordre jupitérien.

Il est temps que les citoyens français s’insurgent contre cette pathétique procession qui voudrait nous faire croire que la France n’est grande qu’à travers la taille de ses missiles, la puissance de ses chars et la beauté de ses uniformes.

En attendant ce jour de gloire où le peuple ami de la vie détrônera les idoles de la mort, ignorer ce défilé, en ne se rendant pas aux Champs-Elysées ou en éteignant sa télévision, est un minimum salutaire.

Le maximum étant certainement d’organiser un contre-défilé des forces vives de la société civile, des femmes et des hommes qui chaque jour se dépensent sans compter pour le bien commun, qui font œuvre de solidarité avec les exclus et les démunis, qui construisent la paix par les moyens de la paix. Un défilé « fraternitaire » en quelque sorte...

En ces temps troublés, ce serait juste une petite étincelle d’espérance.

Alain Refalo, auteur de Démilitariser la France : plaidoyer pour un pays acteur de paix, Chronique Sociale, 2022.

PS : une pétition pour la suppression du défilé militaire du 14 juillet est disponible : Pétition · Pour la suppression du défilé militaire du 14 juillet · Change.org

1Pierre Marion, Le pouvoir sans visage : le complexe militaro-industriel, Calman-Lévy, 1990.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin
Journal
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint
Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ». Premier volet de notre série sur la guerre des espionnes.
par Patricia Neves

La sélection du Club

Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine