alain.boutat
Professeur
Abonné·e de Mediapart

66 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2022

RÉSURGENCE DU CHOLÉRA

La première évocation historique du choléra fut consignée en 1503 dans le journal d’un collaborateur du célèbre navigateur portugais Vasco de Gama (1469-1524), qui y décrit l’occurrence de « diarrhées cataclysmiques » en Inde. Dès le XIXe siècle, de véritables pandémies vont exploser partout dans le monde, faisant des millions de morts et révélant l'éradication incertaine de l’agent pathogène.

alain.boutat
Professeur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De fait, le choléra est une toxi-infection entérique et diarrhéique aiguë, à laquelle il est possible de succomber rapidement par collapsus cardiovasculaire ou par déshydratation corporelle, en l’absence de traitements appropriés : compensation des pertes digestives, réhydratation par voie orale ou par voie intraveineuse, antibiothérapie à la tétracycline ou à la doxycycline, etc.

Concentration en Afrique

L’infection est provoquée par l’absorption de boissons ou d’aliments contaminés par des vibrions sécréteurs d’une toxine intestinale, qui s'avère inductrice de la perte inéluctable dans l’organisme humain de liquides et d’électrolytes (15 à 20 litres en moyenne journalière). 

Les symptômes précurseurs graves sont relativement rares au début de l’infection, mais ils peuvent apparaître dans un délai de quelques heures à cinq jours d’incubation, suite à l’exposition à la maladie : abondantes diarrhées acqueuses, brutales douleurs abdominales, vomissements de substances à propension déshydratante, nausées caractéristiques d’inconforts gastriques, absence de fièvre, etc.

Tous les continents de la planète déclarent des cas de choléra, mais c’est en Afrique qu’ils sont concentrés à plus de 50%. Entre la mi-août et novembre 2021, ONU Info faisait état de 3’300 morts au Nigéria, parmi 94’000 patients identifiés dans 32 États sur 36. Au Niger voisin, les autorités ont officiellement annoncé 156 morts et 5’400 malades originaires de six régions du pays sur la même période. Plusieurs foyers de choléra sont également signalés en Afrique de l’Est, dans la Corne de l’Afrique et dans le Golfe d’Aden.

Situation du Cameroun

Prenons la situation récente du Cameroun. Le pays fait actuellement face à une augmentation du nombre de cholériques, sur la base des informations communiquées ce jour par le Ministère de la santé : 29 personnes sont passées de vie à trépas en une semaine, dans trois grandes villes à l'ouest du pays et dans la capitale politique.

La pathologie d’origine oro-fécale réapparaît périodiquement dans cette « Afrique en miniature » peuplée de plus de 25 millions d'habitants. D'après le Ministre Manaouda Malachie, « Entre le 16 et le 22 mars 2022, une flambée de cas de choléra est observée dans le Sud-Ouest, avec plus de 300 cas notifiés ». En réalité, l'épidémie camerounaise frappe désormais sept des 10 régions du pays.

Ainsi, depuis octobre 2021, selon certaines sources concordantes, elle a fait l’objet d’un dénombrement de 102 morts et d’un recensement de 2’600 cas de morbidité avérée. La précédente manifestation bactérienne à gram négatif de la bacille virgule (Vibrio cholerae) avait déjà occasionné 66 décès confirmés entre janvier et août 2020.

Prophylaxie et mesures structurelles 

La prophylaxie anticholérique englobe un ensemble d’actions préventives en matière de pratiques alimentaires, d’accès à l’eau potable et d’assainissement des égouts, susceptibles d’empêcher l’apparition de la maladie et sa propagation épidémique. 

Il existe, en outre, des vaccins administrables par voie orale, présentant des performances immunologiques non négligeables, notamment le vaccin monovalent O1, efficace de 85 à 90% pendant six mois, et les vaccins bivalents O1 et O139, induisant une protection attestée de 65% à 70% durant cinq ans. 

En somme, les vaccins anticholériques sont de nature à constituer des inputs contributifs du système de santé communautaire, mais ils ne sauraient se substituer aux nécessaires mesures structurelles à long terme d’éducation sanitaire, d’hygiène générale et d’amélioration des infrastructures publiques à usage collectif.

Alain Boutat
Épidémiologiste,
Économiste et Politiste
Lausanne

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre