Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

1465 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2022

²lbv².Le sens de l'Honneur régalien est à saisir. Saisissez le sur le pouvoir d'achat

Il faut donc bien faire attention à trois points.1- Le prix de vente au consommateur ne correspond pas au seuil de revente à perte. 2- Une hausse du SRP ne se traduit pas mécaniquement par une hausse du prix du produit. 3- Si la hausse du SRP est directement reportée sur le prix du produit, la hausse n’est pas aussi importante sur le prix d’achat.

Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française: "vous êtes le Maître des Arnaqueurs aux cotisations sociales et fiscales des entreprises.

Je vous sacre "Dolos de France". Dolos

« Dolos » défini et expliqué aux enfants par les enfants. Dans la mythologie grecque, Dolos est le dieu mineur de la duperie, la supercherie, la tromperie, la ruse, la fourberie, la perfidie et la traitrise. Il est l'apprenti de Prométhée. Son équivalent féminin est Apaté.

Catégorie : Mythologie grecque.

Bonjour Madame Elisabeth Borne, Premier Ministre de la République française.

Madame Elisabeth Borne est suffisamment incompétente et inexpérimentée pour prendre la plus grande claque de sa carriére politique.

                                                     -     

          *PRÉSIDENTIELLE 2022-2027*

Lettre ouverte adressée à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, avec copie à la France et à toute la population en âge de compreendre les vicissitudes de la vie de tous les jours de leurs compatriotes.

Vous violez l'entendement et les règles élémentaires de la brobité, raison pour laquelle je demande expressément à la population de NE PAS VOTER POUR VOUS. 

PRÉPARATION INTELLECTUELLE À L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2022-2027.

pour tenir compte de la Vérité.

LA RETRAITE, APRES 40 ANNEES DE COTISATIONS SOCIALES, EST POSSIBLE, IMPERATIVE ET RECOMMANDEE. 

                                                    -

LES ENTREPRISES NE PERDENT JAMAIS RIEN!

                                                    -

LE SEUIL DE REVENTE À PERTE : QU'EST-CE QUE C'EST?

Copie de la Fiche économique N° E O5.

Fiche économique E 05

Date de publication : 07/01/2019 - Commerce/services

La loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous, dite "loi alimentation" prévoit un relèvement de 10 % du seuil de revente à perte au plus tard le 1er juin 2019 et renvoit à l’ordonnance du 12 décembre 2018 pour la mise en oeuvre.

"Le relèvement du SRP – seuil de revente à perte – va mécaniquement remonter de 10 % le prix de centaines de produits du quotidien" selon Les Echos du lundi 3 décembre 2018.

Est-ce que cela est bien vrai ?

Pour répondre à cette question, notre économiste vous présente une définition du seuil de revente à perte, et son mode de calcul.

1 - Définition et mode de calcul

2 - Quel est l’impact d’une hausse du SRP sur les prix ?

1 - Définition et mode de calcul

Le seuil de revente à perte – ou prix d’achat effectif – représente la limite de prix en dessous de laquelle un distributeur ne peut revendre un produit sous peine d’être sanctionné. Il est défini par l’article L. 442-3 du code de commerce comme suit : "Le prix d’achat effectif est le prix unitaire net figurant sur la facture d’achat, minoré du montant de l’ensemble des autres avantages financiers consentis par le vendeur exprimé en pourcentage du prix unitaire net du produit et majoré des taxes sur le chiffre d’affaires, des taxes spécifiques afférentes à cette revente et du prix du transport".

 Il y a une différence entre la revente à perte et la vente à perte. Le SRP concerne l’activité de revente, et non la vente directe par un fabricant.

Il existe des exceptions où le distributeur peut revendre en dessous du prix d’achat effectif :

  • quand la date de péremption d’un produit expire sous peu,
  • lorsqu’un produit technique est obsolète ou démodé,
  • pendant les soldes (elles sont définies par l’article L. 310-3 du code de commerce, pour en savoir plus voir notre fiche sur les promotions et les soldes),
  • si, dans une même zone d’activité, un prix plus bas est légalement pratiqué pour le même produit,
  • dans le cadre d’une cessation ou d’un changement d’activité,
  • lorsqu’on achète un produit à un certain prix, puis qu’on achète le même produit moins cher, on peut alors revendre les produits anciennement stockés en se basant sur le prix d’achat des produits moins chers nouvellement stockés.

Comment le seuil de revente à perte est-il calculé ?

Le prix d’achat effectif est calculé de la façon suivante :

2 - Quel est l’impact d’une hausse du SRP sur les prix ?

Pour réaliser des profits, les distributeurs appliquent différentes marges sur le prix des produits vendus. Ces marges représentent la rémunération du distributeur, sans quoi celui-ci perdrait de l’argent. Or, le SRP ne prend pas en compte la totalité des revenus des distributeurs liés à la vente d’un produit. Autrement dit, le seuil de revente à perte ne correspond pas au prix de vente du produit au consommateur.

Pour mieux comprendre, voici un détail des différents revenus que perçoivent les distributeurs.

Les revenus des distributeurs

Les revenus des distributeurs sont réalisés grâce aux marges. Il en existe deux types : les marges "avant" et les marges "arrière".

La marge avant, la plus connue, représente la différence entre le prix net sur la facture et le prix de vente au consommateur.

On distingue deux types de marges arrière :

  • Les ristournes, remises, rabais… accordées par le fournisseur,
  • Les services de coopération commerciale liés à la vente des produits (référencement d’un produit dans le catalogue du distributeur, emplacement des produits dans un linéaire …).

Le SRP prend donc en compte seulement une partie des marges des distributeurs. La marge avant n’est pas prise en compte dans son calcul.

Ainsi, un relèvement du SRP peut se traduire soit par une augmentation directe des prix, soit par une baisse des marges des distributeurs. L’augmentation des prix n’est donc pas "mécanique". De plus, si effectivement la hausse du SRP est reporté directement sur le prix du produit vendu, cela se fera dans des proportions moindres.

Voici un exemple pour illustrer ces propos.

Imaginons qu’un fabricant vende un produit à un distributeur, dont le prix unitaire net est de 100 €. On suppose que les avantages financiers représentent 30 % du prix de ce produit, soit 30 €. Le montant total des différentes taxes est de 5 €, et le prix du transport est de 5 €.

Le seuil de revente à perte est alors de :

SRP = 100 – 30 + 5 + 5 = 80 €

Si le SRP est relevé de 10 %, alors celui-ci passera à 88 € (soit une augmentation de 8 €).

Imaginons ensuite que la marge "avant" du distributeur soit de 20 %, le produit est alors vendu à 120 € au consommateur.

Si la hausse du SRP se traduit directement par une hausse des prix, alors le prix du produit augmentera dans ce cas ci de 8 €. Ainsi, au lieu de vendre le produit au consommateur 120 €, il sera vendu 128 €, soit une augmentation de 6,7 %. Et non pas 10 %.

Il faut donc bien faire attention à trois points :

  • le prix de vente au consommateur ne correspond pas au seuil de revente à perte,
  • une hausse du SRP ne se traduit pas mécaniquement par une hausse du prix du produit,
  • si la hausse du SRP est directement reportée sur le prix du produit, la hausse n’est pas aussi importante sur le prix d’achat.

                                      -

*²pf²-Lettre ouverte au Parquet @pr_financier, au sujet de Monsieur @EmmanuelMacron. ÉDITER

*NE CHERCHEZ PLUS où sont les milliards de bénéfices faramineux des entreprises, ils sont bien plaçés!

En cette période où les Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises battent leur plein, il serait bon de se poser la question: "Quel candidat à l'élection présidentielle sera élu au 1er tour prévu en mai 2022"? Au stade où chacun se trouve, il serait bon que chaque électeur se pEose la question. Bref et en clair, le temps de la révolution pacifique serait il venu?

Les charges patronales sont à entre 20 à 25 % de la rémunération. 

*Macroner, en ukrainien, "semble vouloir dire": c'est "faire semblant et de donner et ne rien faire du tout".

LA  RETRATE A 60 ANS EST POSSIBLE EN LA FINANÇANT ENTIEREMENT AVEC LES COTISATIONS SOCIALES INCNANGEES, Monsieur Emmanuel Macron, ET VOUS LE SAVEZ!

Voici un tableau résumant les taux de cotisations patronales en 2022 : 

Charges patronalesTaux Assiette: Assurance maladie, maternité, décès, invalidité et CSA7.3%, Totalité de la rémunération. Assurance vieillesse1.9% 8.55% Totalité de la rémunération. Dans la limite du plafond Allocations familiales 3.45%, Totalité de la rémunération. Contribution au dialogue social0. 016%, Totalité de la rémunération. Accidents du travail: Taux notifié par la CarsatFNAL (+ de 50 salariés) 0.5%, Totalité de la rémunération. FNAL (- de 50 salariés) 0.1%Dans la limite du plafond. Versement mobilitéTaux qui varie en fonction du secteur géographique. Contribution assurance chômage 4.05% Totalité de la rémunération. Cotisation AGS0.15%, Totalité de la rémunération. Forfait  social: 20 à 25 % de la totalité de la rémunération.  

NB: Toutes les cotisations sociales patronales sont payées par les salarés et déduites du salaire net. Vous voudrez bien noter que ces "charges-cotisations sociales" entrent en ligne de compte pour la baisse de votre Pouvoir d'achat, et, en outre, pour les bénéfices tirés de cette augmentation des bénéfices liés aux Prix de Vente.

                                  .

*C'est ce que nul ne vous expliquera... ET QUE NUL NE POURRA VOUS EXPLIQUER.

Cela pourrait il provenir des CALCULS DES PRIX VENTE ET DE REVENTES DITES "A PERTE", QUI GAGNENT TOUJOURS QUELQUE CHOSE...

Cela parait est peu vraisemblable  

                                  .

Les rétrocommissions étaient, en France, des rémunérations ou des remises différées versées par le fournisseur au distributeur qu'il ne pouvait intégrer dans le calcul de ses prix de vente aux consommateurs. Définie par la loi Galland en 1996, cette mesure a été modifiée en 2006 par la loi Dutreil1 renommant ces rémunérations en « autres avantages financiers », bien que le terme marge arrière soit resté dans le langage courant. Elle permit progressivement sur deux ans d'en tenir compte pour le calcul du seuil de revente à perte.

En 2008, la loi Chatel a permis de tenir compte de la totalité de ces rémunérations pour le calcul du seuil de revente à perte.

                                  .   

De cette manière, toutes cotisations sociales sont des prélèvements sur les salaires bruts pour financer les prestations sociales (retraite, chômage, sécurité sociale). Une partie des cotisations sociales est payée par les salariés (charges salariales),

*ET LES AUTRES sont payées par leurs employeurs (charges patronales). Les charges salariales dont le détail figure sur les fiches de paie sont de 21% à 23% du salaire brut.

Les charges patronales sont de 25% à 42% du salaire brut et sont également A LA CHARGE DES SALARIES, ce qui est une anomalie d'importance, puisqu'elles sont éxonérées des charges patronales.

CHERCHEZ... LES FAUTES... 

Et les charges patronales contiuent d'être exonérées de impôt sur les bénéfices, et entrent également dans le calcul des prix de vente. Affectés de la marge bénéficiaire, ils sont ainsi vendus.

Ainsi se passe la réalité des choses.

                                   -

Je demanderai qu'une invitation vienne à vous pour discuter de vos projets. Puis je demander où envoyer l'invitation? E mail ou adresse ou quelque chose?

Sous la pression de ses conseillers, le Président a reporté?... annulé... Qui sait?...

En fait, il s'agissait, tout simplement, à partir de l'existant, de "NE PAS AUGMENTER LES COTISATIONS SOCIALES DES ENTREPRISES", mais de les appeler autrement, comme, par exemple:

"Cotisations sociales "Retraites, Cotisations sociales "Sécurité sociales, Cotisations sociales "Chômage, Cotisations sociales "Dépendance, Cotisations sociales ceci, cela... etc, etc...

Cela n'aurait Rien changé par ailleurs sur le montant des sommes perçues, puiqu'elles sont déterminées par les partenaires sociaux, et bien connues!

"CELA A ETE ELUDE, SACHANT QUE LES ENTREPRISES NE PAYAIENT AUCUNE COTISATION SOCIALE, PUISQUE LEURS COTISATIONS SOCIALES ETAIENT EXEMPTEES DES REVENUS IMPÔSABLES, MAIS COMPRIS DANS LES CALCULS DES COÛTS DE PRODUCTION.

Je demanderai qu'une invitation vienne à vous pour discuter de vos projets. Puis je demander où envoyer l'invitation? E mail ou adresse ou quelque chose?

Sous la pression de ses conseillers, le Président a reporté?... annulé... Qui sait?...

En fait, il s'agissait, tout simplement, à partir de l'existant, de "NE PAS AUGMENTER LES COTISATIONS SOCIALES DES ENTREPRISES", mais de les appeler autrement, comme, par exemple:

"Cotisations sociales "Retraites, Cotisations sociales "Sécurité sociales, Cotisations sociales "Chômage, Cotisations sociales "Dépendance, Cotisations sociales ceci, cela... etc, etc... ET le Président de la, République le savait!

"CELA A ETE ELUDE, SACHANT QUE LES ENTREPRISES NE PAYAIENT AUCUNE COTISATION SOCIALE, PUISQUE LEURS COTISATIONS SOCIALES ETAIENT EXEMPTEES DES REVENUS IMPÔSABLES,  d'où mon appellation de:

"ARNAQUES AUX COTISATIONS SOCIALES ET FISCALES DES ENTREPRISES, TANT VANTEES, ACCLAMEES, APPLAUDIES, CELEBREES, COMPLIMENTEES ET ENCENSEES PAR TOUS LES MEDIAS".!

Est ce tout le monde a bien compris? Pour ceux qui n'auraient pas bien compris, RETOUR A LA CASE DEPART", car, SI VOUS N'AVEZ PAS ENCORE COMPRIS, QUE "Les entreprises se font payer une première fois leurs charges sociales patronales, ET UNE DEUXIEME FOIS AVEC LEURS MARGES BENEFICIAIRES, ET EN PLUS UNE TROISIEME FOI AVEC LEURS "CHARGES".

EN CLAIR, "Mon idée se serait appelée "La Méthode de Gestion par le Révisionnisme économique".

                                                    -

D'où mon appellation de:

"ARNAQUES AUX COTISATIONS SOCIALES ET FISCALES DES ENTREPRISES"!

Est ce tout le monde a bien compris? Pour ceux qui n'auraient pas bien compris, RETOUR A LA CASE DEPART", CAR NE SERAIT CE PAS LA QUE DES DIZAINES DE MILLIARDS DISPARAITRAIENT PAR HASARD? AFFAIRE A SUIVRE AVEC LE PLUS GRAND INTERÊT...

*NE CHERCHEZ PLUS où sont passés les dizaines et dizaines de milliards de bénéfices faramineux des entreprises, ils sont bien plaçés! ILS SONT LÀ, BIEN AU CHAUD !

 Mon idée est appelée: "La Méthode de Gestion par le Révisionnisme économique".

                                                    -

Vous n'êtes et ne serez jamais le Maitre des horloges et du temps qui passe et trépasse!

Vous n'êtes et ne serez jamais que le Maitre des "Arnaques aux cotisations fiscales et sociales des entreprises"! 

                                 -

Bonjour Madame Christine Lagarde, Premier Ministre du Gouvernement.

Vous devenez, après François Hollande et Emmanuel Macron, la plus minable et la plus lamentable des Premiers Ministres achetés par la France.               

                                    -

     * *PRESIDENTIELLE 2022-2027* *   

               MISE DANS L'AMBIANCE.

                                 -

²lmd²-Le Maitre des Horloges est le temps qui passe et trépasse, Monsieur Emmanuel Macron. ÉDITER

                                 -   

²vmb²-la vérité sur l'économie ne doit pas être bonne à dire, M Villeroy de Galhau, Gouverneur de la BDF. ÉDITER

                                 -

 ²pet²-La pétition N°1531/2012 est officiellement en cours d'examen à Bruxelles. ÉDITER

                                 -

C'EST A LA BOURSE QU'IL FAUT S'Y PRENDRE avec tous ces milliards de bénéfices!

Il suffirait, tout simplement, de la boycotter!

Vous boycotteriez "et en même temps", le Président de la République boyecotterait, et sa propre bourse!

                                              -

En excusivité, recevez les Planches à billets des Banques lobbies de Bruxelles, et recevez,  en retour, les aggios qui auront servi à REMBOURSER LA DETTE DE LA FRANCE, sans effort!

Cette opération est magnifique d'audace et de Tromperies!

                                    -   

Bonjour, Monsieur François Villeroy de Ghalhau, Gouverneur de la Banque de France.

Vous avez ma réponse au tweet que vous avez mis cet après midi, entre 14h et 16h, le 12/05/2022 plus après:

"Vous n'avez pas à vous mettre en position d'emprunteur privilégié vis à vis dss banques privées, sous peine d'être qualifié de BANQUIER EXCLUSIF DES BANQUES PRIVEES. 

Vous n'avez, en outre, pas le droit de faire le banquier ... des banques privées ...

                                    -

Le pouvoir législatif et exécutif sont à prendre:

PRENEZ LES DE MANIERE DEMOCRATIQUE!

Le Porte Parole du Gouvernement a en particulier parlé de la baisse du pouvoir d'achat, de la revalorisation du travail et de la réindexation des retraites qui sera mise en dicussion à la prochaine rentrée parlementaire.

Le problème est que nul ne le croit sur le fond des choses. Le Chef du Gouvernement est toujours le même...     

-BREF, RIEN N'AURA CHANGE, SAUF CHANGEMENT DE PREMIER MINISTRE "DE DROITE" OU DE GAUCHE", AVEC LE FINANCEMENT DES RETRAITES ET DES RETRAITES COMPLEMENTAIRES, APRES 40 ANNEES DE COTISATIONS SOCIALES. 

MAIS "QUI" PRESENTERA CETTE "LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE? 

*EMMANUEL MACRON "LUI MÊME", BIEN ENTENDU!

                                   -

RAZ DE MAREE POLITIQUEN ET FINANCIER.

C'est en l'année 2 012 que la crise de la dette et les discussions destinées à inscrire une "règle d'or" dans la constitution de manière à masquer avec de la poudre aux yeux la mauvaise gestion des deniers de notre pays, la France, que je me suis décidé à écrire, inspiré que j'étais par ce que j'avais découvert et vécu" dans le civil" au sujet de la gestion des finances publiques, ainsi qu'à écrire et décrire ma vie de manière telle que tout soit contrôlable dans les domaines de la gestion des hommes et des finances publiques pour être crédible.

 Après l'annonce de Jacques Delors, fin 2012, lequel jugeait nécessaire un changement de traité européen, nécessité se fait sentir de tout faire pour que les choses avancent.

C'est le voeu à formuler, car, en effet, la situation telle que créée à Chypre car les interventions de la Commission européenne ne laissent pas prévoir un avenir radieux pour tous ceux qui ont cru en l'€urope des peuples et se retrouvent prisonniers de l'€urope de la finance sans Patrie.

                           TRIBUNE.

 L'accord sur le budget européen 2014-2020 conclu par les Chefs d'Etats et de Gouvernements et  rejeté par le Parlement en février 2013, allié à l'échec dans l'obtention de résultats de la réunion des Chefs d'Etats et de Gouvernements des 22 et 23 novembre passés ne doit pas nous faire oublier qu'elle sera suivie d'autres réunions qui devraient déboucher sur un désaccord partiel et à un accord de façade comme celui de la fin du mois de décembre 2012 d'autant que les €uroparlementaires ont refusé d' avaliser le budget approuvé par les Chefs d'Etats et de Gouvernement pour la période 2014-2020.

 Celle qui s'est terminée le vendredi 13 novembre 2012 en illustre l'exemple de ce qui en a découlé fin décembre. En effet, si la B.C.€. sera l'organe de supervision des banques, cela signifie tout simplement que le système qui était et est toujours en place n'était pas surveillé comme il aurait du l'être. Et, là aucune responsabilité n'est reconnue de la part des participants. Pas de coupables, aucun responsable, on est technocrate ou on ne l'est pas.

Enfin l'actualité récente sur la situation catastrophique pour l'€uro et les finances de Chypre devrait ouvrir les yeux aux Chefs d'Etats et de Gouvernements sur la manière dont ils sont manoeuvrés par les *Lobbies technocrates sans mandat électoraux de Bruxelles aux ordres des *Banques-Lobbies*. Souhaitons leur de réussir à les "mettre au pas" au cours de prochaines réunions, avant qu'il ne soit trop tard, car...

 Ainsi, le contribuable continuera d'alimenter, via la B.C.€., les *Banques-Lobbies* qui pourront continuer de "prêter" l'argent des contribuables aux Etats en prenant leur "dîme" au passage tandis que les Länder's-Banques ne seront pas assujetties au contrôle de la B.C.€. C'est ce qui est appelé une bonne avançée vers un avenir meilleur.  

 Point n'était besoin d'une "règle d'or" dans le traité européen pour bien gérer Notre Pays, La France, avait dit et écrit Armand de Franceville dans son récit: * L' Invisible Geôle *. La suite nous a démontré qu'il était aisé de s'en passer et de faire adopter le Budget par le Parlement.

 La "règle d'or" est une foutaise inventée par les lobbies financiers pour masquer en trompe l'oeil leur mainmise sur le pouvoir politiqe et la mauvaise gestion du budget de la France par les hommes (femmes) politiques qui avaient dirigé le pays.

 Savoir gérer un budget est une règle élémentaire de réflexion appliquée par toutes les ménagères de France qui n'ont pas attendu que les *Lobbies-Technocrates* se Bruxelles leur imposent une règle *d'Or* qui n'est *d'Or* que pour eux.

 Mais pour mieux comprendre le sens de ce qui précède, il est nécessaire de ne pas créer de trous dans les budgets de manière volontaire et inconsidérée.

Pour encore mieux comprendre, la lecture de * L'Invisible Geôle * s'impose à tous les responsables politiques qui veulent vraiment s'en sortir et trouver les responsables de la situation tant décriée dans laquelle les ménages européens ne sont pour rien.

                                        -

Préambule: François Hollande, Président de La République, ne réussira son combat contre le monde de la finance (la mauvaise) QUE s'il tient compte de mes écrits.

C'est sur ses résultats qu'il sera jugé en 2017 et même avant, d'autant que le coût de l'argent emprunté aux banques lobbies "de Bruxelles" au taux de 0,7% fait perdre à La France 6,5 millions € par milliard emprunté à ces banques! Cette somme serait disponible pour les investissements et pour "boucler" le budget des Armées sans vendre les bijoux de famille si la BC€ prêtait directement aux Etats.

*Poursuivons par un retour en arrière nécessaire pour bien comprendre la situation: L'échec de la visite de Manuel Valls, Premier Ministe, le 22.09.2014, à Berlin, pour y rencontrer Angela Merkel, la Chancelière allemande, a démontré qu'il y avait lieu de reprendre le dessus sur les technocrates "de Bruxelles au plus vite. 

                          -

*CECI ETANT, LISONS:

LA FRANCE EST DANS UNE SITUATION CATASTROPHIQUE, a déclaré Pierre Gattaz, patron du MEDEF, aux médias, le 21 juillet 2014. Et il a bien raison de le dire, après avoir lu mes articles à lui mis en lecture avec défi d'en démontrer le contraire.

L'€UROPE n'investit pas assez pour la croissance, déclare Michel Sapin, qui n'a encre RIEN compris, et TOUS LES OBSERVATEURS SE SONT TROMPES dans leurs prévisions, passant de 1% à 0,5 % et, à présent, C'EST ZERO!... Pour tenter maladroitement de justifier la politique du "pacte de "responsabilité" qui n'en a que l'appellation et qu'il mène à tout va tambours battants... Et "on ne change pas une équipe qui perd! On continue!...

Ceci étant, lisons:

*CAMPAGNE POUR UN PACTE D'HONNEUR PATRIOTIQUE.

*L'élection de Martin Schultz de cette première semaine de juillet 2014 nous a amené sur le chemin des vacances d'été. Bien entendu, tout continue comme avant, hors le fait que les banques lobbies "de Bruxelles" empruntent à 0,05 % pour reprêter ensuite aux Etats à un taux préférentiel de 0,7% , c'est à dire 14 fois plus,.. Pour nos impôts qui viennent d'augmenter pour le plus grand bénéfice du monde de la finance.

Ainsi sont prévus des financements avec emprunts limités à 0,50 % ù du PIB, de manière à "imposer" judicieusement à La France les Partenariats-Publics-Privés (3P) appelés à déboucher par la suite sur des privatisations.

*Quels résultats concrets sur le fonctionnement de la BC€ a-t-on obtenu de la réunion des chefs d'Etats des 26 et 27 juin 2014 à Ypres? Aucun! Alors, de nouveau, tout continue comme avant.

*En attendant, les résultats de l'élection €uropéenne du 25 mai 2014 ne peuvent que mettre en valeur la teneur de cet article, écrit bien avant. Relisons le:

*Commencer la lecture de cet article impose de rappeler que le seul homme politique qui a eu le courage politique de déclarer comme adversaire: La Finance est François Hollande, en 2012, au cours de son discours au Bourget, lequel a été élu Président de La République par la suite. Les chefs des autres partis politiques, très certainement dépités par cette audace, n'ont cessé de le railler, alors que, s'ils avaient eu autant de courage politique que lui, et je dirais même de courage patriotique, ils se seraient alliés à lui pour combattre cet adversaire qui mène Notre Patrie, Notre Pays, La France, à l'endettement infini, à la ruine, et à l'appauvrissement de son peuple.

*Les élections Municipales terminées et les résultats de l'élection €uropéenne du 25 mai 2014 qui sont portés à notre connaisance seront deux occasions de vérifier si, Patriotisme dominant  frayeur, ils se décideront enfin à conclure un "pacte d'honneur Patriotique" pour combattre cet adversaire qui s'est infiltré jusque dans nos villes et nos banlieues avec le "Partenariat-Public-Privé" (3P), ce qui redorerait enfin leur blason et leur image bien mise à mal ces dernières années.

*Ceci étant, l'accord sur l'Union bancaire, présenté comme étant "un succès" les 20 et 21 décembre 2013, juste pendant les vacances de fin d'année comme par hasard, n'était qu'un leurre et un attrape nigauds à l'approche de l' élection €uropéenne et ne doit pas faire oublier que la BC€ a toujours interdiction de prêter de l'argent aux Etats, en prête aux Banques-Lobbies actuellement à 0,05 %,  lesquelles banques le rétrocèdent à ces mêmes Etats moyennant royalties allant de 1 % au minimum pour certains états jusqu'à atteindre 3 ou 4% ou plus pour d'autres. Pendant tout ce temps, la dette héritée des gestionnaires incapables des précédents Gouvernements continue d'augmenter!

                                TRIBUNE.

Le résultat de l'élection €uropéenne du 25 mai 2014 a mis en effervescence tous les partis politiques qui pensaient pouvoir révolutionner l'€urope et la faire avancer dans une direction dont ils n'avaient pas la maitrise et qu'ils n'auront jamais sans avoir le courage politique d'aller au fond des choses.

Le sommet des Chefs d'Etats qui s'est terminé à Bruxelles le vendredi 28 juin 2013 ainsi que les suivants n'ont débouché que sur des avancées à mettre en place, c'est à dire qu'il nous faudra encore attendre pour voir les applications sur le terrain des réalités. Attendons donc, comme à l'habitude, ce qu'il en adviendra.

En attendant, rien ne change.                                            

 L'actualité sur les difficultés rencontrées par Chypre et la Grèce ainsi que d'autres pays avec les technocrates de Bruxelles sans mandat électoral aux ordres des *Banques-Lobbies* et qui se permettent de donner des ordres aux Etats peut nous laisser penser que la crise qui "était passée" a fait demi tour et nous attend en embuscade quelque part. Il est donc grand temps que nos Elus se réveillent et reprennent la situation en mains.                                        

Préalablement au rejet du Budget de l'Union européenne pour la période 2014-2020 par le Parlement européen, retenons  de la déclaration de Jacques Delors le 23 décembre 2012 à la télévision qu'il juge nécessaire un changement de traité européen, ce qui ne donne que plus de valeur aux interventions et aux écrits de *L'Invisible Geôle* en la matière, en particulier à sa pétition N°1531/2012 qui demandait que la loi qui interdisait à la BC€ de prêter directement l'argent aux Etats soit jugée comme inconstitutionnelle. Reconnue recevable par courrier  Réf: 308381 en date du 16.05.2013, elle se trouve actuellement à l'examen à la Commission des Pétitions à Bruxelles.

            DES RENCONTRES ANGELA MERKEL avec

                       FRANCOIS HOLLANDE.                                

 Cette tribune, écrite bien avant la dernière au sommet de fin décembre 2013 ainsi que celle des Chefs d'Etats et de Gouvernements début février 2013, tout comme les précédentes des 22 et 23 novembre 2 012 et celle qui s'est  terminée le 13 décembre 2 012 , est d'autant plus d'actualité qu'elle s'est terminée par des  échecs, même s'il y a eu une "avancée" avec l'accord sur l'union bancaire et en matière de budget européen pour la période 2014-2020 avec le contrôle et la surveillance des banques, mis à part les "Länder's-Banques".

 La mise sous contrôle des banques implique qu'elles ne l'étaient pas avant et que les responsables, si responsables il devrait y avoir, ne sont aucunement désignés officiellement et qu'aucun sanction ne sera prise. Cela nous rappellera la fameuse réplique: "Responsable, mais pas coupable"... Et... Pas de responsable, donc... Pas de coupable.

 En attendant, les contribuables, qui ne sont coupables de rien, continueront de servir de matelas financier aux *Banques- Lobbies*.

 La leçon à en tirer est que la Commission européenne n'a pas beaucoup fait preuve de compétitivité dans ses analyses, le maniement des chiffres et de ses effectifs tellement pléthoriques qu'elle demande de réduire les nôtres pour pouvoir conserver les siens. 

 Ceci étant, nombre de critiques inconsidérées qui s'étaient formulées sur les rencontres entre notre Président, François Hollande et Angela Merkel, la Chancelière allemande, au sujet de "la crise" s'avèrent à présent sans valeur aucune. Pour certains "ça n'avance pas", Hollande ne fait rien, bref, et blabla... et blablabla... Mais... Il nous faut encore attendre pour voir. Après la récente réélection d'Angela est il encore nécessaire d'attendre un peu? Comme c'est chose faite à présent, la patience permettra de voir ce qui va se passer, après les élections Municipales et du changement de Gouvernement qui vient de se faire, ce que sera la campagne pour l'élection €uropéenne de mai 2014 et ses résultats.

De plus, les Allemands ont l'habitude d'analyser les choses et de se projeter "dans le Futur" avant de prendre une décision. François Hollande, de par le temps qu'il prend pour lui même d'analyser les choses avant de prendre une décision, se trouve sur le même pied d'égalité, ce qui déconcerte les Allemands, habitués depuis de nombreuses années à faire courir ceux qui se laissent prendre à ce petit piège de la frénésie de vouloir tout faire "à la va vite" et se mettre dans l'impasse créée de toutes pièces à l'avantage de celui qui l'a décidée. Mais, après ces élections, il faudra "faire vite"!

 L'analyse de la personnalité de François Hollande par toutes les Chancelleries du Monde a bien progressé ces derniers temps et continue son petit bonhomme de chemin, en tenant compte des critiques destructrices faites à son égard par une opposition destinées à le ridiculiser et qui font plus pour détruire Notre Pays, La France, que détruire le Président lui même.

Les hommes politiques français, quant à eux, continueront jusqu'aux prochaines élections de 2015 et... 2017, à vanter leurs mérites de gestionnaires ratés qui nous ont conduits au trou de la dette et à fermer les yeux sur la pétition N° 1531/2012 qui pourrait les aider, s'ils en avaient la volonté, à mettre la BC€ au service des Etats et non plus des *Banques-Lobbies* qui donnent leurs ordres aux technocrates de Bruxelles sans mandat électoral du suffrage universel, lesquels sont de si bons gestionnaires que la plupart des pays de l'U€ se trouvent dans la dette.

La froideur de Poutine quant à elle est apparente et faite toute d'observations destinées à déstabiliser ses interlocuteurs peu habitués à être observés de la sorte. Derrièrre tout cela, la fermeté n'est aucunement cachée, faite de froideur et de détermination inébranlables. Que nul ne s'y trompe. Le tout récent rattachement de la Crimée à la Russie en est l'éclatante démonstration, de même que celle de traiter des affaires actuelles de l'Ukraine. A nouveau, QUE NULNE S'Y TROMPE.

La Politique étrangère repose sur ces Analyses... Et cela avait été oublié dans la frénésie de tout faire tout de suite et sans "Conseiller(s)" vraiment "averti(s)" n'ayant pas peur de "Mettre en Garde" (au risque de DEPLAIRE au Roi) sur les conséquences imprévisibles de ces précipitations non réfléchies.

 Souhaitons à notre Président de réussir pour le bien de la France plutot que de le critiquer. En se projetant dans l'avenir comme il le fait, sans précipitation aucune, il devrait réussir...Pour le bien de la France et des Français, n'en déplaise à tous les "Critiques" et commentateurs patentés.

*Il devrait pouvoir faire abroger la *Loi-Lobbies* après les élections €uropéennes si les €uropéens ressentent que Tous les chefs des partis politiques et TOUS les Parlementaires de France font masse et  front avec lui contre cette loi qui interdit à la B.C.€. de prêter l'argent des contribuables directement aux Etats pour leurs investissements et contre la limitation des déficits à 0,50% di PIB, investissements lourds d'avenir compris, ce qui pousse les Etats vers le Partenariat-Public-Privé, comme la collecte de l'écotaxe par exemple.

*Ma pétition N°1531/202012 qui est à l'examen et jointe en "fichiers attachés" pourrait, pourquoi pas, donner des idées à tous les €urodéputés qui voudraient se réveiller.

Quant aux hommes (femmes) politiques de l'opposition déçus et dépités qui font du zèle à "qui-mieux-mieux" pour râiller et râler de tous bords, bien leur en prendrait de se poser les bonnes questions sur les "pour quoi" de leurs défaites successives car, tout de même, la majorité des électeurs qui n'ont pas voté pour eux ne sont pas des imbéciles contrairement à ce qu'ils pensent encore. Et ils savent compter... Et décompter...

 Ils ont bien compris que ce sont les Gouvernements précédents qui ont creusé le *Trou de la dette* et il sera difficile et même impossible de leur démontrer le contraire. Ceci étant, une dette d'Etat est faite pour être honorée, ce qui se fait lentement... Avec de nouveaux impôts dont les contribuables se font honneur de payer.

 A ce sujet, la meilleure niche fiscale à raboter plus que sérieusement devrait être l'argent des contribuables versé au parti responsable d'avoir creusé et approfondi ce trou de la dette.

Une autre encore, bien meilleure, serait d'imposer les donneurs sur leurs dons aux partis politiques et les partis politiques sur les "dons" qu'ils reçoivent ou collectent, puisque ces recettes échappent à l'impôt. Ce ne serait que Justice, au moins provisoirement jusqu'à apurement de la dette dont tous les partis politiques qui ont géré Notre Pays, La France, doivent être tenus pour responsables.

*Mais l'idéal serait l'aligner TOUS les élus sur le régime général des contribuables! L'exemple qu'ils donneraient serait bien meilleur que le mauvais qu'ils donnent en s'exonérant à outrance de ce devoir tout en cumulant les virements! Car, s'ils ont des droits, comme tout le monde, ils ont aussi le devoir de payer leurs impôts COMME TOUT LE MONDE!

 Après tout, pourquoi pas, puisque les retraités sont "rabotés" de 0,3%, ne pas "raboter" les élus et les partis politiques sans pitié aucune? Quant à la dernière décision d'augmenter les retenues sociales, mieux vaut penser à autre chose pour bien dormir!

 Alors, le mieux qu'il y ait à faire pour donner plus de poids à François Hollande pour négocier à Bruxelles serait de cesser les vaines attaques personnelles à son encontre et de s'unir enfin en une "Union Sacrée" pour faire bloc et que la France retrouve l'audience et la grandeur du temps du Général De Gaulle.

 Le fil de l'actualité relative au suivi de l'évolution de la situation se trouve dans mes lettres ouvertes disponibles à lecture sur mon Blog, en se connectant par internet.

Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme.

 P.S. Les motivations de mes interventions sont explicitées dans mes lettres ouvertes qui se trouvent sur mon Blog.

                                   -

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement