Hélène Courtel
Professeur de Littérature
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2020

De l’Ombre aux étoiles, texte et mise en scène de Jonathan Châtel.

Qu’est-on prêt à sacrifier pour accéder à l’Idéal ? C’est à cette question monumentale que s’intéresse la dernière création de Jonathan Châtel, qui se joue – concordante coïncidence – au Théâtre de L’Idéal, à Tourcoing, jusque demain soir.

Hélène Courtel
Professeur de Littérature
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

          On aurait tendance à répondre à cette immense question en un instantané, et à se positionner dans l’un ou l’autre des excès – celui de l'absolu : « prêt à tout », ou à l’inverse, celui de la désillusion la plus statique : « prêt à rien ». De l'Ombre aux étoiles, pièce créée au ThéâtredelaCité à Toulouse en 2019, invite à moduler cet élan et à le questionner en explorant un rythme qui n’est pas celui de la fougue mais celui des regards qui se croisent, s’écoutent, se considèrent avec attention.

     Le dispositif scénique est épuré et offre l’essentiel –une plante qui apporte de l’oxygène, l'eau indispensable à la vie. La relation aux autres et les liens entre personnages se limitent à la sphère minimale et, sans doute, la plus irremplaçable : celle de la famille. Et l’intrigue ne se fonde pas simplement sur un état présent mais surtout en lien avec un passé, une Histoire collective avec laquelle on se demande s’il faut renouer ou demeurer à distance. Elle prend pour personnage central Alexandre, frère-fantôme, déchu et attendu, qui a fait le choix de l’engagement face à Andreï, le père, qui a fait le choix de l'exil. Si le texte est d’une puissance poétique maîtrisée qui ne s’égare jamais dans le cliché ou les élans lyriques, la mise en scène laisse les mots, les questions – les douleurs aussi– se déployer en un espace sombre, sobre et habité d’un alliage d’intuitions, de rationalité et de métaphores. Chaque personnage est un passionné – d’astronomie, de musique, de théâtre. Mais que faire de cette passion, des transports, des turbulences ? Faut-il les étouffer? Mettre les forces au service des autres ? Se laisser emporter, s'adonner absolument ?

Face à ces insolubles questions, un moment de profonde respiration et de grâce est offert au spectateur: l’espace s’agrandit lorsque la sonate de Gabriel des Forêts est jouée par Ezra, fils adolescent, écrasé par le poids du frère-fantôme, de l'enfant-prodige, d'Alexandre...

La force de cette proposition théâtrale réside dans sa capacité à ne pas répondre aux questions ni à tracer des lignes de conduite. Elle aide le spectateur à construire un espace disponible, sensible, propice aux réflexions sur nos choix – notre liberté de choisir ou de s'abstenir – notre rapport au monde et aux autres.

Hélène Courtel

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les documents ultra-confidentiels saisis par le FBI
L’inventaire de la perquisition menée par le FBI au domicile de Donald Trump, en Floride, a été rendu public vendredi. Les agents fédéraux ont saisi dans la villa de l’ancien président plusieurs documents classés top secret et diverses notes, dont l’une concerne Emmanuel Macron. Trump est soupçonné d’avoir mis en danger la sécurité nationale.
par Patricia Neves
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Énergies
Pétrole : les effets « très limités » des sanctions occidentales contre la Russie
Le pétrole est plus que jamais une manne pour Moscou. En dépit des sanctions, la Russie produit et exporte pratiquement autant qu’avant l’invasion de l’Ukraine, selon le rapport de l’Agence internationale de l’énergie, et les prix se sont envolés.  
par Martine Orange
Journal
Projet de loi immigration : des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck