alaincastan
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 déc. 2021

Les raisons de leur colère

Le mardi 21 décembre, alors qu'ils étaient encore en grève, des militants de l'association Ballon Rouge d'Aubagne sont allés rencontrer sur le centre de traitement des déchets d'Aubagne, une dizaine de salariés du site. Aujourd’hui, des directives nationales imposent des modifications de leur temps de travail, avec un allongement de la durée journalière. Leur colère explose, ils demandent le respect de leur métier et la reconnaissance de sa pénibilité.

alaincastan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le mardi 21 décembre, alors qu'ils étaient encore en grève, des militants de l'association Ballon Rouge d'Aubagne sont allés rencontrer sur le centre de traitement des déchets d'Aubagne, une dizaine de salariés du site. Il était 6 heures du matin, personne n'était jamais venu les voir, mis à part une équipe de BFM.

Pendant les périodes de confinement, les salariés du centre de traitement des déchets d'Aubagne n’ont pas eu droit au télétravail. Ils ont continué à collecter nos ordures chaque jour, malgré les effectifs réduits, les longues périodes sans repos, les collègues malades non remplacés ; ils ont fait le boulot.

Aujourd’hui, des directives nationales imposent des modifications de leur temps de travail, avec un allongement de la durée journalière.

Leur colère explose, ils demandent le respect de leur métier et la reconnaissance de sa pénibilité.

Chaque jour, pour que nos rues soient propres et que nos poubelles soient vidées, ils doivent affronter des conditions de travail qui vont souvent bien au-delà de ce que les normes d’hygiène et de sécurité au travail permettraient d’accepter.

Outre les odeurs liées à tout détritus, ils subissent souvent des contenus inacceptables, une fosse septique… pour laquelle le conteneur a été une solution moins onéreuse que la pompe ; des couches pleines d’excréments, et pas forcément de bébé, des résidus toxiques les plus divers…

Des trottoirs sans bateau qui ne permettent pas la manipulation facile des bennes. 

Des bennes tellement remplies de gravats, qu’il est quasiment impossible de les bouger.

Des sacs et des cartons posés n’importe où.

Des accès aux poubelles sur des chemins trop étroits ou dangereux.

Des marches arrière obligatoires avec les camions benne pour manœuvrer.

Des échanges agressifs avec les automobilistes que le camion empêche de passer.

Des intempéries qui n’autorisent pas pour autant un travail à l’abri.

Tout cela au quotidien, c’est effectivement de la pénibilité ; et ce qu’ils demandent, c’est simplement que cela soit reconnu. Surtout quand ils voient dans leurs rangs se multiplier les cancers ou autres maladies, et qu’ils n’ont eu droit à aucune visite médicale professionnelle depuis plusieurs années.

Ils veulent avoir le sentiment d’être respectés et entendus quand ils s’adressent à leur hiérarchie, et que leurs missions de services publics ne soient pas niées. Ce qui est loin d’être le cas, lorsqu’ils voient l’état des sanitaires mis à leur disposition, les décrire devient indécent mais ce qui est sûr, c’est que si un cadre ou un élu du territoire devait les utiliser, il deviendrait constipé pour le restant de ses jours…

Quand ils demandent par exemple que leurs bennes soient équipées de détecteurs pour les produits toxiques, ils aimeraient une réponse honnête et pas que le territoire leur dise que cela relève de la métropole quand la métropole leur dit que c’est du ressort du territoire… Quand ils font des propositions pour une meilleure organisation en demandant des bennes de nuit pour faciliter le ramassage dans les zones où la circulation est dense en journée. C’est tout cela qui a alimenté leur colère autant que la réforme du temps de travail.

Ils sont indispensables à notre bien-être, comme chacun a pu le constater ces dernières semaines, alors ne l’oublions pas, et accordons leur le respect qu’ils méritent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain