²am-Vous serez victime, M @EmmanuelMacron, de votre auto-hémo-dégagisme fiscal

Pour qui sonne le glas du Dégagisme? Pour vous, Monsieur le Président. Vous mentez et vous trompez, en toute connaissance de cause, et de manière délibérée, votre peuple, le Peuple de France. Vous avez perdu toute crédibilité morale, intellectuelle et financière en bafouant outrageusement les Valeurs de la République pour lesquelles vous avez été élu par une minorité d'électeurs!

            Bonjour La France, Françaises, Français.

                   Mise à jour au 21.11 2020.

     *AFIN QUE NUL N'IGNORE ET N'OUBLIE*

Cette lettre ouverte, à destination de Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, est destinée à vous faire comprendre à quel point vous vous faites manipuler par le menticide permanent et la gestion menticidaire soft par la Matraque, les Gaz lacrymogènes, les LBD, les Canons à eau, les Grenades de désencerclement et les arrestations par étranglements au sol de certains manifestants, à titre dissuasif, contre les justes revendications de son Peuple, le Peuple de France, qui a manifesté ses mécontentements sur le financement sur les réformes des Retraites, de la Sécurité sociale, du Chômage, de la Vieillesse, de la Dépendance, et de la préparation d'un Revenu universel à venir.

Le confinement par les manipulations sur la pandémie Covid France sont elles destinées à dissimuler et masquer la Bérézina économique du parti "en marche"? 

Tout porte à croire que oui.

Personnellement, je me pose une question que je vous soumets: "Le Président Emmanuel Macron se mettrait il, volontairement, de manière régalienne, hors tout entendement, en état de mort cérébrale en économie pour ne pas vouloir changer de chemin, contrairement à ses déclarations"?

Faudrait il instaurer un état d'urgence sanitaire intellectuel à l'Élysee, à Matignon, à Bercy, à l'Assemblée nationale et au Sénat pour éviter le confinement intellectuel permanent de la France et des Français par la force des matraques?

Mon article, pour être aussi précis et compréhensible que possible pour Monsieur et Madame "Toulemeonde", portera sur 2 points et une annexe.

Point N°1- Un extrait de M Romain Herreros, mis en lecture ci après,

Point N°2- Un de mes articles sur la gestion effective des intérêts de la France intitulé: "Une retraite présidentielle, c'est mieux qu'une retraite sociale de fin de vie des Français".

ANNEXE 1- Article  40 du CPP modifié JORF du 10 mars 2004.

                        I-------------------I

                              Point N°1

Extrait de M Romin Herreros, journaliste politique au HuffPost, sur les déclarations du Présient Emmanuel Macron au  magazine Time,   

Emmanuel Macron dit au magazine "Time" ce qu'il fera après l'Élysée

Le magazine américain a suivi plusieurs jours le chef de l'État au début du mois de septembre. 

 

POLITIQUE - Emmanuel Macron se retrousse les manches en une du prestigieux magazine Time ce jeudi 19 septembre. Ou du moins, de sa version internationale.  L’hebdomadaire américain titre cette semaine sur “le moment Macron” et entend faire le bilan du chef de l’État à mi-parcours, après une année marquée par la crise des gilets jaunes.

Une séquence difficile dont le président de la République affirme avoir “d’une certaine façon” tiré bénéfice. “Parce qu’elle m’a rappelé qui je devais être”, affirme Emmanuel Macron qui vante à l’international le fameux acte II du quinquennat.

Emmanuel Macron en une de l'édition internationale du magazine

TIMEEmmanuel Macron en une de l'édition internationale du magazine Time.

“Mon défi, c’est de bien mieux écouter les gens que ce que j’ai pu le faire au début de mon mandat”, analyse Emmanuel Macron. “J’ai probablement donné le sentiment que je voulais réformer contre le peuple. Et parfois mon impatience a été ressentie comme une impatience à l’égard des Français. Ce n’est pas le cas”, poursuit le président de la République. 

“On apprécie le leadership, mais on veut tuer les leaders”

Emmanuel Macron, qui bénéficie d’une certaine bienveillance de la part de Time, indique également se trouver dans une sorte de “vallée de la mort”, espace symbolique se situant entre l’enclenchement des réformes et l’observation de leurs effets. “La fin de la vallée de la mort c’est le jour où vous avez des résultats”, théorise-t-il, alors qu’une économiste citée dans ce portrait (Daniela Ordonez) déplore que le chef de l’État ait ralenti le rythme en la matière.  

Concernant le surnom “président des riches”, Emmanuel Macron dit s’en accommoder. “Je m’en moque si cette critique est juste ou injuste pour être honnête. Je suis aux commandes, je suis le président, alors je l’accepte. Dans notre pays, on apprécie le leadership, mais on veut tuer les leaders”, déplore-t-il cependant.  

Plus loin, le président de la République affirme qu’il ne se sent pas angoissé par la vie après l’Élysée. “J’écrirai. C’est pourquoi je suis très serein concernant le futur. Le jour où le peuple décidera qu’il ne faudra plus que je gouverne, je sais ce que je ferai”, assure Emmanuel Macron qui ne se hasarde pas à évoquer une fin en 2022 ou en 2027. 

                       I--------------------I

                             Point N°2

²rp-Une retraite présidentielle, c'est mieux qu'une retraite sociale de fin de vie des Français.

J'ai été le premier de cordée de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, entre 2018 et 2019. Il s'était accroché à mes articles sur l'économie et m'avait demandé de les lui vendre, ce que je n'ai pas fait. Il m'a exhorté à prendre rendez vous avec lui ou son Premier Ministre et où m'envoyer l'invitation. Par crainte de ses conseillers, il s'est décroché...

Voici donc les explications nécéssaires à vous faire une opinion objective sur la situation économique, financière et sociale, plus que catastrohique, dans laquelle se trouve Notre pays, La France des Lumières, celle des Gaulois modernes du XXI ène siècle qui ont cru en les valeurs fondamentales de la République issue de la Révolution de 1789. 

 

                Bonjour La France, Françaises, Français.

                            Mise à jour au 31.10.2020

           *AFIN QUE NUL N'IGNORE ET N'OUBLIE*

A la place du Président de la République française, patrie des droits de l'homme et des hommes et des femmes qui vantent les valeurs de la République, j'aurais HONTE d'être le Président en exercice, comme Monsieur Emmanuel Macron, l'actuel Président, qui prend les 67 millions de consommateurs pour des demeurés du chapeau, pour ne pas dire pour des cons.

Voici pourquoi. Et les critiques, ouvertes sur mon  ouvertes Blog, attendent avec la bienveillance qui est de mise, toutes les observations qui pourraient être faites sur ce sujet.

 

LES FRANÇAIS, GAULOIS MODERNES DU XXIème SIÈCLE, SAVENT LIRE, ÉCRITE ET COMPTER. Ils ne supportent pas d'être pris pour des cons.

Car, pour ceux qui ne l'auraient pas encore compris, le "Quoi qu'il en coûre régalien" du Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, a été conçu pour abandonner lâchement en héritage aux enfants de France nés et à naître une dette faramineuse, actuellement inchiffrable, estimée à plusieurs centaines de milliards d'Euros, et une retraite confortable au Président de la République, malgré tous ses échecs économiques et sociaux

Et les Français, ces Gaulois modernes du XXI ème siècle, appauvris et cernés par le chômage de masse et la précarité, n'auront plus qu'à pleurer d'avoir été aveugles au point de n'avoir rien vu venir sous le masque du confinement intellectuel imposé par le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, secondé par son collaborateur "Fou du roy" du moment, Monsieur Jean Castex, Premier Ministre du  Gouvernement... de Monsieur Emmanuel Macron lui même. 

Il est donc grand temps que Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République quitte le chemin du dégagisme sur lequel il se trouve, pour se remettre sur le chemin de la gestion par le Révisionnisme économique sur lequel il se trouvait lors de ses échanges épistolaires 2018-2019 avec moi.

C'est la raison pour laquelle je demande  à chacun de méditer sur "écclésiaste 10-16: Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant et dont les princes mangent le matin". 

 

Cette lettre ouverte a pour but de vous faire comprendre que les paroles et les actes du Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, sont en adéquation avec ses écrits, et ses actes, contraires aux Valeurs de la République, oh...combien...

Elle portera sur 2 POINTS: 

1- J'ai été le premier de cordée de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, en économie, selon ses échanges épistolaires 2018-2019 avec moi.

2-  La retraite du Président de la République, après 5 ans de mandat d'échec successifs flagrants en économie de gestion financière, anitaire et sociale (Extraits de Ludovic Terschlikovitz).

                    I--------------------I

                          Point N°1

1- J'ai été le premier de cordée en économie de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République.

Mon propos a pour objet de porter à votre connaissance quelques extraits des échanges épistolaires par messages Twitter entre le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, et moi, extraits qui démontrent que le Président était sur le bon chemin d'une bonne réforme de l'économie avec moi.

Il lui suffisait d'avoir le courage de faire Front à son entourage. Cela, il n'a su le faire

Son entourage a réussi à l'en dissuader. Qui a mené la phase de renoncement  du Président? À l'Élysée? À Matignon? À Bercy?

Je laisse le soin à chaque lecteur d'en tirer la substantifique moelle.

 

Voici donc ces extraits: en voici la teneur. 

Extraits des échanges épistolaires 2018-2019 entre Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, et moi. 

Retrouver la paix sociale et sociétale dont notre pays a besoin pour redevenir prospère et souverain est bien entendu le but ultime.

 

Il vous faut, Monsieur le Président, appliquer "La Méthode de Gestion par le "Révisionnisme économique" pour la réforme des retraites, de la Sécurité sociale, du chômage de la dépendance et du Revenu universel à créer, selon nos échanfes épistolaires 2018-2019 .

Objectif: créer L'Union nationale patriotique par symbiose avec tous les partis et le Peuple de France, comme le Général de Gaulle avait su créer au sortir de la guerre 1939-1945.  

 

Vous m'avez en effet écrit à plusieurs reprises, par messages Twitter, à partir de l'année 2017,  Monsieur le Président, puis,...  

Le 21 Août 2018, vous m'avez recontacté: "Bonjour Alain, comment ça va? ... "Je suis de retour à Paris et mes réformes reprendront demain. Je voudrais vous demander quelque chose. Je vais relire votre article aujourd'hui mais "je veux que vous me vendiez votre idée". J'ai ignoré cette demande tout en continuant nos échanges sur les avantages économiques qu'elle aurait à ce qu'il la mette en application pour la France. Je la lui ai par la suite offerte gracieusement pour la mettre en exploitation. 

Puis, le 20 octobre 2018: "Bonjour Alain, comment vas tu? Votre demande est raisonnable et je vais le faire. Je vais m'asseoir et lire votre article et donner une copie à mes experts pour le lire aussi. Si cela ne vous dérange pas bien sûr. Je suis un homme raisonnable et il semble que les entreprises ne payent pas de charges sociales. Je résoudrai le problème en utilisant vos méthodes. Comment ça sonne"?

Le 28 novembre 2018: "Je pense que nous pourrions faire une bonne équipe. Nous avons un intérêt commun à améliorer la France.

Le 9 décembre 2018: "Je vous ai dit que je le ferais. Ne t'inqiète pas.

Le 30 décembre 2018:..."J'ai pris en compte votre analyse. J'ai mis en oeuvre une mesure positive pour 2019 et continuerai de le faire. (NB: Cette mesure positive est celle d'organiser de grands débats que je réclamais à François Hollande et à tous les partis politiques depuis 2013, ainsi qu'à lui même depuis 2017). L'idée du Grand Débat est de "mon invention", pas de la sienne, contrairement à ce qui se dit.  

 Puis: "Je vais discuter plus en détail de vos idées avec mon équipe au début de la nouvelle année... Pardon, je vais répondre bientôt. ok?

Suivent d'autres échanges, puis, 

Le 26 janvier 2019:.. "Je vous exhorte à avoir une réunion avec moi ou mon Premier Ministre pour en discuter. Voulez vous accepter? Je demanderai qu'une invitation vienne à vous pour discuter de vos projets. Puis je demander où envoyer l'invitation? E mail ou adresse ou quelque chose? 

-Pressentant  que le Président voulait "m'acheter", prendre la main pour me "bloquer" par la suite et le lui faire comprendre, je lui ai répndu:  "-A la Gendarmerie de St Vincent de Tyrosse, les Landes 40.

"Et ils sauront que c'est vous?

-Ils savent où j'habite, me téléphoneront pour me demander de passer la prendre où me l'apporteront s'ils ont du carburant...

"D'accord, merci. Je discuterai avec le Premier Ministre Philippe et je vous inviterai à discuter de votre stratégie et à voir ce qui peut être fait...///... J'ai reçu copie papier de vos idées et je discuterai avec mon équipe et vous répondrai quand je le ferai. Je comprends que vous n'essayez pas de nuire à la République.

Le 23 février 2019, après avoir reçu officiellement ma "Fiche à l'attention du Président de la République qui vous a été transmise par l'intermédiaire du Maire de St Vincent de Tyrosse et le Préfet des Landes, vous m'avez écrit:

"Je vous remercie. Cela facilitera beaucoup les choses. Merci d'avoir  fait ça... ///... puis, à nouveau: "Merci pour votre soutien et votre confiance en moi. Cela fait beaucoup. Il sera plus facile et mieux de pouvoir faire quelque chose avec votre proposition maintenant qu'elle est soumise. Merci beaucoup Alain.

Le 27 février 2019: ...///... "J'ai reçu une copie papier de vos idées et je discuterai avec mon équipe et vous répondrai quand je le ferai. Je comprends que vous n'essayez pas de nuire à la République...

Le 7 mars 2019: "Je répondrai dès que possible.

Le 8 mars 2019: "Nous discutons de votre proposition. Merci pour votre patience. 

Le 27 mars 2019: "Je vais répondre bientôt. Désolé...

Pour en rester à ce stade de la présentation de mon article, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres, Messieurs les partenaires sociaux, Mesdames et Nessieurs les Députés, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, Mesdames et Messieurs, vous remarquerez que le Président Emmanuel Macron est convaincu que les entreprises ne payent aucune "charge"-cotisation sociale pour les retraites, qu'elles sont effectivement payées par les consommateurs et qu'il est décidé à mettre en application la nouvelle collecte des recettes sociales selon la Gestion par la Méthode du Révisionnisme économique" qu'il a retenue de mes idées  laquelle Méthode de gestion pourrait s'appeler autrement, à son bon vouloir, bien entendu, après m'en avoir informé.

Au point de la réflexion où se trouvent le Président de la République et son équipe d'experts en économie sur la "Gestion par la Méthode du "Révisionnisme économique," j'en resterai là, pour vous laisser méditer sur la teneur des écrits de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la Répulique,

...à comparer avec la politique écomomique désastreuse proposée et menée par le Gouvernement de Monsieur Jean Castex, Premier Ministre du Gouvernement, Bruno Le Maire, Agnes Runacher, Olivier Dussopt et Alain Griset, du Ministère des Finances, à Bercy, ainsi que par Elisabeth Borne, Ministre du Travail, Laurent Piétraszewski, chargé de la réforme des retraites, et François Bayrou, chargé de la mise en oeuvre du Plan de financement France.

Ils vont tous à l'échec programmé.

 

 Voyons à présent ce qu'est le révisionnisme économique retenu en son temps par Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République.

 Qu'est ce que "Le révisionnisme économique"?

Le révisionnisme désigne l'attitude critique de ceux qui remettent en cause, de manière rationnelle, les fondements d'une doctrine, d'une loi, d'un  jugement, d'une opinion couramment admise en histoire ou même de faits établis.

Pour ma part, je remets en cause les faits établis par tous les partis politiques et les économistes qui prétendent que les entreprises payent des charges sociales, qu'elles sont trop élevées et qu'il faille les aider en leur accordant des subventions pour créer des emplois.

Ces faits établis démontrent le contraire: Le taux de chômage ne cesse d'augmenter, tout comme les prix à la consommation, la pauvreté de la population et les dividendes des entreprises.

Je remets d'autant plus en cause ces faits établis que les entreprises ne payent aucune charge sociale: "Les charges sociales sont incorporées dans les Calculs des Prix de Revient (coûts de production) et de Vente: Les consommateurs, de ce fait, payent d'abord les charges sociales aux entreprises à l'achat des marchandises et les entreprises les reversent ensuite aux organismes chargés des recouvrements. L'opération "charges des entreprises est donc, comptablement et fiscalement, "une opération blanche".

Vous voudrez bien noter que je ne critique pas les bénéfices faits par les entreprises: Il est logique que les investisseurs aient un "Retour sur investissements".

Je critique uniquement le détournement de la doctrine qui fait croire à la population que les entreprises payent des charges sociales alors qu'elles ne font que restituer des sommes perçues hors investissement, en conservent les bénéfices et qu'il leur est en outre attribué des "subventions" qui augmentent les dividendes des actionnaires. 

C'est à partir de ces faits irréfragables que j'ai appelé ma proposition d'une nouvelle méthode de gestion de la fiscalité sociale: "La Méthode de gestion par "Le Révisionnisme économique" expliquée ci après en 5 points.

                        I-------------------I

Ce sont les carnets de commandes qui créent des emplois!

Contrairement à ce qui se dit de manière générale, ce ne sont pas les investissements qui sont directement à l'origine de la création d'emplois: Ce sont les études de marchés, les besoins exprimés par des acheteurs potentiels: Viennent ensuite les investissements et les carnets de commandes. De la même manière, ce sont les commandes supérieures aux capacités de production qui créent des emplois nouveaux et font baisser le chômage.

Ce qu'il faut retenir, de ce qui précède, c'est que plus les charges sociales dites "des entreprises" qui seront payées par les consommateurs à l'achat des marchandises sont élevées, plus elles augmentent les coûts de production et de vente et plus elles nuisent à la compétitivité des entreprises.

La nouvelle méthode de gestion des "charges sociales" que je préconise est basée sur le fait que les entreprises deviennent plus compétitives pour la relance de l'économie par la baisse des prix à l'exportation.

C'est ce que je vais vous expliquer à présent. 

                        I--------------------I 

Il faut nationaliser les financements sociaux au bénéfice de la productivité pour relancer l'économie!

Puisque tous les chefs d'entreprises s'évertuent à clamer et à faire clamer que leurs "charges" cotisations sociales sont trop lourdes et nuisent à la compétitivité, je propose de les leur retirer intégralement pour les transférer sur une TVA SOCIALE qui serait payée par les consommateurs, de manière Officielle, contrairement à ce qui se passe actuellement: "Les consommateurs les payent déjà "à l'insu de leur plein gré" entretenu par les médias, alors qu'ils sont censés le savoir s'is se rappelaient les fondamentaux en arithmétique: Les charges sociales sont incorporées dans les Calculs des Prix de Revient et de Vente"!

Les avantages de ce transfert seraient les suivants:

 1- Nos entreprises deviendraient les plus compétitives des pays industrialisés,

2- Les ventes Hors Toutes Taxes se développeraient,

3-  Les carnets de commandes se rempliraient, 

4- La confiance reviendrait,

5Les investissements reprendraient,

6- Des emplois seraient créés pour satisfaire les commandes clients en temps et en heure,

7- Le taux de chômage baisserait,

8- La balance commerciale retrouverait son équilibre pour devenir excédentaire par la suite.

Enfin, un impôt social serait créé pour les entreprises, impôt social collecté directement sur les bénéfices, outre l'impôt actuel sur les bénéfices, pour suppléer les taxes sociales qu'elles n'ont jamais payées de leurs propres poches. Ce ne serait que justice: "TOUT LE MONDE DOIT PAYER":

1- Les salariés par retenues sur les salaires, pour l'année 2020, au même taux que ce qui était retenu avant la suppression des cotisations Sécurité sociale et chômage, ainsi que celles payées actuellement pour les Retraites, pour la première année 2020, "Fruit" de leur travail, et qui payent en plus l'impôt sur les revenus,

2- Les consommateurs, qui payeront la TVA SOCIALE et qui payent en plus l'impôt sur les revenus, 

 3- Les entreprises, par un Impôt social à créer, en plus de l'impôt sur les bénéfices, "Fruit" du travail des investissements. Cet impôt social serait proposé par Bercy au Gouvernement, à négocier entre les partenaires sociaux et débats au Parlement.

                         I--------------------I

Création d'une TVA sociale pour les consommateurs et d'un Impôt social entreprises,

Les charges sociales payées actuellement par les entreprises à l'Etat après facturation aux consommateurs feraient l'objet d'une estimation en pourcentages, en fonction des produits, pour être facturées à la consommation, voire, pourquoi pas, ce que je ne recommande pas, à pourcentage Zéro%. 

Cette charge sociale serait collectée par les commerçants, au même titre que la TVA, par exemple comme suit:

Prix de vente Hors Toutes Taxes:            Tant:        €

TVA Tant %:                                                Tant:        €

TVA SOCIALE Tant %                                Tant:        €

                                                        Total:     Tant:   €€€   

Ainsi payée officiellement par les consommateurs à l'achat des marchandises, les consommateurs sauraient ce que coûtent les charges sociales pour les Retraites, Retraites complémentaires, Sécurité sociale, Complémentaires santé, Vieillesse, Dépendance, etc, etc..

Les réponses à une augmentation des retraites, par exemple, par la population ou les syndicats ferait l'objet d'une étude préalable et serait annoncée de manière précise: Vous voulez augmenter ça de..., ça coûtera tant en plus en TVA SOCIALE. A vous de voir...

C'est par la transparence des chiffres qu'un Président est crédible et acquiert LA CONFIANCE de la population.

                         I-------------------I

Comment expliquer ces changements à la France?

Il faudra organiser de grands débats publics aux heures de grande écoute:

Pourraient participer aux débats:

1- Des représentants du gouvernement,

2- Des représentants du fisc Bercy,

3- Les partenaires sociaux,

4- Des représentants des partis politiques,

5- Des représentants des commerçants,

6- Des chercheurs, économistes, philosophes, sociologues, sociétologues, etc... 

7- Des personnes sélectionnées parmi les "cent" du Grand débat national,

8- Divers, liste non exhaustive...

                         I-------------------I

                            Conclusion

Il faut abattre le dogme selon lequel les entreprises payent elles mêmes des "charges" cotisations sociales alors qu'elles n'en payent aucune. Il y va de la crédibilité de la parole publique et de la confiance à accorder aux élus: "Tous pourris"!

C'est par la vérité des chiffres et par la transparence de données clairement chiffrées et estimées à leur juste valeur pour la gestion des affaires qu'un Président de la République se rend crédible et estimé du Peuple.

Rester en l'état actuel de mécontentement général ne rend pas service à la France et au Peuple de France. Il faut savoir évoluer et reprendre la situation en mains pour que subsistent, sans être bafouées, les valeurs de la République: LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ.

En fait, la question des recettes sociales et de la relance de l'économie étant sur l'autoroute de la croissance, le Gouvernement se trouverait à même de prendre tous les autres problèmes à régler à bras le corps, y compris celui du Pouvoir d'achat.  

Fait à St Vincent de Tyrosse le 24 janvier 2019.

 PS: 1- Je suis un ancien officier de carrière des Troupes de Marine, subdivision d'Arme Parachutiste, à la retraite, et j'ai effectué une deuxième carrière d'une quinzaine d'années comme Cadre supérieur dans les transports en commun de voyageurs.

2- Je suis gaulliste, plus encarté depuis nombre d'années pour garder mon indépendance d'esprit.

                     I------------------I

                          Point N°2

LA RETRAITE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

A titre de comparaison, situez vous, après toute une vie de labeur consacrée à la vie sociale de votre pays, avec la retraite de fin de vie que vous aurez méritée pour avoir participé entièrement à son financement, par rapport à celle à laquelle pourra prétendre Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République de mai 2017 à mai 2022, à la suite de tous ses échecs économiques, fnanciers et sociaux. (Alain Saiche).

 Ecrit par Ludovic Herschlikovitz

INFO 23 DECEMBRE 2019 : EMMANUEL MACRON RENONCE A SA RETRAITE DE PRESIDENT --> En savoir plus 

La retraite du président de la République intéresse de plus en plus les Français. En effet, il semble évident pour bon nombre de citoyens que connaitre la pension touchée par un ancien Chef d’État fait partie de leurs droits en tant que contribuables. De plus, les rémunérations des hauts personnages de l’État ne sont plus, depuis longtemps, un secret pour le grand public.

retraite president

Le statut du président de la République

Le président de la République française est élu par suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans, selon l’alinéa premier de l’article 6 de la Constitution qui est entré en vigueur après la réforme constitutionnelle de 2000. En outre, son mandat ne peut être renouvelé qu’une fois.

La pension correspondant à la retraite du président de la République est fixée par l’article 19 de la loi n° 55-366 du 3 avril 1955, publiée au Journal officiel du 6 avril 1955. Selon ce texte, la pension annuelle d’un ancien président de la République française est égale au « traitement indiciaire brut d’un conseiller d’État en service ordinaire ».

La retraite de base

À l’heure actuelle, un conseiller d’État hors échelle E, de deuxième chevron, reçoit un traitement indiciaire brut annuel de 75 000 € en moyenne.  Le montant de la retraite d’un ancien président de la République gravite par conséquent autour de 6 000 € bruts mensuels étant donné qu’il se situe dans la même échelle. À titre d’explication, la hiérarchie des hauts fonctionnaires est établie suivant des échelons allant de A jusqu’à G qui se divisent à leur tour en chevrons.

Enfin, la retraite du président de la République peut être cumulée avec d’autres émoluments ou salaires provenant d’autres emplois. En outre, il peut toucher des pensions issues d’une activité antérieure à sa fonction de premier magistrat de l’État.

La retraite complémentaire

Malgré son statut particulier, l’ancien président de la République ne dispose pas d’un régime de retraite spécifique. Néanmoins, le fait d’être membre d’office et à vie du Conseil Constitutionnel lui permet de bénéficier d’une rente estimée à 11 500 € nette mensuelle qui peut être considérée comme une sorte de retraite complémentaire.

Il est également possible pour le président en exercice de souscrire une assurance vieillesse auprès d’une compagnie d’assurance ou d’une banque s’il souhaite améliorer sa pension au moment de sa retraite.

  • Des avantages en nature

Il convient de souligner que le statut d’ancien président de la République offre des avantages en nature qui compensent l’absence de régime de retraite complémentaire. Ainsi, l’ex-Chef d’État bénéfice d’un appartement de fonction équipé et meublé où travaillent en permanence deux personnes de service. Il a également droit à une voiture de fonction avec deux chauffeurs et à sept collaborateurs en charge de son secrétariat. De surcroit, deux policiers garantissent sa protection rapprochée tandis qu’une sécurité spéciale garde son domicile privé.

Parmi ses privilèges, il ne faut pas oublier la gratuité dans les transports publics, notamment dans tout le réseau SNCF où il peut prétendre à la première classe et sur Air France où il est accueilli en classe affaires. Enfin, s’il séjourne à l’étranger, il est hébergé dans une résidence consulaire par l’ambassade de France sur place. Toutes ces dépenses sont à la charge du contribuable français.

Les modalités de liquidation de la retraite

La liquidation de la retraite d’un président de la République peut se faire dès qu’il atteint 60 ans. Elle n’est pas conditionnée par le nombre de mandats effectués par l’élu ni de leur durée.

Cette pension, comme la fonction, ne concerne qu’un nombre limité de personnes et le montant de la retraite ne dépend aucunement de la durée ou du montant des cotisations. La procédure pour bénéficier de son droit est donc plus simple par rapport à celle des autres professions ou secteurs d’activité.

 

                    ANNEXE 1

       Article 40 du CPP modifié:

Ce qu'exigent la France et les Français, c'est la tolérance Zéro sur l'Arnaque aux cotisations sociales des engtreprises qui portent sur le financement des Retraites, de la Sécurité sociale, des indemnités Chômage, de la  Dépendance, de la Vieillesse,etc, etc... pratiquée par le pouvoir en place, et l'application de l'Art 40 du CPP, dont copie ci jointe, à l'encontre des contrevenants.

 Article 40 du CPP:

Le procureur de la République reçoit les plaintes et les dénonciations et apprécie la suite à leur donner conformément aux dispositions de l'article 40-1.

 Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.