Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

1387 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juin 2021

²lnsi-Il faut toujours laisser une porte de sortie aux manifestants pacifiques!

J'ai appris, Monsieur le Président, il y a bien longtemps, et en d'autres lieux, qu'il fallait toujours laisser une porte ou des portes de sorties pour que les manifestants pacifiques puissent quitter les lieux de manifestations. Je vous l'avais par ailleurs écrit en 2019. Le Ministre de l'intérieur de l'épque n'en avait pas tenu compte et vous non plus. Résultat: LA GIFLE du Conseil d'Etat!

Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, À LA FRANCE ET AUX FRANÇAIS.

           PRÉSIDENTIELLE 2022

                  LE FIL DU BLOG

PARLONS DES NÉGOCIATIONS SOCIALES SUR LES RETRAITES, LA SÉCURITÉ SOCIALE, LE CHÔMAGE, LA VIEILLESSE, LA DÉPENDANCE et de la création d'un REVENU UNIVERSEL.

PARLONS SURTOUT DES PARTENAIRES SOCIAUX CHARGÉS DE NÉGOCIER LA RÉFORME DU FINANCEMENT DES RETRAITES, DE LA SÉCURITÉ SOCIALE, DU CHÔMAGE, DE LA DÉPENDANCE, DE LA VIEILLESSE ET DE LA CRÉATION D'UN REVENU UNIVERSEL.

                                            ----------

Je viens, par la présente, mettre le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, face à des responsabilités régaliennes, le Gouvernement face à ses responsabilités et les partenaires sociaux FACE À LA FRANCE ET AUX FRANÇAIS.

Il ne peuventt, en aucun cas, tolérer et admettre la pratique des Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises pour financer les recettes et lesdépenses soiciales.

Je leur  demande d'en prendre conscience pour que la France reste La France, celle du respect des Valeurs républicaines. 

Aussi est-ce en prévision des manifestations sociales à venir que je tiens particulièrement à appeler l'attention de Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, du Premier Ministre, Monsieur Jean Castex, et du Ministre de l'Intérieur, Monsieur Gérald Darmanin, sur les risques qu'il feraient prendre à la population qui viendrait manifester légitimement ses désaccords sur la réforme du financement des Retraites, de la Sécurité sociale, du Chômage, de la Vieillesse, de la Dépendance, et de la création éventuelle d'un Revanu universel.

IL VOUS FAUT AGIR DE MANIÈRE PRÉVENTIVE.

1- Rechercher et "Identifier les groupuscules perturbateurs "prévisibles". Les forces de l'ordre ont le savoir faire. Alors, laissez les faire. C'est leur métier et vous, hommes politiques, n'y connaissez Rien.

2- Avant, et pendant les manifestations, précéder les éléments perturbateurs identifiés ou à rechercher, de manière virtuelle, tout en les "nassant préventivement" de manière invisible", en mesure d'intervenir à la moindre alerte".

3- DANS TOUS LES CAS DE FIGURE, laisser les portes de sorties en quantités suffisantes sur le parcours des manifestations, au fur et à mesure de la progression de manière dynamique, pour éviter la-les panique-s, "AU CAS OÙ"...

Vous serez ainsi parés et bien préparés intellectuellement pour que l'autorité préfectorale qui connait les lois et sera responsable des opérations soit à même de vous informer et d'avaliser les décisions qui s'imposeraient, quelle que soit la situation.

Et laissez faire cette autorité; c'est de son ressort. 

Le minitre de l'Intérieur est un homme politique; c'est tout!

Cela étant, ...

*Le conseil d'État a validé comme étant illégale (À JUSTE RAISON), compte tenu des risques de morts d'hommes et ou de femmes et d'enfants, de  la technique des "Nasses lors des manifestations". (cf  article ci-après, de Salomé Vincendon)

NB: Les prochaines manifestations importantes seron d'ordre économique/social/sociétal, cf  Cliquez sur le lien:

                                                              ----------

LE CONSEIL D'ÉTAT JUGE ILLÉGALE LA TECHNIQUE DES "NASSES" LORS DES MANIFESTATIONS

Salomé Vincendon avec AFP

Le 10/06/2021 à 14:57

Image d'illustration - Des policiers lors d'une manifestation à Nantes (France) contre le projet de loi dit "sécurité globale", le 27 novembre 2020 - JEAN-FRANCOIS MONIER © 2019 AFP

Cette technique, "est susceptible d’affecter significativement la liberté de manifester et de porter atteinte à la liberté d’aller et venir", écrit le Conseil d'État.

Le Conseil d'État a, dans une décision rendue ce jeudi, jugé illégale la technique des "nasses" lors des manifestations, ainsi que d'autres points du schéma de maintien de l'ordre décidé au 16 septembre 2020. Le Conseil d'Etat avait été saisi par plusieurs associations et syndicats, notamment de journalistes, qui le contestaient.

Le Conseil explique à propos de la technique de la "nasse" qu'elle est prévue dans le schéma national "pour contrôler, interpeller ou prévenir la poursuite de troubles à l'ordre public".

"Si cette technique peut s'avérer nécessaire dans certaines circonstances précises, elle est susceptible d'affecter significativement la liberté de manifester et de porter atteinte à la liberté d'aller et venir", ajoutent les Sages, en soulignant que le texte "ne précisait toutefois pas les cas où il serait recommandé de l'utiliser". D'où sa décision d'annuler cette disposition.

Les journalistes n'ont pas "l'obligation d'obéir aux ordres de dispersion"

S'agissant de la presse, le Conseil considère que les journalistes "n'ont pas à quitter les lieux lorsqu'un attroupement est dispersé" et qu'ils n'ont pas "l'obligation d'obéir aux ordres de dispersion" des forces de l'ordre.

"Les journalistes doivent pouvoir continuer d'exercer librement leur mission d'information, même lors de la dispersion d'un attroupement". "Ils ne peuvent donc être tenus de quitter les lieux, dès lors qu'ils se placent de telle sorte qu'ils ne puissent être confondus avec les manifestants ou faire obstacle à l'action des forces de l'ordre", ajoute le Conseil.

Play Video

Les Sages considèrent en outre que le "ministre de l'Intérieur ne peut pas imposer des conditions au port de protections par les journalistes". Selon eux, dans une circulaire sur le maintien de l'ordre, le ministre ne peut "pas édicter ce type de règles à l'attention des journalistes comme de toute personne participant ou assistant à une manifestation.".

SUR LE MÊME SUJET

Annulation aussi de l'accréditation des journalistes, qu'ils possèdent ou non une carte de presse, pour avoir accès au canal d'informations en temps réel mis en place lors de manifestations.

Salomé Vincendon avec AFP

LA SUITE EN COURS D'ELABORATION

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart