²lsr-Négocier avec la Russie nécessite de connaitre l'âme slave, l'âme russe!

Négocier sainement et constructivement avec la Russie, donc avec celle du Peuple de Russie (de Vladimir Poutine), nécessite d'avoir des connaissances de l'âme slave. Or vous gouvernez "sans état d'âme". Si vous ne changez pas de politique étrangère sur ce sujet, vous irez à l'échec. Ce que je vous écris est valable pour les technocrates de l'Union européenne.

   *PRÉSIDENTIELLE 2022*

  

LE PROGRAMME EURÊKA-BINGO, C'EST LE PROGRAMME ÉCONOMIQUE QU'IL VOUS FAUT!

                             ----------

    

Lettre ouverte adressée à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française.

Objet: Relations internationales avec la Russie.   

   

Bonjour Monsieur le Président,

   

Cette lettre ouverte a pour seul but de vous orienter sur l'état d'âme avec lequel vous devez amener l'Europe des technocrates de Bruxelles à négocier avec les dirigeants de la Russie, (La Russie (en russe : Россия, Rossiïa), en forme longue la fédération de Russie (en russe : Российская Федерация, Rossiïskaïa Federatsiïa), est un État fédéral transcontinental.) Extrait WikipédiA.

   

C'est de manière pédagogique que je viens vous informer sur le sujet.

LA PEDAGOGIE est l'Art de l'éducation. C'est l'ensemble des méthodes et pratiques d'enseignement requises pour transmettre des compétences: Un savoir, un savoir faire ou un savoir être. Faire preuve de pédagogie signifie aptitude à enseigner et transmettre à un individu ou à un groupe d'individus un savoir et une expérience par l'usage des méthodes les plus adaptées à l'audience concernée.

   

Ce titre, aussi surpenant qu'il soit pour parler des rapports entre l'Union européenne et la Russie, est uniquement justifié à appeler votre attention sur ce qu'est la pédagogie en matière diplomatique de "Relations étrangères" 

Il est indispensable d'avoir des connaissances suffisantes de ce qu'est l'âme russe, lorsque vous, en tant que Président de la République, gouvernez "sans état d'âme".

   

Voici, expliqué de manière pédagogique qui est la mienne, de quoi il s'agit: (extrait WikipédiA)

   

Âme russe

Le terme âme russe (русская душа), est utilisé dans la littérature pour décrire la spiritualité russe (et parfois slave). Les écrits d'écrivains russes tels que Nikolai Gogol, Léon Tolstoï et Fiodor Dostoïevski offrent des descriptions de l'âme russe.

Le mot russe душа (doucha) est le plus étroitement traduit par le mot âme. L'âme russe peut être décrite comme une tendance culturelle des Russes à décrire la vie et les événements d'un point de vue religieux et philosophiquement symbolique. En Russie, l'âme d'une personne est la clé de l'identité et du comportement d'une personne qui assimile la personne à son âme. La profondeur, la force et la compassion sont des caractéristiques générales de l'âme russe. Selon Dostoïevski, "le besoin spirituel le plus élémentaire du peuple russe est la nécessité de la souffrance". Les idées de Dostoïevski sur l'âme russe sont étroitement liées au christianisme orthodoxe oriental, à son idéal du Christ, à sa souffrance pour les autres, à sa volonté de mourir pour les autres et à son humilité tranquille.

Et, pour imager ce qui est écrit ci-dessus sur l'(âme russe, je ne citerai qu'un seul exemple pour l'instant:

  

Saint-Pétersbourg /sɛ̃.pe.tɛʁs.buʁ/1 (en russe : Санкт-Петербу́рг, Sankt-Peterbourg, [sankt pʲɪtʲɪrˈburk]2 Écouter) est la deuxième plus grande ville de Russie par sa population, avec 5 281 579 habitants en 2017, après la capitale Moscou. Saint-Pétersbourg a le statut de ville d'importance fédérale. La ville est enclavée dans l'oblast de Léningrad, mais en est administrativement indépendante. Elle est située dans le nord-ouest du pays sur le delta de la Neva, au fond du golfe de Finlande, un espace maritime de la mer Baltique. Capitale de l'Empire russe de 1712 jusqu'en mars 1917, ainsi que de la Russie dirigée par les deux gouvernements provisoires entre mars et octobre 1917, Saint-Pétersbourg a conservé de cette époque un ensemble architectural unique. Deuxième port russe sur la mer Baltique après Primorsk, c'est aussi un centre majeur de l'industrie, de la recherche et de l'enseignement russe ainsi qu'un important centre culturel européen. Saint-Pétersbourg est la deuxième ville d'Europe par sa superficie et la cinquième par sa population.

Saint-Pétersbourg a été fondée en 1703 par le tsar Pierre le Grand dans une région disputée depuis longtemps au royaume de Suède. Par son urbanisme résolument moderne et son esthétique d'origine étrangère, la nouvelle ville devait permettre à la Russie d’« ouvrir une fenêtre sur l'Europe » et contribuer, selon le souhait du tsar, à hisser la Russie au rang des grandes puissances européennes. Le centre-ville, construit sur des directives des souverains russes, présente une architecture unique qui mélange des styles architecturaux (baroque, néo-classique) acclimatés de manière originale par des architectes souvent d'origine italienne. Ses canaux et ses rivières bordés de palais lui ont valu le surnom de « Venise de la Baltique »3, et ses colonnades ou son « ordonnancement de perspectives, de palais, de bâtiments, de parcs et d'avenues » celui de « Palmyre du Nord »4,5. La ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1990.

De sa fondation jusqu'au début du xxe siècle, Saint-Pétersbourg a été le principal centre intellectuel, scientifique et politique du pays. Au xixe siècle, la ville devient le principal port commercial et militaire de la Russie ainsi que le deuxième centre industriel du pays, après Moscou. C'est d'ailleurs à Saint-Pétersbourg qu'éclate la révolution russe de 1917 et où les bolcheviks triomphent. La ville connaît par la suite un certain déclin. Au début des années 1920, à la suite du transfert de la capitale à Moscou et de la guerre civile, le chiffre de la population s'effondre ; celle-ci ne retrouve son niveau d'avant 1914 qu'à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Le siège de près de trois ans durant ce conflit décime à nouveau sa population. Tombée à moins d'un million d'habitants à la sortie de la guerre, la ville se repeuple grâce à l'arrivée de ressortissants d'autres régions. Depuis cette époque, Saint-Pétersbourg a régulièrement perdu de l'influence par rapport à Moscou, phénomène qui s'est accentué depuis la libéralisation du système économique russe.

Saint-Pétersbourg a changé plusieurs fois d'appellation : elle a été rebaptisée Pétrograd (Петроград) de 1914 à 1924, puis Léningrad (Ленинград) de 1924 à 1991, avant de retrouver son nom d'origine à la suite d'un référendum en 1991.

   

Il vous faut impérativement penser, Monsieur le Président, "Sainte Russie" dans vos rapports avec Vladimir Poutine et les mots sacro-saints: LA PATRIE: родина, LA PATRIE: отчизна.

   

Souhaitant avoir suffisamment appelé votre attention sur le sujet pour que vous réussissiez à trouver un consensus honorable sur toutes les questions actuellement en cours, sans vouloir entrer dans les détails,

   

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma très haute considération.

Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme, 2 Avenue Casteroun, 40 230 St Vincent de Tyrosse.

                            ----------

La suite au prochain numéro.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.